Grossesse tardive : quel délai entre deux bébés ?

délai entre deux grossesse-neuf mois

Quand le premier bébé s’annonce autour de la quarantaine, il faut un peu de temps pour récupérer de la fatigue de l’accouchement et des premiers mois avec bébé. Mais si on souhaite ne pas en rester là et offrir à l’aîné un petit frère ou une petite sœur, quel délai raisonnable faudrait-il respecter ? Neufmois.fr a posé la question au Pr François Olivennes, gynécologue-obstétricien et auteur de Pour la PMA.

Avoir deux bébés rapprochés, quels sont les avantages et les inconvénients ?

Pr F. Olivennes :

Avoir deux bébés d’âge rapprochés peut être très plaisant, en grandissant ils jouent souvent aux mêmes jeux. Mais quand on a passé la quarantaine on peut être plus fatiguée et les premières années risquent d’être sportives. Avoir des bébés rapprochés signifie également être plus disponible. Sur le plan médical, les grossesses enchaînées à moins de 6 mois peuvent être responsables de prématurité. Le meilleur écart se situe entre 12 et 18 mois. Le temps que l’organisme de la femme se soit entièrement remis.

Quel délai respecter ?

Pr F. Olivennes :

Statistiquement, une femme de 38 ans a deux fois moins de chance de devenir enceinte qu’une femme de 28 ans. Toutefois, il existe des variations individuelles très importantes. On peut rencontrer une femme de 28 ans avec une fertilité basse tandis qu’une femme de 38 ans peut avoir conservé sa fertilité. Surtout si elle a déjà eu des enfants. Il est donc bien difficile de répondre précisément à cette question.

Disons que le principe de précaution imposerait de lancer rapidement la seconde grossesse. C’est-à-dire d’arrêter la contraception six mois après l’avoir reprise. A condition que la future maman soit en bonne santé et que le premier accouchement se soit bien passé. Passé 38 ans, les fausses couches du premier trimestre sont plus nombreuses. Il faut donc accepter l’idée qu’une grossesse déclarée n’est pas forcément aboutie. En cas de fausse couche, il est désormais conseillé de réessayer rapidement dans les mois qui suivent, surtout si on approche de la quarantaine, car la fécondité baisse très vite.

Et si ça ne marche pas, peut-on avoir recours à l’aide à la procréation ?

Pr F. Olivennes :

Encore une fois, cela dépend du cas. Si une femme de plus de 38 ans a un problème de fertilité lié à des trompes bouchées par exemple, l’aide médicale à la procréation sera utile. En revanche, si l’infertilité de la patiente est liée à son âge, cela n’améliorera pas la qualité de ses ovocytes. La seule solution serait alors le don d’ovocytes, mais la procédure peut prendre plusieurs années, en raison du manque de donneuses. Et le risque d’avoir atteint la limite d’âge avant de bénéficier d’un don est grand… A partir de 43 ans, il n’y a pas d’indication de traitement sauf pour des cas très particuliers : si l’homme a peu de spermatozoïdes ou si les ovaires de la femme fonctionnent correctement mais qu’il existe un autre problème dans le couple.


Quel est le pourcentage de chance d’être enceinte avec stimulation après 40 ans ?

Pr F. Olivennes :

Entre 38 et 42 ans, on peut espérer 10% de chances. Après 43 ans, les stimulations n’auront pas d’effet si le problème d’infertilité est lié à l’âge. C’est pour cette raison que l’âge charnière de la fertilité est estimé entre 36 et 38 ans. A partir de 38 ans, force est de constater que les chances de fécondité chutent fortement. Donc, si on souhaite un second enfant après un premier bébé au tournant de la quarantaine, il faut envisager de le programmer très rapproché du premier. Ce qui peut être très fatigant et parfois très pénalisant professionnellement.

 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire