Alcoolisation fœtale : un test sanguin pour prédire les troubles du comportement de bébé bientôt possible ?

Un médecin ou tout autre professionnel de santé ne cessera de le répéter : une femme enceinte ne doit pas consommer de l’alcool sans prendre de gros risques pour la santé de son bébé. En effet, de nombreuses études ont montré que boire durant la grossesse n’est pas sans danger pour le bébé. À chaque verre que maman boit, bébé trinque également et boit plus entre que sa mère, car l’alcool passe directement au travers de la paroi du placenta et le métabolisme d’un si petit organisme ne peut pas gérer une telle quantité d’alcool. Chaque verre d’alcool avalé accroît les risques de fausses couches, de naissances prématurées mais aussi de malformations.

En mars dernier, l’Académie nationale de médecine tirait la sonnette d’alarme en nous apprenant que chaque année, 8 000 enfants viennent au monde mal formés ou avec des troubles du comportement. Et ce n’est forcément à la venue au monde de bébé qu’on s’aperçoit des dommages mais parfois dans la petite enfance quand se manifestent des troubles de l’apprentissage ou du comportement. Pour y remédier, des chercheurs sont sur le point de développer un test sanguin qui permettrait de savoir si les nourrissons exposés à l’alcool in utero développeraient des troubles cognitifs et du comportement, à l’avenir, nous informe le site DestinationSanté.

Un test sanguin pour prédire les risques de troubles chez bébé

L’alcool va agir comme une toxine et risque d’empêcher le bon développement de bébé in utero. On sait également que les effets de l’alcool durant la grossesse peuvent avoir des conséquences sur le bébé, notamment sur le plan neurologique. Alors pendant la grossesse, l’alcool c’est tolérance zéro ! Mais dans certains pays, comme au Royaume-Uni, une femme sur sept boit de l’alcool enceinte. Sans compter que 75% des Français ne considèrent pas l’alcool comme un danger pour bébé. Du coup, malheureusement, nombreuses encore sont les futures mamans qui consomment de l’alcool durant leur grossesse au moins occasionnellement alors qu’un simple verre dans toute la grossesse peut suffire à faire des dégâts considérables. Alors pour prendre en charge les bébés qui développeraient d’éventuels troubles à l’avenir, des chercheurs Américains, issus du Texas A&M College of Medicine ont imaginé un test sanguin, nous révèle le site DestinationSanté.

Pour cette étude, les scientifiques ont suivi 68 femmes enceintes originaires de l’Ukraine, ainsi que leurs bébés. Les experts savaient que des petites molécules d’acide ribonucléique (microARN) présentes dans le sang de la mère, peuvent prédire s’il y existe un important risque de troubles liés à l’alcoolisation fœtale, ou non. Car en effet tous les bébés exposés à l’alcool ne développent pas de séquelles. Ils ont alors voulu en être certains. Pour cela, ils ont fait une prise de sang à toutes les mamans volontaires pour cette étude afin de connaître leur taux de microARN dans le sang, en comparant avec leur consommation d’alcool. Puis, ils ont observé le développement physique et comportemental des bébés durant leur première année de vie. Et leurs suppositions se sont révélées vraies : le taux de microARN dans le sang permettrait de savoir comment se développerait le bébé si la prise de sang est faite durant la grossesse. Pour les auteurs de l’étude, ce test sanguin est « essentiel », avant d’ajouter : « Même si ces syndromes ne peuvent pas être guéris, un diagnostic précoce permettrait de réduire les dommages. »


Alors ce test serait en effet un bon moyen de savoir si le fait d’avoir bu de l’alcool durant la grossesse aura des répercussions sur le bon développement de bébé. Mais les filles, il est vrai que c’est dur de ne pas succomber à la tentation de l’alcool. Mais ne ferait-on pas mieux de s’abstenir afin de ne pas angoisser quant aux résultats du test et ainsi être sûre à 100% que Loulou ne développera aucun trouble du comportement et cognitif lors de sa croissance ? Et puis, neuf mois ça passe vite…

Qu’est-ce que le syndrome de l’alcoolisation fœtale ?

Le syndrome d’alcoolisation fœtale représente, selon Santé-Médecine, « le plus sévère effet sur l’enfant de la consommation d’alcool par la mère durant la grossesse ». Cela se traduit par des troubles psychiques, du comportement chez l’enfant avec une difficulté d’apprentissage, de mémorisation, d’attention mais aussi par des anomalies sur le visage de l’enfant. Ce syndrome est la principale cause non génétique de handicap mental pour un enfant.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire