Guide maternité : les niveaux de maternité

Le classement des maternités dépend de la présence ou non d’une unité néonatale et d’un service de réanimation pédiatrique. Si vous souhaitez un accouchement physiologique et ne présentez pas de risques probables ni avérés, accoucher en niveau 3, le plus « perfectionné », n’est pas forcément gage de meilleure qualité de soins. On vous explique pourquoi.

Les maternités de niveau 1 : juste les accouchements sans difficulté

Les maternités de niveau 1 sont équipées d’un service de gynécologie-obstétrique uniquement. Elles sont de moins en moins nombreuses car depuis vingt ans, le Ministère de la Santé, boosté par les préconisations de la Cour des Comptes, a décidé de fermer celles qui effectuaient moins de 300 accouchements par an, par souci d’économie mais aussi par souci de la sécurité des futures mamans : moins on accouche de futures mamans, moins on sait interagir positivement en cas de souci. Les petites maternités en zone rurale ont donc fermé tour à tour et les quelques établissements qui restent ici ou là savent leur sort écrit d’avance.

En secteur urbain, les maternités de niveau 1 sont toujours bien implantées. Elles ne prennent en charge que des grossesses et des accouchements dits à « bas risques ». Bonne nouvelle, il s’agit de plus de 80% des grossesses et accouchements en France, ce qui veut dire que leurs équipes n’ont pas le temps de s’ennuyer !

Vous venez y accoucher, et votre bébé reste avec vous dans la chambre. La maternité de niveau 1, c’est un établissement pour des mamans et des bébés en bonne santé ! Ceci étant, en cas de souci avec bébé à la naissance, il peut être transféré rapidement vers une maternité de niveau 2 disposant d’une unité de néonatalogie  ou en niveau 3 si son état relève de la réanimation pédiatrique ( assistance respiratoire ou chirurgie). Ces transferts en grande urgence vers le niveau 3 sont très rares, les risques graves sont dépistés en général bien en amont grâce au monitoring et à l’échographie. Dans le cas échéant, vous serez alors rapidement transférée pour l’accouchement en maternité de niveau 3.

Et, bien entendu, si vous avez besoin d’une césarienne, programmée ou en urgence, il y a tout le personnel compétent pour officier en niveau 1. La maternité de niveau 1, c’est un service de gynécologie-obstétrique, avec séjour de deux ou trois jours pour les accouchements par voie basse sans complication, et de quatre à six jours pour les accouchements par césarienne.

Les maternités de niveau 2 : avec une unité de néonatalogie si votre enfant présente des soucis à la naissance

Si votre grossesse est considérée comme étant à risque de complications, ou si vous présentez des antécédents d’accouchement un peu avant terme, vous serez dirigée par votre sage-femme ou par votre gynécologue vers un suivi et un accouchement en maternité de niveau 2. Vous pourrez y accoucher de manière physiologique ( sans traitement particulier ) si rien ne l’interdit. Les maternités de niveau 2 accueillent les prématurés nés après 33 semaines de grossesses, avant il s’agit de grands prématurés qui nécessitent des soins de niveau 3.

Beaucoup de ces établissements disposent désormais de « salle nature », avec ballons, lianes, baignoires… Mais leur particularité, c’est d’être dotées d’une unité de néonatalogie, c’est à dire d’un service accolé à la maternité, avec tout le matériel et le personnel formé aux besoins spécifiques d’un nouveau-né présentant une fragilité à la naissance et nécessitant une surveillance accrue ainsi qu’une aide respiratoire et nutritionnelle par sonde pendant quelques jours.

Les maternités de niveau 3 : avec unité de réanimation néonatale pour les grands prématurés

Unité gynécologique, unité de néonatalogie et service de réanimation pédiatrique, rien ne leur manque. Ces établissements sont spécifiquement destinés à suivre les grossesses à risques et celles dites pathologiques, qui présentent un risque de naissance prématurée. Les grossesses pathologiques correspondent à des maladies affectant la grossesse comme le diabète gestationnel et la prééclampsie. Les mamans sont donc hospitalisées sur le même établissement que le bébé transféré en réanimation pédiatrique. Il s’agit d’un service avec des couveuses perfectionnées et tout le matériel nécessaire pour aider votre enfant à respirer et à se nourrir en attendant qu’il ait la force de le faire lui-même.

Bien évidemment, ces maternités de niveau 3 ne sont pas limitées uniquement à l’accueil des grossesses pathologiques, qui ne représentent, avec les grossesses à complications, « que » 20% des grossesses (la prématurité ne concernant que 6% des naissances). Vous pouvez donc y accoucher. Le seul souci, est que votre accouchement passera en second plan par rapport aux accouchements compliqués voire très problématiques, l’équipe médicale sera très sollicitée, mais on ne vous laissera pas accoucher seule pour autant, pas d’inquiétudes !


Beaucoup de mamans leur reprochent aussi l’application de protocoles trop systématiques : pose de voie veineuse, déclenchement, positions gynécologiques classiques… Logique, puisque ce sont des équipes formées à la pathologie, qui anticipent sur des risques qu’elles maîtrisent bien… Mais que vous ne présentez pas forcément. Vous pouvez évidemment en discuter avant avec l’équipe, autour de votre projet de naissance. Ceci étant, accoucher en maternité de niveau 3 ne présente pas d’intérêt particulier si vous n’êtes pas exposé à des complications de grossesse et que votre bébé semble bien se porter. Mieux vaut opter pour une maternité de niveau 2, déjà très bien équipée en cas de soucis à la naissance, si vous êtes réticente à l’idée d’accoucher en niveau 1.

 

On le répète, le personnel médical en niveau 1 n’est pas moins compétent pour l’accouchement, juste moins bien équipé pour le suivi d’un bébé présentant des difficultés importantes à la naissance.

 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire