Enceinte, ma mémoire me joue des tours !

trous de mémoire-enceinte-neuf mois

La raison pour laquelle on est sortie, nos clefs, notre rendez-vous chez le gynéco : rien n’échappe à nos soudains trous de mémoire ! Restons cool : on n’est pas en train de vivre un Alzheimer précoce. Ce sont juste des troubles de la mémoire passagers, fréquents à partir du second trimestre. Nous vous expliquons le pourquoi du comment en collaboration avec le Pr Anne Danion-Grilliat, psychiatre et auteur de Psychiatrie de l’enfant.

Perte de mémoire : pourquoi ça nous arrive, à nous ?

C’est un fait, ça arrive ! Des études récentes ont montré que la mémoire à court terme des femmes enceintes est réduite. Quant à savoir pourquoi… Sans doute en raison d’une surcharge émotionnelle qui empêcherait le cerveau de penser avec logique. Qui plus est, les modifications hormonales de la grossesse modifient souvent la qualité du sommeil et le comportement émotionnel des futures mamans. Ce qui peut avoir des effets pervers sur la mémorisation. On nous l’a assez répété quand on était gamines : pour réussir à l’école, il faut dormir suffisamment. Eh bien, là, c’est pareil : pour mémoriser correctement, il faut dormir suffisamment.

La solution SOS : Un traitement homéopathique et des tisanes permettent de retrouver un meilleur sommeil, une certaine sérénité et donc d’améliorer l’activité intellectuelle. Mais pas d’automédication : il faut consulter la sage-femme ou le médecin homéopathe car le dosage dépend du terrain de chacune.

Et si c’était dans la tête ?

En effet, les seules causes neuro-biologiques ne suffisent pas à expliquer les troubles de la mémoire fréquents pendant la grossesse. Des origines psychiques sont probables, mêlées à aux causes fonctionnelles déjà évoquées. Les modifications psychiques sont intenses en raison du passage du statut de femme vers le statut de mère. Ce qui réveille des conflits de l’enfance pour les réactualiser. Travail de l’inconscient qui relègue parfois le quotidien au second plan. Focalisée sur soi et sur son bébé, on a la tête en l’air. Mais est-ce si grave, en définitive ?

La solution SOS :  Laisser du temps au temps. Même après la naissance, les troubles de la mémoire peuvent persister quelques semaines. La faute à la fatigue de l’accouchement et aux nuits écourtées. Mais pas seulement ! Toute jeune maman a besoin de se recentrer sur elle-même et sur son nouveau-né, ce qui exclut toute autre priorité pour le moment. D’où certains oublis. Mais une fois bien installée dans son statut de maman, la mémoire reviendra sans difficulté.

En attendant, pour s’aider à mémoriser, voici quelques petits trucs assez efficaces : répéter mentalement et si possible à voix haute les trucs à mémoriser comme l’achat d’un paquet de café mais sans faire de zèle car au-delà de 5 à 6 points à mémoriser, notre mémoire à court terme déclare forfait. Exercice à faire plusieurs fois de suite mais sans fond sonore qui pourrait faire interférence. et exercer sa mémoire avec des livres exercices rigolos comme Améliorer sa mémoire Pour les nuls (éd. First, 22,90€).

Y a-t-il des aliments qui aident à mémoriser enceinte, comme au moment des examens ?

Près de la moitié des glucides que nous mangeons servent à alimenter notre cerveau, qui ne fonctionne qu’au glucose. Celui-ci ne peut être transformé en énergie que s’il contient de la vitamine B1 qui va permettre d’étaler son effet dans le temps et d’avoir une meilleure efficacité. D’où l’importance de consommer des aliments qui en contiennent suffisamment.

La solution SOS : Cap sur la levure de bière sèche ou de boulanger, les germes de blé, les pois secs, les haricots secs, le porc, le jambon, les noix et noisettes, les lentilles, les petits pois, le riz brun, les châtaignes, les amandes, le pain complet…. A savoir : les aliments lavés et cuits dans l’eau perdent entre 10 et 40% de leur teneur en vitamine B1.


Source :

CAIRN

 

 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire