Neufmois.fr » Mon bĂ©bĂ© » Mon bĂ©bĂ© est nĂ© grand prĂ©maturĂ©, ce fĂ»t une grande Ă©preuve pour lui et moi

Mon bébé est né grand prématuré, ce fût une grande épreuve pour lui et moi

Bonjour Ă  toutes les amies. Moi c’est Muriel, maman d’un petit garçon nĂ© Ă  22 semaines. Eh oui, bĂ©bĂ© et moi avons dĂ» faire face Ă  sa grande prĂ©maturitĂ©.

Lorsque j’ai appris ma grossesse…

Premier rendez-vous deux mois aprĂšs, la gynĂ©cologue  me fait des frottis et un tas d’autres examens au niveau du col. BĂ©bĂ© est lĂ  depuis deux mois. Suite Ă  ces examens des saignements quotidiens et typiques des rĂšgles surviennent. La gynĂ©cologue qui me suit depuis deux ans me dĂ©tecte un ectropion, une lĂ©sion au niveau du col externe de l’utĂ©rus. Elle ne m’en dit pas plus et elle me renvoie chez moi comme je suis venue.

Mais aprĂšs une grosse hĂ©morragie, je me rends aux urgences, j’ai cru avoir perdu bĂ©bĂ©. Je suis alors enceinte de 3 mois. On ne trouve rien, bĂ©bĂ© va bien et pas de dĂ©collement placentaire. On me renvoie chez moi encore une fois. Et rebelote en aoĂ»t, j’ai changĂ© de gynĂ©cologue, et toujours pareil, malgrĂ© le fait que je perde du sang, que je sois anĂ©miĂ©e, on me renvoie encore chez moi. Autant dire que je suis pĂąle et blanche. J’essaie de rester couchĂ©e mais avec un bĂ©bĂ© de 22 mois Ă  gĂ©rer pendant ma grossesse, pas Ă©vident.

« J’avais des contractions toutes les 5 minutes »

DerniĂšre grosse hĂ©morragie en date, et lĂ  je retourne Ă  la maternitĂ© directement car je suis enceinte de 5 mois. Un autre gynĂ©cologue est de garde, il trouve l’origine du problĂšme et m’annonce qu’on aurait pu me soigner avant les 3 mois de grossesse. À ce moment-lĂ , il Ă©tait dĂ©jĂ  trop tard car plus la grossesse allait Ă©voluer et plus j’allais saigner. Il a essayĂ© tant bien que mal de m’arrĂȘter l’hĂ©morragie, et les contractions. Il m’annonce que je risque d’accoucher dans la nuit et qu’ils ne pourront rien faire pour moi, et bĂ©bĂ© surtout. Nous Ă©tions dans une maternitĂ© de niveau 1 Ă  Narbonne, pas Ă©quipĂ©e. Il tente alors de joindre les hĂŽpitaux de niveau 3 en urgence, le temps qu’on me fasse une injection pour la maturitĂ© des poumons. GagnĂ© ! Une heure aprĂšs, mes contractions se stoppent et je suis en route pour Montpellier.

« Je n’ai tenu que 3 jours avant d’accoucher »

Les hĂ©morragies continuaient et de plus belle. Puis j’accouche de Leandro Ă  5 mois et 6 jours de grossesse, 22 semaines Ă  peine. Le tout naturellement par voie basse. Un bĂ©bĂ© de 650g qui respire surtout grĂące aux corticoĂŻdes.

