Calendrier vaccinal 2018 : tout ce qu’il faut savoir sur les nouveaux vaccins obligatoires

La vaccination représente un des progrès majeurs en matière de santé depuis ces dernières décennies. Elle a permis d’éradiquer certaines maladies et d’augmenter notablement l’espérance de vie. Pourtant, depuis quelques années, la vaccination n’est plus une préoccupation majeure et la population semble s’en désintéresser. Problème ? La couverture vaccinale de la population diminue, conséquence : le retour d’épidémies de maladies qui étaient en voie de disparition. Face à ce problème majeur l’Italie a déjà pris les devants en imposant la vaccination obligatoire pour les écoliers. En France, la nouvelle ministre de la Santé a rendu obligatoire à partir de 2018 11 vaccins afin de protéger au mieux la population. Coup d’œil sur ces 11 vaccins (et un peu plus) pour comprendre leur importance.

La vaccination, une avancée médicale majeure

Le principe de la vaccination est apparue à la fin du XVIIIème siècle et a connu un formidable essor à la fin du siècle dernier. Les maladies qui décimaient autrefois les populations sont aujourd’hui en voie d’éradication. La vaccination consiste à injecter une partie non pathogène d’un agent infectieux, pour éduquer le système immunitaire du patient. Cette opération confère une protection durable vis-à- vis du pathogène en question. Il existe actuellement 3 vaccins obligatoires en France, protégeant efficacement contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite.

Les vaccins obligatoires : le DTPolio

La diphtérie, le tétanos et la poliomyélite sont trois maladies extrêmement graves dont les épidémies sont en train d’être contrôlées grâce à la vaccination. Le problème ? La forme simple du vaccin (non associée à d’autres vaccinations) ne se commercialise plus depuis 2008 et oblige donc à utiliser les formes associant 4 à 6 souches dont certaines sont justes recommandées. Le choix n’est donc plus possible. Bonne nouvelle néanmoins, le conseil d’état a demandé au gouvernement, en début d’année, de mettre à disposition rapidement le vaccin DT polio seul. A noter que le vaccin est donc actuellement combiné avec le vaccin contre la coqueluche et le vaccin contre les infections invasives à haemophilus influenzae de type b responsables d’infections respiratoires et de méningites.

Quand vacciner bébé ?

La vaccination a lieu généralement à 2 mois et est suivie d’une deuxième injection à 4 mois. Un rappel est effectué à 11 mois. Ensuite, un deuxième rappel a lieu vers 6 ans et un troisième entre 11 et 13. A l’âge adulte, on recommande des rappels à 25, 45, 65 ans (puis tous les 10 ans).

Le vaccin BCG : obligatoire seulement dans certains cas

La vaccination contre la tuberculose n’est plus obligatoire depuis 2007, sauf en Guyane ou à Mayotte ou la vaccination néonatale est encore d’actualité. Le vaccin est cependant recommandé en cas d’antécédent familial ou pour les enfants originaires de pays ou régions à forte endémie.

Quand vacciner bébé ?

Le vaccin peut s’effectuer dès la naissance en cas de situation à risque élevé, sans test préalable. Mais, après 3 mois, le test d’intradermoréaction à la tuberculine doit être réalisé avant pour éviter de vacciner un enfant qui aurait déjà été contaminé. Il peut également être utilisé pour détecter une contamination à la tuberculose, car cette maladie reste très contagieuse.

Le vaccin contre le méningocoque type C

On l’oublie souvent, mais cette infection est souvent mortelle et vise essentiellement les enfants de moins de 5 ans. Et aussi les adolescents. Quand elle n’est pas mortelle, cette infection peut avoir de graves conséquences sur la santé des enfants, avec des séquelles physiques ou neurologiques importantes.

Quand vacciner bébé ?

La vaccination s’effectue vers le 5eme mois, avec un rappel à 12 mois.

Le vaccin contre le pneumocoque : à réfléchir

Le pneumocoque peut provoquer chez les petits enfants (les bébés jusqu’à 3 ans) des otites ou sinusites, mais peut également chez le jeune enfant déclencher des septicémies, des méningites et des pneumonies. Les infections à pneumocoques ne sont pas rares puisqu’elles représentent la première cause d’infection bactérienne chez le très jeune enfant. Le vaccin, recommandé comme la plupart des vaccins hormis le DTP obligatoire, est à bien réfléchir car la méningite bactérienne est à l’origine de décès chaque année : 10% des enfants infectés décèdent. Son efficacité est évaluée à 97,4% sur les maladies provoquées par les types de pneumocoques ciblés par le vaccin.

Quand vacciner bébé ?

Pour ce vaccin aussi, on commence tôt, à 2 mois, avec deux injections à deux mois d’intervalle et un rappel à l’âge de 11 mois. Une troisième injection, un mois après la seconde, est prévue uniquement pour les bébés prématurés et les nourrissons à risque élevé de contracter une infection invasive à pneumocoque. Ces bébés fragiles devront eux aussi faire un rappel à l’âge de 11 mois. En cas de non-vaccination au cours de la première année, il est possible (et même recommandé) d’envisager un rattrapage vaccinal entre 2 et 5 ans, si l’enfant appartient à un groupe à risque élevé.

Les infections à méningocoques : les nouvelles recommandations de L’Haute Autorité de Santé

Les infections à méningocoques sont particulièrement contagieuses (via des gouttelettes de salive) et peuvent se traduire par des chocs septiques. Etant donné que la couverture vaccinale est actuellement insuffisante pour protéger les enfants en collectivité, l’HAS préconise la vaccination.

Quand vacciner bébé ?

Une vaccination à 5 mois suivie d’un rappel à 12 mois.

La coqueluche : protéger toute la famille

La coqueluche est une maladie respiratoire très contagieuse, reconnaissable par des quintes de toux au matin faisant penser au chant du coq. Si elle passe souvent inaperçue chez l’adulte et l’adolescent, elle peut vite se compliquer chez l’enfant (complications respiratoires ou neurologiques). Il est donc nécessaire de protéger bébé surtout en période d’épidémie. Les membres de la famille ou les futurs parents doivent être vaccinés pour éviter à bébé d’être en contact avec la maladie.

Quand vacciner bébé ?

Une dose de vaccin à 2 mois suivi d’une deuxième dose à 4 mois et d’un rappel à 11 mois. Les rappels se font généralement avec le DT polio vers 6 ans et 11-13 ans.

Le vaccin ROR : une précaution nécessaire

La rougeole revient et tue régulièrement des bébés, contaminés par des enfants plus grands atteints par la maladie. Mais dans les décès constatés, on trouve aussi des enfants aux portes de l’adolescence. En effet, on oublie souvent que c’est un virus qui s’attaque au système nerveux. Quant aux oreillons, on sait que cette infection est une cause de stérilité chez les garçons, comme la rubéole est particulièrement dangereuse pour une future maman et pour son fœtus. La sagesse préconise donc la vaccination, à l’âge de 12 mois avec une seconde dose à 18 mois, qui n’est pas un rappel, mais une possibilité de conforter l’immunité pour les enfants n’ayant pas encore une protection immunitaire satisfaisante.

Quand vacciner bébé ?

Dès 12 mois puis entre 16 et 18 mois si possible, mais on peut réaliser la seconde injection plus tard en cas d’oubli ou d’impossibilité. En cas de besoin, la seconde dose peut être injectée avant 16 mois, mais il faut impérativement respecter un intervalle d’un mois minimum entre les deux doses.

Le vaccin contre l’hépatite B : la mauvaise controverse

Le vaccin de l’hépatite B a souffert de sa mauvaise réputation pendant des années. Pourtant, le vaccin permet de se protéger contre une infection très contagieuse qui peut avoir des complications graves. Le vaccin est donc conseillé pour tous les nourrissons, néanmoins si vous avez un doute n’hésitez pas à en parler à votre médecin.


Quand vacciner bébé ?

3 injections à l’âge de 2 mois, 4 et 11 mois. Un rattrapage est possible plus tard.

Le vaccin contre la varicelle

Mieux vaut attraper la varicelle petit, c’est bien connu, car à l’âge adulte, et surtout pendant la grossesse, c’est très problématique. La varicelle peut parfois provoquer des complications neurologiques graves et pas seulement chez l’adulte. Une étude récente allemande a permis de démontrer que la vaccination contre la varicelle permettait de faire baisser le taux de méningites ou d’encéphalites. Le vaccin contre la varicelle est disponible en France depuis 2004. C’est une vaccination qui n’est pas recommandée pour l’instant chez le bébé, mais plutôt pour les adolescents ou les adultes n’ayant pas contracté enfant la maladie, chez les enfants candidats à la greffe ou chez la femme non immunisée ayant un projet parental.

Le vaccin contre la grippe

Comme le vaccin contre la varicelle, celui contre la grippe ne présente pas vraiment d’intérêt chez les bébés en bonne santé. Il est essentiellement recommandé chez les nourrissons de moins de 6 mois, à l’état de santé inquiétant, notamment les prématurés ou les bébés souffrant de pathologies graves.  Par contre le vaccin est recommandé pour les futures mamans quelque soit le trimestre de grossesse.

Le vaccin contre la fièvre jaune : en Guyane uniquement

Depuis 2016, la vaccination contre la fièvre jaune est recommandée chez les enfants vivant en Guyane ou s’y rendant en vacances.

Quand vacciner bébé ?

Le vaccin peut être fait dès l’âge de 9 mois et, dans certaines circonstances exceptionnelles, à partir de l’âge de 6 mois si le bébé doit séjourner en milieu rural, en forêt ou en cas d’épidémie en cours. Pour rappel, cette vaccination est déconseillée chez les femmes enceintes, mais peut concerner les mamans qui allaitent sous strict avis médical. Mieux vaut donc décaler le voyage en Guyane si vous êtes enceinte et pendant l’allaitement, ou tant que bébé n’a pas atteint l’âge du vaccin, soit 9 mois.

Petit rappel du calendrier vaccinal 2017

calendrier vaccins 2017

https://www.mesvaccins.net/textes/calendrier_vaccinations_2017.pdf

http://inpes.santepubliquefrance.fr/CFESBases/catalogue/pdf/1175.pdf

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire