Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » Le gouvernement dĂ©voile son plan pour la protection de l’enfance

Le gouvernement dĂ©voile son plan pour la protection de l’enfance

RĂ©cemment nommĂ© secrĂ©taire d’État Ă  la protection de l’enfance, auprĂšs de la ministre de la SantĂ© AgnĂšs Buzyn, Adrien Taquet, dĂ©putĂ© LREM, a dĂ©voilĂ© lundi les grandes lignes du plan pour la protection de l’enfance, devant le Conseil national de la protection de l’enfance. Il ne s’agit pour l’instant que d’une Ă©bauche, le texte dĂ©finitif devra ĂȘtre prĂȘt d’ici l’Ă©tĂ©, pour que certaines mesures s’inscrivent dans le projet de loi de finances 2020.

Améliorer la prévention

C’est un point sur lequel Adrien Taquet a beaucoup insistĂ©. Il s’agirait de faire de la prĂ©vention dĂšs la grossesse, en mettant en place « des parcours de pĂ©rinatalitĂ© pour les parents » Ă  partir du 4Ăšme mois de grossesse. Il voudrait aussi renforcer le suivi de naissance grĂące aux PMI (service de protection maternelle et infantile).

Le secrĂ©taire d’Etat a dĂ©clarĂ© : « Le gouvernement entend mettre l’accent sur la prĂ©vention. Avant de se dire « il faut placer les enfants », essayons de mieux accompagner les parents « . Le but Ă©tant donc d’Ă©viter un certain nombre de placements en aidant les parents en amont, grĂące Ă  ce suivi dĂšs la grossesse.

La ministre de la SantĂ©, AgnĂšs Buzyn a ajoutĂ© que les enfants qui n’avaient pas facilement accĂšs Ă  la santĂ©, auront la possibilitĂ© de consulter un psychologue qui sera remboursĂ© Ă  100%.

Lutter contre les maltraitances

Selon Adrien Taquet, la maltraitance envers les enfants est rarement signalĂ©e. En effet, seulement une personne sur quatre donneraient l’alerte si elle a des soupçons. Le secrĂ©taire d’Etat voudrait donc encourager Ă  dĂ©noncer ce genre de violences de maniĂšre plus systĂ©matique.

Le 29 janvier, Lyes Louffok, membre du Conseil national de la protection de l’enfance, et ancien enfant placĂ©, Ă©tait l’invitĂ© de l’Ă©mission Quotidien, de Yann BarthĂšs. Il s’est exprimĂ© sur les violences faites aux enfants et a partagĂ© un extrait de l’Ă©mission sur son compte Twitter. Il avait dĂ©clarĂ© dans l’Ă©mission « Ă€ la fin de cette Ă©mission, il y aura 50 enfants victimes de violences sexuelles dans notre pays« .

RĂ©former l’Aide sociale Ă  l’enfance (ASE)

L’ASE est l’organisme qui prend en charge de nombreux enfants placĂ©s. Cependant, il existe des cas de maltraitances au sein mĂȘme de leurs Ă©tablissements, la plupart du temps dĂ» Ă  un manque de formation des professionnels : « Aujourd’hui, on s’aperçoit que le minimum de formation nĂ©cessaire, n’est pas forcĂ©ment respectĂ©, et que ça peut dĂ©boucher sur des situations de maltraitance » a dĂ©clarĂ© Adrien Taquet.

Ces violences avaient Ă©tĂ© mises en lumiĂšre par le numĂ©ro de PiĂšces Ă  conviction « Enfants placĂ©s : les sacrifiĂ©s de la RĂ©publique« . Certaines images tournĂ©es en camĂ©ra cachĂ©e avaient choquĂ© de nombreuses personnes, dont la PremiĂšre Dame Brigitte Macron, qui avait assurĂ© son soutien Ă  Lyes Louffok, qui avait tĂ©moignĂ© dans ce documentaire.

Le nombre de familles d’accueil en baisse

Le secrĂ©taire d’Etat a tenu Ă  faire remarquer que l’accueil de ces enfants commençaient Ă  poser problĂšme, car les familles d’accueil sont de moins en moins nombreuses :  » Le nombre de familles d’accueil est en baisse. Il y a une rĂ©flexion pour rendre plus attractif l’accueil en famille des enfants, parce que ça offre un cadre affectif que je pense appropriĂ© « .

Adrien Taquet a Ă©mis l’idĂ©e de rendre la procĂ©dure d’adoption des enfants placĂ©s beaucoup plus simple qu’elle ne l’est actuellement. Il souhaiterait aussi accĂ©lĂ©rer les procĂ©dures judiciaires de prise en charge de ces enfants, qui sont parfois extrĂȘmement longues.

Deux mesures déjà en place

La ministre de la SantĂ©, AgnĂšs Buzyn, a confirmĂ© un peu plus tard, que deux idĂ©es annoncĂ©es plus tĂŽt allait ĂȘtre mises en place : la prise en charge complĂšte du parcours de soin des enfants confiĂ©s Ă  l’ASE, ainsi qu’un soutien pour accĂ©der aux Ă©tudes supĂ©rieures.

Il est important de rappeler qu’un certain nombre d’enfants placĂ©s sont mis Ă  la porte le jour de leurs 18 ans, et beaucoup se retrouvent Ă  la rue (environ 40% des jeunes de 18 Ă  25 ans, sont passĂ©s par les services d’aide sociale Ă  l’enfance.)

À lire absolument