L’accouchement c’est une autre histoire. PremiĂšrement, je croyais que lorsqu’on accouchait prĂ©maturĂ©ment c’Ă©tait uniquement par cĂ©sarienne car bĂ©bĂ© ne supporte pas l’accouchement par voie basse. Mais bon quand le travail est lĂ , on n’y peut rien… Depuis le matin je ne faisais qu’hĂ©morragie sur hĂ©morragie, les transfusions que j’avais eues la veille car j’Ă©tais Ă  6 en hĂ©moglobine au lieu de 12 ne suffisaient pas. En gros j’ai perdu la moitiĂ© de mon sang. Puis, les contractions avaient repris. J’appelais les infirmiĂšres car je sentais que j’allais accoucher, elles me disaient : « mais non on va vous arrĂȘter les contractions ». Jusqu’Ă  18 heures sous perfusion et monitoring dans la chambre, je souffrais le martyre car les contractions Ă©taient constantes et ne me laissaient aucun rĂ©pit. Soudain je hurlais tellement qu’ils ont fini par me descendre en salle pour m’examiner mais ils n’ont pas eu le temps. Six femmes autour de moi, papa aussi, elles m’arrachent mon peignoir pour me forcer Ă  mettre la blouse mais je ne me laisse pas faire car j’ai trop mal. Pendant que l’une m’examine, l’autre m’appuie sur le ventre, une autre va chercher le kit pour la pĂ©ridurale, etc… Elles me disent d’arrĂȘter de bouger, de rester calme… facile Ă  dire ! Je sentais que je devais pousser, on me dit : « ne poussez pas on vous fait l’Ă©chographie, on vous examine ». Une seule m’a dit de pousser si ça pouvait me soulager, ce que j’ai fait, une toute petite poussĂ©e et bĂ©bĂ© est passĂ© comme une lettre Ă  la poste. De lĂ , toute la douleur s’est arrĂȘtĂ©e, ouf soulagement ! Le petit est arrivĂ© en siĂšge.

« J’Ă©tais persuadĂ©e d’avoir fait une fausse couche tardive »

Ils ont vite emmenĂ© le bĂ©bĂ©. Cinq minutes aprĂšs, le pĂ©diatre arrive et m’annonce que le petit est vivant, il a respirĂ© de suite mais ils l’ont intubĂ© pour ne pas qu’il se fatigue. Il a Ă©tĂ© extubĂ© le lendemain. Il faisait 32 cm et 650g. Une dizaine de minutes plus tard on m’apporte sa couveuse en salle d’accouchement, il est rouge car sa peau n’est pas formĂ©e, et il est tout petit. Le pĂ©diatre me demande son prĂ©nom, comme nous n’Ă©tions pas encore fixĂ©s, nous lui avons donnĂ© les deux noms qui nous avions choisi : LĂ©andro Diego.  Mes hĂ©morragies se sont aussitĂŽt arrĂȘtĂ©es, car plus de grossesse donc moins de circulation du sang au niveau utĂ©rin, il a fallu attendre 4 mois pour me guĂ©rir complĂštement.

Le pĂ©diatre m’a Ă©galement parlĂ© du parcours des prĂ©maturĂ©s, bon je savais dĂ©jĂ  tout car j’avais bien compris que je ne tiendrai pas la grossesse alors je me suis informĂ©e via SOS Prema, et « Tous derriĂšre LĂ©a », petite nĂ©e presque au mĂȘme stade que mon fils.

Tout le long de ma grossesse je me disais qu’il fallait que je tienne au moins jusqu’Ă  22 semaines de grossesse, et ça n’a pas loupĂ©. Les croyants disent que c’est un miracle. Le pĂ©diatre m’a aussi demandĂ© mon avis sur le fait de le maintenir en vie, enfin si j’Ă©tais pour l’acharnement thĂ©rapeutique… Ils viennent de m’annoncer que mon fils est vivant alors je rĂ©ponds oui forcĂ©ment. Je suis heureuse sur le moment, alors je dis oui. BĂ©bĂ© est alors amenĂ© en nĂ©onatalitĂ©, papa le suit, et moi je me remets.

bebe premature

« Le plus grand problĂšme de Leandro Ă©tait sa digestion »

Le dĂ©but a Ă©tĂ© assez difficile, comme pour tous les grands prĂ©maturĂ©s. Les journĂ©es se ressemblaient plus ou moins avec des bradycardies, des dĂ©saturations, des apnĂ©es. Le plus grand problĂšme de Leandro Ă©tait sa digestion. DĂšs ses premiers jours on lui a administrĂ© une sonde gastrique par laquelle on lui donnait du lait maternel, le mien, que je tirais, bĂ©nĂ©fique pour un prĂ©maturĂ©. Seulement ses organes n’Ă©taient pas suffisamment matures pour le digĂ©rer. Ce qui lui provoquait beaucoup de coliques, de ballonnements, de constipations. Et tous ces petits problĂšmes engendraient des dĂ©saturations.

Plusieurs fois on a dĂ» lui arrĂȘter l’alimentation par sonde. Il Ă©tait longtemps sous perfusion du coup. Par ces perfusions on lui administrait de la cafĂ©ine, un stimulant cardiaque pour les prĂ©maturĂ©s. Il Ă©tait nourri via sa perfusion aussi. Il a pris du poids chaque jour, c’est un bon point ça. Mais Ă  un mois de vie, Leandro a fait un arrĂȘt cardiaque qui n’a pas durĂ© et une grosse dĂ©tresse respiratoire. Il a dĂ» ĂȘtre intubĂ©, et sous oscillations, une sorte de vibration permanente, tout son petit corps respirait uniquement grĂące Ă  la machine. Ça l’a aidĂ© Ă  ne pas se fatiguer, surtout le temps que l’on trouve l’origine de l’infection. C’est un germe qu’il a contractĂ© via le cathĂ©ter. Il a pu ĂȘtre traitĂ© comme il faut et 36 heures plus tard extubĂ©. Bon, tut cela s’est passĂ© dans la nuit et ils ne nous ont mĂȘme pas appelĂ©s. C’est quand le papa a appelĂ© au matin pour prendre des nouvelles qu’ils nous ont dit qu’ils avaient dĂ» le mettre sous respiration artificielle. Le papa n’a pas compris, le jargon mĂ©dical, c’est pas pour lui. Quand il me l’a dit, moi j’ai de suite compris, et forcĂ©ment j’ai paniquĂ©, je m’attendais au pire. On a donc pris la route, 1 heure 30 de trajet c’est long. C’est en arrivant que le mĂ©decin nous a expliquĂ©.

La suite en rĂ©animation nĂ©onatalitĂ© a Ă©tĂ© plus facile avec moins de soucis pour le petit. Elle a Ă©tĂ© remplie de « premiĂšres fois » : premier cap de la barre des 1kg, premier jour sans cathĂ©ter, suite Ă  ça premier bain (on ne fait pas de bain juste une simple toilette car avec la perfusion il y a risque d’infection), premiĂšre fois sans lunettes Ă  oxygĂšne, premier cĂąlin avec la grande sƓur, premiĂšre fois dans un berceau chauffant et donc plus de couveuse, et premier pyjama !

famille et enfant premature

« Fini l’incubateur, bonjour le berceau chauffant ! « 

AprĂšs son Ă©pisode intubation, tout allait en s’amĂ©liorant, toujours une bonne prise de poids, et enfin une bonne digestion par la sonde, Ă  1,5kg il prenait enfin toutes ses rations requises via la sonde, la perfusion est retirĂ©e. Le mĂȘme jour on lui a fait son premier bain, et on l’a habillĂ© pour la premiĂšre fois en body, trop mignon il ressemblait enfin Ă  un bĂ©bĂ©, on lui a aussi changĂ© de lit. Ça a encore Ă©tĂ© long car il fallait le sevrer en oxygĂšne, et lui apprendre Ă  tĂ©ter et dĂ©glutir, avaler en fait. Encore de longs moments, mais sans trop d’embĂ»ches. Il Ă©tait enfin stable en saturation.

Leandro atteint enfin les 2,7 kg, un premier critĂšre de sortie. Il lui restait Ă  prendre toutes ses rations au biberon ce qui ne tardait pas, mais l’oxygĂšne il en avait encore besoin. Se passe ensuite le transfert vers maman et papa, en pĂ©diatrie simple, Ă  Narbonne. Maman a insistĂ© pour ĂȘtre avec durant le transfert et a obtenu l’accord, avec difficultĂ© mais c’Ă©tait la condition de maman pour accepter le transfert. Et à Narbonne Leandro n’a plus besoin de la sonde, on lui a retirĂ©, il n’avait plus que l’oxygĂšne. Toute une organisation a Ă©tĂ© alors Ă©tĂ© mise en place avec l’hĂŽpital pour qu’ils nous installent le matĂ©riel d’oxygĂ©nothĂ©rapie Ă  domicile, et une semaine aprĂšs, enfin la sortie. On rentre e Ă  la maison, avec les lunettes Ă  oxygĂšne, mais maman a appris Ă  gĂ©rer en nĂ©onatalitĂ© !

faire face a la grande prematurite dun bebe

 


À lire absolument