Téléchargez l'application Neuf Mois
Neuf Mois pour les sages-femmes 9Love - L'Eshop GrossesseLes meilleures mutuelles grossesse

30 vérités bien-être et santé pour vivre grossesse et accouchement au naturel

  • L’échographie émet des ultrasons qui peuvent être dangereux pour le fœtus
  • Mieux vaut demander une péridurale qu'une rachianesthésie
  • La péridurale n'est pas la seule méthode pour ne pas souffrir en accouchant
  • Accoucher dans l'eau permet d'éviter le recours aux anesthésiants
  • Connaitre le sexe du bébé à l'avance ne répond pas aux principes d'une naissance naturelle
  • Boire beaucoup et aller souvent aux toilettes pendant le travail facilite la descente du bébé
  • Un accouchement sous péridurale expose davantage la force des forceps
  • Déclencher l'accouchement, c'est contre la nature
  • La contamination par le streptocoque B étant rare de la mère au bébé, on peut refuser le traitement antibiotique
  • L'alimentation pendant la grossesse doit être bio autant que possible
  • L'huile de palme est dangereuse pendant la grossesse
  • Il faut éviter de manger du poisson en raison du mercure
  • Mieux vaut éviter, enceinte, les édulcorants, notamment dans les boissons
  • Une orange pressée c'est idéal pour le tonus pendant la grossesse
  • Enceinte, mieux vaut se soigner avec des plantes
  • Enceinte, toutes les vitamines sont bonnes, tant qu'elles sont naturelles
  • Les légumes verts, c'est mieux que la supplémentation en acide folique !
  • Les parfums d'ambiance sont dangereux pour le fœtus
  • Pas de meubles en contre-plaqué dans la chambre de bébé
  • Des produits antibactériens, c'est sain
  • Allaiter bébé, c'est top pour lui !
  • Le lait maternel protège bébé contre les maladies
  • Pas top les produits industriels sur le mamelon
  • Du sac à langer au manteau, rien ne vaut le bio
  • Les eaux minérales, c'est mieux que le robinet
  • Acheter poussette et siège-auto d'occasion, c'est plus écologique
  • L'écharpe de portage, c'est plus naturel que le porte-bébé
  • Les huiles essentielles sont interdites pendant la grossesse
  • Un accouchement vraiment physiologique suppose d'accoucher chez soi ou en maison de naissance

Pas besoin d’être encartée chez les Verts pour s’interroger, enceinte, sur les effets délétères des polluants qui nous entourent. Neuf Mois vous révèle les astuces des experts de la grossesse pour assainir votre quotidien et accoucher le plus naturellement possible, sans virer baba cool.

A en croire certains titres ronflants de l’actualité, on n’a plus qu’à filer dans un service d’oncologie pour finir sa grossesse dans une bulle stérile. Tout serait dangereux, gangrené par des polluants en tout genre. Certes, le monde moderne est davantage exposé à certains dangers environnementaux qu’à l’époque de l’homme des cavernes. Mais celui-ci alors, mourrait de faim, de froid, et de maladies infectieuses malgré l’absence de trou dans la couche d’ozone, de perturbateurs endocriniens ou d’ondes électromagnétiques cancérigènes. Et la mortalité maternelle et infantile était un vrai fléau. Comme quoi, on n’a pas forcément intérêt à revenir en arrière.. Néanmoins, on peut améliorer certains domaines de son quotidien pour vivre une grossesse saine -et zen- et assurer à bébé un foyer le plus clean possible.

Tour d’horizon des différentes précautions à adopter pour contrer les polluants indésirables et éviter l’hypermédicalisation le jour J.

L’échographie émet des ultrasons qui peuvent être dangereux pour le fœtus

Faux. Les échographistes médicaux sont conscients des risques, c’est pourquoi l’examen qu’ils réalisent est limité dans le temps et e quantité afin d’être absolument sans danger. Mais évidemment, si vous cédez aux sirènes des échographies-souvenirs réalisées par des commerçants sans aucune formation médicale, c’est une autre chanson ! Le Collège National des gynécologues-obstétriciens de France désapprouve vigoureusement cette pratique qui n’est encadrée par aucun principe de précaution en matière de calibrage et d’entretien des appareils, ni de temps d’exposition aux ultrasons.

Mieux vaut demander une péridurale qu’une rachianesthésie

Vrai. Lorsqu’elle est administrée correctement, la péridurale ne provoque pas de céphalées posturales, contrairement à la rachianesthésie… dans 1% des cas en moyenne !

La péridurale n’est pas la seule méthode pour ne pas souffrir en accouchant

Vrai. L’auto-hypnose ou la sophrologie permettent de se détendre et d’accompagner la descente du bébé aussi naturellement que possible. On peut aussi opter en plus pour un traitement homéopathique ou acupuncture un bon mois avant la naissance pour aider à préparer le col et le périnée. Mais la péridurale, en dernier recours, ne doit pas être vécue comme un échec ! C’est juste un progrès technique dont on peut profiter sans trahir ses convictions vertes.

Accoucher dans l’eau permet d’éviter le recours aux anesthésiants

Vrai. Mais très peu réaliste… car rares sont les maternités équipées de baignoires pour la naissance, et encore faudrait-il que cet équipement soit disponible le moment venu. L’eau soulage et détend. Mais n’empêche pas la douleur des contractions, elle permet d’être plus détendue.

Connaitre le sexe du bébé à l’avance ne répond pas aux principes d’une naissance naturelle

Faux. Connaitre le sexe du bébé avant la naissance est une opportunité offerte par les progrès de la technologie. Alors pourquoi s’en passer, même si ce n’est pas très « naturel » ? Mais attention, si vous tenez plus que tout à avoir un fils ou une fille : la déception de découvrir que votre vœu n’est pas suivi d’effet peut vous gâcher l’attente alors qu’à la naissance, le bébé est toujours celui dont on rêvait, quel que soit son sexe.

Boire beaucoup et aller souvent aux toilettes pendant le travail facilite la descente du bébé

Vrai. Au moment où vous vous asseyez sur les toilettes, vous stimulez un réflexe de détente des muscles pelviens, ce qui augmentera la pression contre le col de l’utérus si vous êtes encore en phase de dilatation, ou facilitera la descente du bébé si vous êtes en phase d’expulsion. Seul hic, certaines maternités en France interdisent encore de boire pendant le travail alors que la quasi-majorité des sociétés savantes ont levé l’interdiction, sauf en cas de césarienne programmée, de diabète ou d’obésité ! A pratiquer donc à la maison si vous n’êtes pas dans un de ces groupes à risques, avant de vous rendre à la maternité.

Un accouchement sous péridurale expose davantage la force des forceps

Vrai. Tout dépend du dosage de l’anesthésie, mais il est en effet possible d’une extraction instrumentale soit nécessaire (forceps, ventouse…) si vous ne ressentez pas suffisamment la progression du bébé.

Déclencher l’accouchement, c’est contre la nature

Vrai. A tout le moins, c’est forcer un peu Dame Nature en appliquant des prostaglandines sur le col ou en prenant un comprimé de Cytotec pour déclencher le travail. Ceci étant, l’équipe médicale ne le fait jamais sur un col immature ! Cependant, l’Anses a déclenché la polémique récemment en dénonçant le recours au Cytotec, médicament normalement autorisé pour prévenir les ulcères, mais utilisé depuis une dizaine d’années pour déclencher l’accouchement. L’Anses alertait sur les risques de rupture utérine et/ou d’hémorragie massive, surtout en cas d’utérus cicatriciel. Sauf que tous les produits destinés à déclencher le travail présentent plus ou moins ces risques. La solution la plus physiologique ? Eviter le recours au déclenchement pour convenances personnelles et le limiter aux urgences médicales.

La contamination par le streptocoque B étant rare de la mère au bébé, on peut refuser le traitement antibiotique

Vrai. Sur le principe du moins. Mais est-ce bien raisonnable ? Entre 15 et 40 % des femmes enceintes présentent une colonisation à streptocoque B. Parmi elles, 40 à 70 % transmettent ces bactéries à leur bébé lors de l’accouchement.  Bien que la plupart des bébés ne soient pas affectés, un nombre infime (1 à 2%) développera une infection qui générera de graves séquelles, souvent mortelles, sur le réseau sanguin, le cerveau, les poumons et la moelle épinière. La sagesse, même si on refuse par principe les antibiotiques, n’est-elle pas plutôt d’accepter ce traitement ?

L’alimentation pendant la grossesse doit être bio autant que possible

Faux. Le bio c’est l’idéal, mais ce n’est pas toujours abordable pour tout le monde, ni très pratique au quotidien quand on travaille loin de chez soi et d’un magasin idoine. L’important, c’est de manger des produits frais, bien lavés et pelés, consommés le plus rapidement possible après achat, ou des produits surgelés, non cuisinés industriellement.

L’huile de palme est dangereuse pendant la grossesse

Faux. L’huile de palme hydrogénée industriellement est dangereuse à forte consommation pour tout le monde, car elle peut produire des maladies cardiovasculaires, favoriser certains cancers, et, dit-on, la maladie d’Alzheimer. On trouve de l’huile de palme, à dose contrôlée – donc sans danger – dans les laits infantiles mais il y en a aussi dans les graisses du lait maternel. 40 % des graisses présentes dans le lait maternel sont composées d’acides gras saturés, dont la moitié d’acide palmitique. Alors, on y va mollo sur  le pot de pâte à tartiner, sur les plats cuisinés et sur les frites pré-cuites… et pas seulement pendant la grossesse et l’allaitement !

Il faut éviter de manger du poisson en raison du mercure

Faux. Les produits de la mer apportent de l’iode, et pour les poissons gras, de bons oméga-3 (DHA), indispensables. La carence en DHA serait bien plus redoutable que le mercure selon l’Anses. Cependant, en raison de la contamination par le mercure de certains poissons de mers froides, on conseille de limiter la consommation à une ou deux fois par semaine, en privilégiant le saumon et les sardines et en évitant l’espadon, le marlin ou le siki qui contiennent des teneurs élevées en méthylmercure. Et de consommer des huiles végétales riches en oméga-3, ainsi que des noix.

Mieux vaut éviter, enceinte, les édulcorants, notamment dans les boissons

Vrai. Même si les édulcorants semblent avoir été mis hors de cause après une période de polémique autour d’études mettant en avant un risque d’accouchement prématuré chez les utilisatrices de boissons édulcorées, beaucoup de médecins préconisent de s’abstenir de ces produits, à la fois par principe de précaution, mais aussi pour se déshabituer du goût sucré. En revanche, en cas de surpoids et de fringales de sucreries, l’édulcorant peut être, sous contrôle diététique et médical, un moyen de limiter la prise de poids et les risques du diabète gestationnel.

Une orange pressée c’est idéal pour le tonus pendant la grossesse

Faux. L’orange pressée est trop acidifiante ; en revanche, des comprimés d’acérola, bio si possible, de la tisane de cynorrhodon et de l’extrait de pépins de pamplemousse (15 gouttes trois fois par jour ) feront merveille.

Enceinte, mieux vaut se soigner avec des plantes

Faux. Les plantes sont des actifs naturels, ce qui ne veut pas dire inoffensifs ! Certaines plantes peuvent avoir des effets délétères sur la formation des organes du fœtus (notamment celles contenant des œstrogènes) voire même se révéler abortives ou provoquer des spasmes. La phytothérapie peut être utilisée pour se soigner, mais uniquement sous prescription médicale.

Enceinte, toutes les vitamines sont bonnes, tant qu’elles sont naturelles

Faux. La vitamine A, par exemple, peut présenter un risque pour le fœtus.

Les légumes verts, c’est mieux que la supplémentation en acide folique !

Faux. Certaines femmes métabolisent mal la vitamine B9 (acide folique) au moment de la digestion. Du coup, elles encourent une carence en acide folique qui peut provoquer une mauvaise fermeture du canal neural au 28e jour après la conception, et donc un spina bifida, ou des malformations comme un bec de lièvre dès la fin du second trimestre. Les autorités de santé recommandent aux jeunes femmes de prendre une supplémentation en vitamine B9 au moins trois mois avant le désir d’enfant et de la poursuivre pendant toute la grossesse. Ce qui n’interdit pas de manger des légumes verts…

Les parfums d’ambiance sont dangereux pour le fœtus

Vrai. Certaines molécules contenues dans les parfums d’ambiance (et dans les insecticides) peuvent s’accumuler dans le sang et être transmises au fœtus. La solution la plus naturelle pour que la maison sente bon, c’est d’aérer dix minutes le matin et le soir. Mais si vous aimez « les bonnes odeurs », certaines huiles essentielles peuvent être utilisées dans un diffuseur. Mais demandez conseil, car beaucoup sont contre-indiqués pendant la grossesse. Qui plus est, la diffusion ne doit pas excéder dix minutes. Autre solution, vraiment écolo, à vaporiser à volonté : une cuillère de bicarbonate de soude, 500 ml d’eau chaude et un demi-citron pressé !

Pas de meubles en contre-plaqué dans la chambre de bébé

Faux. Tout le monde n’a pas la possibilité d’investir dans des meubles en bois massif cirés à la cire d’abeille bio. Si vous achetez des meubles neufs en aggloméré, prenez soin de vous y prendre suffisamment tôt pour pouvoir aérer durant un mois la chambre du tout-petit dix minutes par jour au moins. Idem pour la peinture (pas de propylène glycol !), même sans solvants, et pour le parquet. Tous ces matériaux émettent des composés organiques volatils (phtalates, formaldéhyde, benzène, toluène …) qui sont dangereux pour la santé et la fertilité du bébé.

Des produits antibactériens, c’est sain

Faux. Les produits ménagers antibactériens contiennent des actifs chimiques dangereux et renforcent la résistance des bactéries aux antibiotiques. Mieux vaut nettoyer sa maison avec du vinaigre blanc, du savon noir et de la Javel diluée.

Allaiter bébé, c’est top pour lui !

Vrai. A condition de surveiller son alimentation personnelle. En effet, si le lait maternel est le meilleur aliment pour bébé, il ne filtre pas les polluants et les allergènes. Par exemple, on a constaté que le lait maternel contient du bisphénol A – molécule interdite dans la fabrication des biberons – car les plats cuisinés et l’eau du robinet en contiennent !

Le lait maternel protège bébé contre les maladies

Vrai. C’est un fait, on constate moins de gastro-entérites, moins de maladies ORL, et moins de risques d’obésité chez les enfants qui ont été allaités. Le lait maternel renforce les défenses naturelles de bébé.

Pas top les produits industriels sur le mamelon

Faux. Les baumes non bio sont agréés pour la femme qui allaite.  La lanoline pure est utile et efficace, d’autant que vous n’aurez pas à  laver votre mamelon avant de de donner à téter à bébé, il suffira de l’essuyer avec une compresse ou un linge propre.

Du sac à langer au manteau, rien ne vaut le bio

Faux. Si le coton bio en linge de corps et de lit peut être préférable, plus par conviction des parents que par obligation. En revanche ce n’est pas nécessaire pour les vêtements de dessus. Quant au sac à langer, quelle que soit sa matière, il ne contiendra pas de phtalates, interdits désormais dans les objets de puériculture.

Les eaux minérales, c’est mieux que le robinet

Vrai. Même si une récente étude d’une association de consommateurs affirment que certaines eaux en bouteille contiennent des phtalates et des résidus de médicaments, ce n’est qu’à dose infinitésimale, et donc sans danger. La meilleure eau, pendant la grossesse, c’est une eau minérale naturelle, qui a des teneurs constantes en minéraux et oligoéléments. A choisir riche en calcium quand on mange peu de produits laitiers et riche en magnésium en cas de transit lent, de stress ou de fatigue. Cependant, il ne faut pas consommer ces eaux fortement minéralisées pendant toute la grossesse. Mieux vaut une eau faiblement minéralisée ( avec un faible résidu à sec) l’eau Mont-Roucous est idéale.

Acheter poussette et siège-auto d’occasion, c’est plus écologique

Vrai. Mais plus dangereux aussi pour bébé. La planète s’en portera à peine mieux, mais bébé ne sera pas forcément en sécurité si le siège auto a été endommagé lors d’un accident. Quant à la poussette, l’opération peut se révéler coûteuse si une roue se casse sur un trottoir par usure. Il existe aujourd’hui de très bons modèles neufs à petits prix qui seront toujours plus sécurisants qu’un modèle plus cher d’occasion.

L’écharpe de portage, c’est plus naturel que le porte-bébé

Faux. La plupart des porte-bébés sont maintenant conçus pour le portage ergonomique des tout-petits, en position « grenouille », mais leur usage est limité  à une petite ballade, alors que l’écharpe de portage permet de garder contre soi bébé plus longtemps. A savoir, l’écharpe-sac est à utiliser avec parcimonie, car le bébé est trop recroquevillé au fond.

Les huiles essentielles sont interdites pendant la grossesse

Faux. Si certaines huiles sont interdites et d’autres déconseillées à certains stades de la grossesse, on peut se soigner avec des huiles essentielles enceinte. Il existe un excellent ouvrage écrit par une pharmacienne, Danièle Festy, sur ce sujet. Beaucoup de produits cosmétiques contiennent des huiles essentielles, et notamment les produits pour soulager les jambes lourdes. Mais la concentration de ces huiles est tellement faible que ces produits ne présentent aucun danger. En cas de doute, voyez votre pharmacien.

Un accouchement vraiment physiologique suppose d’accoucher chez soi ou en maison de naissance

Faux. Le corps médical ne pratique pas à l’envie l’hypermédicalisation, même s’il est vrai que des progrès pourraient être fait pour une prise en charge plus soft de la naissance. Mais souvent, le manque de disponibilité des équipes les jours d’affluence en salle de naissance, ne le permet pas. Les recommandations du Collège national des gynécologues-obstétriciens en faveur de la maîtrise du nombre d’actes invasifs (épisiotomie, césarienne…) améliorent sensiblement cette approche plus physiologique, de même que la mise en place du projet de naissance.
Une maman qui veut un accouchement « plus naturel »  doit répondre à deux exigences : bien suivre les cours de préparation à la naissance pour apprendre toutes les positions antalgiques utiles le jour J ! Et accepter  de vivre l’événement en faisant face à la douleur et à un certain inconfort : la nature ne connaît pas d’autre méthode. Et c’est une expérience vraiment unique. Pratiquement toutes les mamans ( et les papas) qui l’ont vécu en sortent heureux et sereins.

 

Recevez chaque semaine votre suivi de grossesse personnalisé

Ma date d'accouchement prévue


Mon E-mail


Mon Prénom


J'ai plus de 18 ans et j'accepte la politique de confidentialité de Neuf Mois.*

OUI je veux recevoir les cadeaux, échantillons et offres de NEUF MOIS et ses partenaires (Envie de fraises, Bemini) à qui j'accepte que mes coordonnées soient communiquées.


* (obligatoire)
Vie privée : Les données recueillies font l'objet d'un traitement informatique, pour la gestion de votre compte utilisateur. Le destinataire des données est le community manager. Vous disposez d'un droit d'accès, modification, rectification et suppression, en vous adressant à webmaster@edlcmail.com.
Consulter la politique de données de NEUF MOIS.
Consulter les politiques de confidentialité des partenaires.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire