Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus grossesse » Et si on pouvait prĂ©dire le diabĂšte gestationnel lors de la 20Ăšme semaine de grossesse ?

Et si on pouvait prédire le diabÚte gestationnel lors de la 20Úme semaine de grossesse ?

Le dĂ©pistage du diabĂšte gestationnel, entre la 24e et la 28e SA, est souvent un sujet d’inquiĂ©tude, d’autant que le rĂ©sultat positif du test entĂ©rine une situation qui impose un rĂ©gime strict et plus d’activitĂ© physique pendant les derniĂšres semaines de grossesse. Pouvoir le prĂ©dire plus en amont permettrait sans nul doute de contrĂŽler plus facilement ce diabĂšte gestationnel qui peut ĂȘtre Ă  l’origine de complications obstĂ©tricales. Et ce sera sans doute bientĂŽt le cas, selon une Ă©tude britannique, qui prĂ©conise un dĂ©pistage dĂšs la 20e semaine SA.

Le diabĂšte gestationnel, qu’est-ce-que c’est ?

Le diabĂšte gestationnel (ou diabĂšte de grossesse) survient chez la future maman au cours du 2Ăšme trimestre, soit de la 14Ăšme Ă  la 27Ăšme semaine de grossesse, et en gĂ©nĂ©ral plutĂŽt vers la fin du second trimestre. C’est une complication de la grossesse due Ă  une intolĂ©rance aux glucides, qui entraĂźne un excĂšs de sucre dans le sang, on appelle cela une hyperglycĂ©mie. Le diabĂšte gestationnel doit ĂȘtre surveillĂ© de trĂšs prĂšs mais aussi trĂšs vite pris en charge car il existe un risque pour la femme enceinte, tout comme pour le bĂ©bĂ©. En moyenne, il touche une femme enceinte sur cinq.

Pouvoir déterminer la pathologie à 20 SA

Selon des chercheurs britanniques, il serait possible de dĂ©pister plus en amont le diabĂšte gestationnel, soit dĂšs la 20Ăšme semaine. Ce qui serait une solution afin d’Ă©viter que la santĂ© de maman ou du bĂ©bĂ© en pĂątisse. En effet, la maman peut prĂ©senter une prĂ©-Ă©clampsie ou des complications rĂ©nales voire mĂȘme accoucher prĂ©maturĂ©ment, ce qui n’est pas bĂ©nin pour  le bĂ©bĂ©. Lequel peut aussi souffrir d’hypoglycĂ©mie nĂ©onatale, prĂ©senter un poids de naissance trĂšs Ă©levĂ©, dĂ©velopper une jaunisse trĂšs accentuĂ©e ou, plus rarement, un diabĂšte de type 2.

Pour arriver Ă  ces rĂ©sultats, les scientifiques, originaires de l’universitĂ© de Cambridge, basĂ©e au Royaume-Uni, ont analysĂ© les donnĂ©es de 4 069 femmes enceintes de leur premier bĂ©bĂ©. Ils ont Ă©galement mesurĂ© les taux de croissance de bĂ©bĂ© dans le ventre de leur maman. Les futures mamans ont ensuite Ă©tĂ© rĂ©parties en deux groupes : celles auxquelles on avait dĂ©pistĂ© un diabĂšte gestationnel Ă  28 SA et les autres.

En examinant les Ă©chographies, les chercheurs ont notĂ© un Ă©lĂ©ment informatif qui va permettre de prĂ©dire plus tĂŽt le risque de diabĂšte gestationnel : en effet, les bĂ©bĂ©s, de mĂšres atteintes ou pas, avaient tous le mĂȘme dĂ©veloppement Ă  20 semaines SA. Mais, ensuite, les fƓtus portĂ©s par les mĂšres atteintes de diabĂšte gestationnel avaient tous une croissance soudaine assez exceptionnelle, Ă  partir de la 20e semaine. Ce qui semble donc indiquer que le diabĂšte gestationnel est dĂ©pistable dĂšs ce moment.

Dépister plus tÎt permettrait de mettre en place plus rapidement un régime adapté et de réduire ainsi le risque de complications obstétricales et néonatales.

 

À lire absolument