Cancer du sein pendant la grossesse : quel traitement possible ?

cancer du sein-grossesse-neuf mois

Rare heureusement pendant la grossesse, le cancer du sein n’empêche pas le fœtus de se développer sans souci malgré les traitements pour la maman. Les explications du Dr Nasrine Callet, gynécologue-oncologue à l’Institut Curie à Paris.

Est-il rare de développer un cancer du sein durant la grossesse  ?

Oui, c’est assez rare. Cela concerne environ un cas sur 3000 grossesses en France pour le cancer du sein. Un peu plus pour le cancer du col de l’utérus. Le problème, c’est que l’on découvre souvent le cancer tardivement, car les modifications hormonales liées à la grossesse (seins gonflés, kystes) rendent le diagnostic difficile. Mais la grossesse n’est pas forcément un obstacle au traitement. Aujourd’hui, les avancées thérapeutiques permettent de protéger le bébé.

Comment cette annonce est-elle accueillie  ?

C’est un choc psychologique certain pour les mamans. Pendant la grossesse, on se sent protégée, on est entièrement tournée vers la vie et donc, à mille lieues de penser à la maladie. Il est indispensable que les mamans soient accompagnées sur le plan psychologique pour faire face à la situation. Souvent, elle sont très motivées pour suivre leur traitement car elles se battent pour leur enfant. Et rappelons qu’aujourd’hui ces cancers sont très bien pris en charge, surtout chez les femmes jeunes dont la santé générale est bonne.

Quels sont les traitements possibles  ?

La chirurgie est autorisée dès le premier trimestre. La chimiothérapie, elle, est pratiquée à partir du deuxième trimestre. Par contre, la radiothérapie et l’hormonothérapie, qui génèrent des malformations sur le fœtus et des fausses couches, ne sont indiquées qu’après l’accouchement. Celui-ci est d’ailleurs souvent provoqué après 8 mois, pour pouvoir soigner la maman plus rapidement. Les interruptions de grossesse n’interviennent qu’au cours du premier trimestre, si la vie de la mère est danger. La décision est évidemment prise en accord avec les parents.


Source :

Institut Curie

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire