Neufmois.fr » Conception » Adoption » 25 raisons pour lesquelles bĂ©bĂ© se fait attendre

25 raisons pour lesquelles bébé se fait attendre

Ça y est, on a dĂ©cidĂ© d’arrĂȘter la contraception. Et on se prend Ă  rĂȘver : dans trois ou six mois, le compte Ă  rebours sera dĂ©clenchĂ©. Mais les mois passent et l’espoir s’érode. Pour comprendre pourquoi la grossesse se fait dĂ©sirer, il faut tordre le cou aux idĂ©es reçues.

Les femmes ont des enfants de plus en plus tard

Vrai. Pour les gynĂ©cologues, cela ne fait aucun doute : l’ñge est la premiĂšre cause d’infertilitĂ©. Les femmes choisissent souvent de privilĂ©gier leur vie personnelle et leur carriĂšre avant de fonder un foyer. Le couple attend souvent d’ĂȘtre installé professionnellement avant d’envisager de faire un enfant. Or, la probabilité à chaque cycle d’obtenir une grossesse est d’environ 30 % entre 27 et 29 ans, et seulement 15 % entre 35 et 39 ans. Concevoir un enfant naturellement aprĂšs 40 ans n’est pas garanti, et cela d’autant plus qu’il s’agit d’une premiĂšre grossesse.

La qualité des ovules ne bouge pas malgré les années

Faux. MĂȘme si ce n’est absolument pas systĂ©matique, certaines femmes peuvent Ă©prouver de l’inconfort voire  une sensation douloureuse lors des rapports car le col de l’utĂ©rus est sensibilisĂ© par l’afflux hormonal. Les modifications hormonales peuvent aussi entraĂźner une lubrification insuffisante du vagin, facile Ă  contrer avec un gel lubrifiant.

 L’ovule n’est pas seul en cause

Vrai. Avec l’ñge, l’utĂ©rus vieillit et des maladies telles que des fibromes, des kystes, de l’hypertension ou encore du diabĂšte apparaissent, diminuant les chances de fĂ©condation et de bon dĂ©roulement de la grossesse.

On peut ĂȘtre en prĂ©-mĂ©nopause bien avant l’arrĂȘt des rĂšgles

Vrai. La mĂ©nopause commence bien avant l’arrĂȘt des rĂšgles, quand le stock d’ovules s’épuise. La rĂ©duction de la durĂ©e du cycle (25 Ă  21 jours) traduit le dĂ©but d’une insuffisance ovarienne (prĂ©-mĂ©nopause) qui peut survenir plusieurs annĂ©es avant la mĂ©nopause. Pendant cette pĂ©riode transitoire, la fertilitĂ© est a minima et le dĂ©clenchement d’une grossesse, sans stimulation hormonale, est rare, surtout chez une femme qui n’a jamais eu d’enfant.

L’ñge de l’homme n’est pas en cause

Faux. A partir de la quarantaine, le taux de testostĂ©rone diminue : c’est l’andropause. Cette diminution est graduelle jusqu’au 4e Ăąge et les symptĂŽmes varient d’un homme à l’autre : irritabilitĂ©, troubles de l’érection, fatigue. Les spermatozoĂŻdes sont de moins bonne qualitĂ© avec l’ñge.

Certaines stérilités sont la conséquence de traitements médicaux

Vrai. Les infertilitĂ©s dues au DistilbĂšne sont aujourd’hui avĂ©rĂ©es. Seulement 50 % des femmes qui ont étĂ© exposĂ©es in utero Ă  ce mĂ©dicament rĂ©ussissent Ă  programmer une grossesse naturelle ou avec l’aide de la mĂ©decine. La chimiothĂ©rapie est également une cause de stĂ©rilitĂ© mais il existe des techniques de prĂ©lĂšvement et de conservation des ovules avant le traitement afin de permettre Ă  la femme traitĂ©e de mener ensuite une grossesse à terme aprĂšs fĂ©condation in vitro et traitement rĂ©-implantatoire.

Les maladies chromosomiques peuvent provoquer une stérilité

Vrai.  De nombreuses maladies  d’origine gĂ©nĂ©tique ont des rĂ©percussions sur la fonction reproductrice. Il peut s’agir d’anomalies du nombre des chromosomes et de la structure des chromosomes. Chez l’homme, une anomalie des canaux éjaculateurs peut ĂȘtre constatĂ©e en cas de mucoviscidose, par exemple.  Une anomalie chromosomique, portĂ©e par l’un ou l’autre des conjoints, peut expliquer la frĂ©quence de fausses couches. On estime que des anomalies chromosomiques sont en cause dans deux tiers des fausses couches dans les six premiĂšres semaines de la grossesse et dans un quart des cas lorsque l’interruption spontanĂ©e se produit entre huit et douze semaines.

Les anomalies chromosomiques sont plus fréquentes chez la femme

Faux.  L’incidence des anomalies chromosomiques sur la fertilité est plus importante chez l’homme que chez la femme. Ce sont elles qui dĂ©terminent la gravitĂ© de l’altĂ©ration du spermogramme.

À lire absolument

Laisser un commentaire