Les 9 étapes de l’accouchement par voie basse 

Quelques jours ou quelques heures vous séparent de la rencontre avec votre bébé et vous angoissez à l’idée d’accoucher. C’est tout à fait normal. Voici quelques éléments de réponses pour vous aider à y voir plus clair.

Le jour de l’accouchement vous avez des contractions utérines intenses et régulières. Si elles sont douloureuses ou très rapprochées (espacées de moins de 10 minutes), prenez la direction de la maternité.
Si vous perdez les eaux, c’est-à-dire si vous avez un liquide chaud, blanchâtre et inodore qui coule entre vos cuisses, partez également pour la maternité. Le début de travail va commencer.

L’arrivée à la maternité

Vous arrivez à la maternité munie de votre valise de maternité. La sage-femme vous accueille et  vous installe dans une chambre ou en salle de pré-travail. Elle vous donne à remplir un dossier administratif puis vous examine.

Elle contrôle votre tension artérielle, votre température, vos urines et vos bilans sanguins en vue de la péridurale.

Elle mesure la dilatation de votre col et enregistre vos contractions et les battements du cœur de votre bébé via le monitoring.

Si vos contractions sont douloureuses, c’est le moment de mettre en pratique vos cours de préparation à l’accouchement.

L’équipe médicale vous examine régulièrement pour rester informée de la progression du travail. Durant ce  moment, vous pouvez choisir la position qui vous est la plus confortable ou déambuler dans la chambre, la marche favorisant la descente du bébé.

La dilatation

La dilatation est la phase la plus longue de l’accouchement : elle peut durer 7 à 8 heures pour un premier accouchement et 4 à 5 heures pour un second.

Les trois premiers centimètres sont les plus difficiles à atteindre. Cela représente la moitié du temps de cette phase. Quand ces trois centimètres sont enfin atteints, la sage-femme vous conduit en salle d’accouchement.  Si elle ne s’est pas encore rompue en début de travail, la sage femme va rompre elle même la poche des eaux.

Vos urines, votre tension artérielle et votre température sont à nouveau contrôlées. Après vous avoir installée sur une table allongée ou assise, la sage-femme vous place de nouveau sous monitoring en plaçant deux capteurs sur votre ventre, l’un pour mesurer les battements du cœur de votre bébé, l’autre pour vos contractions.

La perfusion

Si vous souhaitez avoir recours à la péridurale, la perfusion est obligatoire. On vous insère un cathéter généralement dans la veine de la main. Elle permet de vous injecter du sérum glucosé (eau + sucre) pour vous aider à tenir pendant un un effort prolongé. Elle permet aussi d’injecter de l’ocytocine lorsque le travail est trop long afin de stimuler les contractions de l’utérus. Dans tous les cas, la perfusion est un dispositif qui permet d’injecter rapidement ce qu’il faut en cas de complications.

La péridurale

Elle peut être posée dès le début de l’accouchement en cas de contractions très douloureuses ou  plus tard, bien souvent à 3 ou 4 cm de dilatation du col. Le produit met environ 15min à agir et insensibilise la partie inférieure de votre corps tout en vous gardant éveillée. L’anesthésiste vous met en position assise ou allongée sur le côté et vous demande d’arrondir le dos. Il vous injecte le produit entre la 3e et 4e vertèbre lombaire par le biais d’un cathéter. La première dose administrée est faible pour vous laisser le maximum de sensations, le cathéter reste donc en place pour le cas où vous auriez besoin d’une seconde dose.

Durant l’injection, vous devez rester immobile afin que le produit se diffuse et agisse en conséquence sur les nerfs.
Si vous souhaitez accoucher sans péridurale, il est conseillé de suivre une préparation à l’accouchement pour savoir respirer lors des contractions, et d’être accompagnée par l’équipe médicale.

La descente du bébé

Comme dans la plupart des maternités, vous serez en position allongée sur le dos avec les pieds relevés sur l’étrier. Lorsque la dilatation est terminée, les contractions se poursuivent et tendent à se rapprocher. Vous pouvez avoir des contractions qui durent un peu moins d’une minute toutes les deux minutes, soit peu de répit ! Prenez de longues et grandes inspirations et soufflez doucement pour oxygéner le muscle qu’est l’utérus et atténuer votre anxiété. La tête du bébé appuie sur le col de l’utérus pour engager sa descente dans le vagin et passer à travers le bassin.


L’expulsion

Lorsque votre bébé arrive au niveau de la vulve, vous ressentez une envie irrésistible de pousser. Tant que le bébé n’est pas arrivé dans la partie basse du bassin, la sage-femme vous demandera de vous retenir de pousser. Puis, elle vous guidera pour vous dire quand pousser et vous encourager pendant l’effort. Si elle estime que votre périnée n’est pas assez souple pour laisser passer la tête du bébé sans se déchirer, elle pratiquera une épisiotomie (petite incision des muscles du périnée). L’expulsion de votre bébé dure entre 10 et 30 minutes.

La naissance

Votre bébé pointe le bout de son nez ! Une fois sorti, la sage-femme l’enroule dans une couverture pour le poser sur votre poitrine pour un peau à peau magique. C’est la rencontre avec votre bébé, un moment d’intense émotion.

La délivrance du placenta

15 à 20 minutes après la naissance de votre bébé, vous ressentez à nouveau des contractions mais plus faibles que celles de l’accouchement. Elles permettent de décoller le placenta de l’utérus.  Votre accouchement est terminé. Si vous avez subi une épisiotomie, vous serez recousue.Vous restez une ou deux heures sous la surveillance de l’équipe médicale dans la salle d’accouchement puis rejoindrez votre chambre avec votre bébé.

 

En savoir plus : Episiotomie annonce et consentement 

Péridurale et prise en charge de la douleur de l’accouchement

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire