Etats-Unis : pourquoi un juge refuse de rendre les embryons congelés à une femme ?

Mercredi 18 novembre 2015, Mimi Lee, une jeune femme américaine âgée de 36 ans, comparaissait devant le tribunal à San Francisco aux Etats-Unis. La justice américaine a refusé de lui rendre ses embryons qu’elle avait fait congeler lorsqu’elle était encore en couple avec son ex-mari. Nous étions alors en 2010 à ce moment. En 2010, elle apprenait aussi qu’elle était atteinte d’un cancer.

Lorsque Mimi Lee apprend pour son cancer, elle et Stephen Findley, son mari à l’époque, avaient décidé de faire congeler les embryons de la jeune femme afin d’être certains d’avoir des enfants. De plus, à cause du traitement, elle devient alors stérile.

A présent, Mimi Lee est guérie et souhaite avoir des enfants. Problème ? Elle est divorcée depuis 2013 ! Et lorsque le couple avait décidé de faire congeler leurs cinq embryons, il avait signé un accord, stipulant que ces derniers seraient détruits si le couple venait à divorcer.

Aujourd’hui, Anne-Christine Massullo, juge du tribunal de San Francisco, a refusé de rendre les embryons congelés à Mimi Lee, l’accord signé faisant foi. Mais Mimi Lee ne veut pas en rester là. C’est pour elle sa dernière chance d’avoir un jour des enfants biologiques. Malheureusement, Stephen Findley ne l’entend pas de cette oreille, et s’appuie sur l’accord signé par les deux parties. Concernant cette décision, il faut savoir que la jeune femme aurait le droit de faire appel.

En France, même problème

Et si ce cas s’était déroulé en France ? Le problème aurait été le même ! En effet, si un couple décide de congeler leurs embryons pour une future grossesse, mais si le couple vient à se séparer, il ne sera pas possible d’implanter un embryon.

Voir Aussi

Si un couple décide de congeler ses embryons pour programmer une fécondation in vitro, il faut savoir que, chaque année, ils reçoivent un courrier du Centre de commandement des opérations de sécurité (CECOS) leur demandant ce qu’ils souhaitent en faire. Ils ont alors le choix entre continuer à les faire conserver (pour une durée de cinq ans au maximum), les détruire, les donner pour la recherche scientifique ou les donner à un couple stérile.

 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire