Vaccination : 20 idées reçues décryptées en détail

La nouvelle Ministre de la Santé, Agnès Buzyn a pris la décision de rendre obligatoires 11 vaccins. Cette obligation vaccinale est effective depuis le 1er janvier 2018. Cette décision qui peut paraître précipitée est principalement liée au recul dramatique de la vaccination sur notre territoire. Entre rumeurs infondées et idées reçues, les réticences vis-à-vis des vaccins sont de plus en plus nombreuses. Or la vaccination reste essentielle pour le bien de la population. Démêlez le vrai du faux avec ces réponses aux 20 questions les plus fréquentes sur la vaccination.

1. Les vaccins fatiguent l’organisme

Faux. En se faisant vacciner, on apprend au système immunitaire à reconnaître un pathogène. Pour cela le système immunitaire doit apprendre à fabriquer des molécules capables de le défendre. Il fabrique notamment des anticorps, petites molécules capables de neutraliser les antigènes responsables des maladies. En quelque sorte, on stimule le système immunitaire.

2. Un bébé est trop petit pour se faire vacciner

Faux. Il n’est pas trop petit pour se faire vacciner. Dès sa naissance, le bébé est en contact permanent avec de nombreux antigènes et son système immunitaire doit apprendre à se défendre. De plus, des maladies infantiles graves peuvent toucher les nourrissons et on doit donc le protéger au plus vite. Même les bébés prématurés peuvent être vaccinés dès deux mois.

3. J’allaite mon bébé, cela est suffisant pour le protéger contre les maladies

Faux. Allaiter son bébé permet de lui transmettre certains anticorps pouvant l’aider à mieux se défendre contre des pathogènes. Mais cette protection n’est pas totale et ne lui confère pas une immunité vis-à-vis de toutes les maladies qu’un nourrisson peut contracter.

4. Les maladies concernées par la vaccination sont rares et en voie d’éradication

Faux. Il ne faut pas oublier que le recul de ces maladies est essentiellement le fait de la vaccination. Ces maladies, si elles sont moins courantes, peuvent encore se propager rapidement et des épidémies sont à craindre. Pour éradiquer une maladie il faut une couverture vaccinale optimale, ce qui n’est pour l’instant pas le cas pour la plupart de ces pathogènes. Par exemple pour éradiquer la rougeole, il faudrait que la couverture vaccinale soit d’environ 95%.La vaccination ne protège pas que l’individu, elle protège la communauté : si la vaccination couvre un grand nombre de personnes, alors la maladie ne circulera plus.

5. Il vaut mieux contracter ces maladies, c’est plus sain

Faux. Le fait de se faire vacciner protège aussi efficacement contre le pathogène sans avoir la mauvaise surprise de tomber malade.

6. Les maladies infantiles sont des maladies bénignes

Faux. Le terme maladie infantile ne veut pas dire que ces maladies sont entièrement bénignes. La rougeole attaque le système nerveux et peut parfois être dangereuse voire mortelle. Lors de l’été 2017, une adolescente de 16 ans est décédée de la rougeole, faute de vaccination. Depuis 2008, une dizaine de décès dus à la rougeole ont été recensés. La méningite peut faire des ravages et les oreillons peuvent causer des stérilités chez les hommes.

7. Les vaccins ne sont pas efficaces

Faux. La plupart des vaccins protègent à plus de 90% l’organisme, le ROR quant à lui protège à 85%. Cependant, même si le vaccin n’était pas suffisamment efficace, la maladie contractée serait grandement atténuée.

8. Les vaccins contiennent des substances chimiques

Vrai. Les vaccins peuvent contenir des adjuvants qui permettent de rendre plus efficaces les vaccins, mais aussi des conservateurs. Ceux-ci sont en effet fabriqués à l’aide de produits chimiques qui, à haute dose peuvent s’avérer toxiques. Dans les vaccins, les doses sont infimes et sont donc tout à fait inoffensives.

9. Les vaccins contiennent des adjuvants à base d’aluminium

Vrai. Certains vaccins contiennent des adjuvants permettant d’augmenter l’efficacité des vaccins. Il existe différents adjuvants mais ceux aux sels d’aluminium semblent être les meilleurs. Les adjuvants sont testés pour une sécurité totale. A ce jour, aucun effet secondaire lié à la présence de sels d’aluminium n’a été rapporté. A noter : de nombreux produits cosmétiques et alimentaires contiennent plus d’aluminium que les vaccins.

10. Les effets secondaires sont terribles

Faux. Les principaux effets secondaires des vaccins sont minimes : petite douleur au point d’injection, induration… Généralement ces effets se dissipent en quelques jours. Les incidents qui peuvent subvenir concernent surtout les allergies à des composants du vaccin : par exemple en cas d’allergie aux œufs.

11. Le vaccin ROR peut causer l’autisme et l’hépatite B, la sclérose en plaques

Faux. Il s’agit d’une information complètement erronée qui malheureusement perdure. Il y a plus de 20 ans, une étude publiée dans un prestigieux journal scientifique sema le doute sur un possible lien entre le vaccin ROR et des cas d’autisme. Cela a eu des conséquences désastreuses sur la vaccination. On sait depuis que cette étude était biaisée et les résultats complètement faux : il n’y a jamais eu aucun lien entre le vaccin et l’autisme. Cependant l’information continue toujours de circuler sur les réseaux sociaux…. Quant au vaccin contre l’hépatite B, il a lui aussi payé sa mauvaise réputation, pourtant aucune étude depuis 20 ans n’a pu établir de lien entre la vaccination et l’aggravation de maladies neurodégénératives comme la sclérose en plaques. Une chose est sure, l’hépatite B est une maladie très contagieuse qui peut engendrer des dégâts irréversibles sur le corps comme des cirrhoses ou des cancers du foie et cette maladie peut être évitée grâce à la vaccination.

12. 11 piqûres c’est trop !

Faux. 11 vaccins obligatoires ne signifient pas 11 injections. Attention, la plupart des vaccins proposés sont couplés. Par exemple, la rougeole, les oreillons et la rubéole sont rassemblés au sein d’un vaccin dénommé ROR. Il existe des vaccins pentavalents, rassemblant les vaccins contre 5 pathogènes ou même hexavalents. Ces vaccins sont aussi sûrs que des vaccins pris séparément.

13. Avec 11 vaccins il y a plus de risques d’effets secondaires

Faux. L’organisme de bébé est en contact permanent avec des milliers de pathogènes. Il n’y a pas plus de risques d’avoir des effets secondaires que quand on fait un seul vaccin.


14. Il y a trop de risques à se faire vacciner

Faux. Il est vrai que le risque zéro n’existe pas, comme tous les produits pharmaceutiques, les vaccins présentent un risque pour la santé, tout comme les antalgiques ou tout autre médicament. Néanmoins, les risques graves sont très faibles et sont bien en deçà des risques pour la santé de contracter une maladie comme la rougeole ou la polyomyélite.

15. Les firmes pharmaceutiques ont des intérêts financiers

Vrai. Il est évident que les firmes pharmaceutiques ont un intérêt financier dans la production des produits de santé. Ce lien est d’ailleurs celui génère le plus de méfiance vis-à-vis des vaccins. Les différents scandales sanitaires (médiator, distillbène…) ont engendré une méfiance vis-à-vis des produits pharmaceutiques et donc des vaccins. Cependant, les vaccins restent les produits les plus sécurisés et les plus contrôlés.

16. On utilise parfois des pathogènes seulement atténués

Vrai. Un vaccin est une préparation antigénique permettant d’éduquer le système immunitaire sans rendre malade. Cette préparation peut contenir une partie du pathogène, ou celui-ci peut être tué ou vivant mais atténué. Dans tous les cas, il n’y a pas de risques de tomber malade car les vaccins sont très surs et les vaccins contenant des pathogènes atténués ne peuvent plus être virulents.

17. Le vaccin peut rendre malade

Vrai et faux. S’il n’y a pas de risques de contracter la maladie après s’être fait vacciné, il se peut que votre enfant fasse une réaction très légère au vaccin, sous forme de fièvre. Cela peut se produire quand l’enfant fait le vaccin alors qu’il est fatigué ou légèrement malade. Pour plus de sécurité, on évite toujours de vacciner un enfant ou un adulte légèrement malade ou en convalescence.

18. Pas besoin de vaccination, mes enfants sont rarement malades

Faux. Certes, certains enfants tombent peu souvent malades mais confrontés à des épidémies de grande envergure, ils ont un risque réel de tomber malade. Sans la vaccination, ils risquent alors de contracter une maladie potentiellement dangereuse et de contaminer leurs frères et sœurs.

19. Tous les sites qui parlent de vaccination sont fiables

Faux. Sur internet, on trouve souvent des informations erronées sur des sites très bien placés dans les moteurs de recherche. Si vous souhaitez obtenir des informations scientifiques fiables, consultez des sites officiels comme celui de l’inserm, d’Améli, de l’OMS ou encore du gouvernement. Enfin, ne vous fiez jamais aux informations circulant sur les réseaux sociaux.

20. On peut choisir le type de vaccins utilisé

Vrai. Le DT polio seul était jusqu’à présent introuvable. Ce vaccin était généralement lié aux vaccins contre la coqueluche et l’haemophilus influenza. Une injonction du conseil d’état datant du début de l’année 2017 oblige désormais les firmes à produire des vaccins pentavalents, héxavalents mais aussi trivalents.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire