Neufmois.fr » Ma Grossesse » Peut-on booster les dĂ©fenses immunitaires de bĂ©bĂ© pendant les derniĂšres semaines de grossesse ?

Peut-on booster les défenses immunitaires de bébé pendant les derniÚres semaines de grossesse ?

De nombreuses Ă©tudes attestent qu’il existe une flore bactĂ©rienne au niveau du placenta, qui permet de renforcer les dĂ©fenses immunitaires de bĂ©bĂ© grĂące Ă  des probiotiques. Mais cela suppose une supplĂ©mentation de deux souches de probiotiques. Explications du Dr Jean-Marc Bohbot, directeur de l’Institut Fournier Ă  Paris.

Le microbiote

C’est le nom savant des micro-organismes qui dopent notre systĂšme immunitaire, et que nous transmettons Ă  bĂ©bĂ©. Pendant longtemps, on a pensĂ© que ce microbiote se limitait Ă  la flore intestinale mais on sait maintenant qu’il existe aussi un microbiote placentaire et un microbiote mammaire. Evidemment alimentĂ© par les ressources de la future maman.

Le hic, c’est que nos modes de vie ont sĂ©rieusement entamĂ© la qualitĂ© de notre microbiote, notamment la prescription d’antibiotiques (qui Ă©radiquent mauvaises et bonnes bactĂ©ries sans faire de diffĂ©rence) et le tabagisme. ConsĂ©quence de notre microbiote appauvri, nos bĂ©bĂ©s, qui en hĂ©ritent via le placenta et via l’allaitement si nous avons choisi ce mode d’alimentation pour bĂ©bĂ©, ont donc un systĂšme immunitaire moins performant. Et Ă  la gĂ©nĂ©ration suivante, le microbiote sera encore affaibli et ainsi de suite de gĂ©nĂ©ration en gĂ©nĂ©ration. Comment s’étonner alors que depuis 30 ans certaines pathologies explosent : eczĂ©ma, allergies cutanĂ©es, asthme, diabĂšte, diarrhĂ©es, obĂ©sité .

La solution pour renforcer le microbiote

Des Ă©tudes cliniques ont montrĂ© depuis quelques annĂ©es l’intĂ©rĂȘt de deux souches de probiotiques, Lactobacillus rhamnosus GG et Bifidobacterium lactis, pour amĂ©liorer la bonne vitalitĂ© du microbiote. Mais comment les ingĂ©rer pour renforcer notre microbiote ? Depuis novembre 2016, c’est possible en prenant un complĂ©ment alimentaire (Maternov Antepartum) Ă  partir du 8e mois de grossesse jusqu’à l’accouchement si on a choisi de ne pas allaiter et sinon jusqu’à la fin du premier mois d’allaitement. IdĂ©alement le mois prĂ©cĂ©dant l’accouchement et pendant la durĂ©e de l’allaitement. Pourquoi attendre le 8e mois ? « Inutile d’en prendre plus tĂŽt car le placenta n’est pas rĂ©actif avant le 8e mois », prĂ©cise le Dr Bohbot, , directeur de l’Institut Fournier Ă  Paris.

Qui peut prendre une supplémentation en probiotiques ?

Toutes les femmes enceintes sont concernĂ©es par ce renforcement de leur microbiote, mais tout particuliĂšrement celles qui ont Ă©tĂ© traitĂ©es par antibiotiques dans les mois prĂ©cĂ©dents, celles qui prĂ©sentent des antĂ©cĂ©dents de dermatite atopique et celles dont on peut prĂ©voir le risque de cĂ©sarienne. « Lors de l’accouchement par voie basse, on sait que des bactĂ©ries sont transmises au microbiote du bĂ©bĂ© et que les cĂ©sariennes, en empĂȘchant cette transmission, accroissent le risque d’allergie, de maladie cƓliaque et d’obĂ©sitĂ©, explique le Dr Jean-Marc Bohbot. Depuis peu, on a compris que la mĂšre transmet dĂ©jĂ  ses « bonnes bactĂ©ries » in utero via le placenta et, aprĂšs sa naissance via le lait maternel. D’oĂč l’intĂ©rĂȘt de supplĂ©menter en probiotiques dĂšs le 8e mois les femmes enceintes, particuliĂšrement celles qui ont eu un traitement antibiotique dans l’annĂ©e, ou qui prĂ©sentent des antĂ©cĂ©dents de dermatite atopique ou un risque d’accouchement par cĂ©sarienne. »

Quels bénéfices pour bébé ?

Le microbiote mammaire, un argument de plus en faveur de l’allaitement maternel. Surtout si on a pris la peine d’optimiser ce microbiote mammaire en Ă©lĂ©ments immunitaires et en « bonnes bactĂ©ries » dĂšs les premiĂšres tĂ©tĂ©es. Selon une Ă©tude clinique publiĂ©e rĂ©cemment, on peut donc en espĂ©rer un recul des pathologies courantes qui frappent les bĂ©bĂ©s et les jeunes enfants : – 82 % de diarrhĂ©es, – 68 % d’eczĂ©ma et – 38 % de dermatite atopique. D’autres Ă©tudes sont en cours pour Ă©valuer des effets positifs sur plusieurs autres pathologies.

À lire absolument

Laisser un commentaire