10 choses qu’on avait promis de ne pas faire quand on était enceinte et pourtant…

Les hormones en ébullition et débordante d’enthousiasme, une femme enceinte peut idéaliser la mère qu’elle sera. Son enfant sera nécessairement le plus beau, le plus intelligent, le mieux habillé. De son côté, elle sera tour à tour maman aux fourneaux, working-girl, et toujours à l’heure. Seulement voilà, Bébé arrivé, l’épuisement, le manque de temps, et les regards accusateurs à la moindre remontrance, font s’envoler ces bonnes résolutions aussi vite qu’elles sont arrivées… Florilège ces petites choses qu’on s’était promis de ne pas faire mais en fait…

maman cool promesse enceinte gif

Enceinte, vous vous étiez promis…

 …de ne jamais mettre votre enfant devant la télé. Et pourtant…

Votre fille, que vous voyez déjà polytechnicienne, ministre, ne passera pas des heures à se ramollir le cervelet devant la télé. Sauf que… Dimanche matin, lendemain de soirée bien arrosée : vous n’avez pas les yeux en face des trous et vous retrouvez contre toute attente à utiliser le même stratagème que les autres mamans.  Avec un air étonné, vous vous entendez dire : « Tiens chéri, c’est pas le dessin animé que tu adores ? ». Juste pour cette fois, juste le temps de fermer l’œil une heure ou deux …

… de lui préparer de bons petits plats. Et pourtant…

Pleine de bonne volonté, la femme enceinte s’imagine des talents qu’elle n’a pas. Elle s’improvise, dans sa tête, chef-cuisinier, sauvant son bébé des griffes acérées du règne de la malbouffe. Sauf que, là encore, manque de temps, fatigue, et avouons-le, flemmingite aiguë, peuvent venir à bout, même des plus motivées. Pour se donner bonne conscience, vous investirez dans le haut de gamme du pot pour bébé.  Après tout, votre bébé aura toute la vie pour s’éveiller aux saveurs culinaires, vous, vous n’avez pas la soirée devant vous. La semaine prochaine c’est décidé ce sera votre partenaire qui s’y mettra.

… de ne jamais lui donner la tétine. Et pourtant…

Forte de longues heures passées sur Internet, du temps où vous étiez bloquée au lit, gonflée comme un ballon de baudruche, vous êtes parfaitement informée sur la tétine, notamment sur les jolies dents de lapin qu’elle inflige à ceux qui ont le malheur de téter un peu trop. Oui, vous savez tout ça, mais c’est tellement pratique. Pouf, en un instant, l’être braillard se transforme en petit angelot silencieux sitôt ce bout de plastique dans la bouche. L’idéal pour une soirée tranquille !

… de le  laisser en contact avec toute la famille. Et pourtant…

Elle vous enquiquine cette belle-mère à toujours vouloir voir votre bébé. Vous êtes possessive-limite jalouse, et supportez mal qu’on touche à la prunelle de vos yeux. Alors s’il s’agit, en plus, de cette belle-mère étouffante… Vous traînez du pied. Vous lui aviez promis de lui laisser de temps en temps… finalement peut-être la semaine prochaine… ou celle d’après, on verra…

…de ne jamais user de la menace avec votre enfant. Et pourtant…

Sans tomber dans le règne de l’enfant roi, vous privilégiez l’éducation positive, dénuée de toute menace de punition, de mensonges éhontés visant à faire peur, et autres références au Père Fouettard, à la vilaine sorcière ou à l’affreuse voisine du troisième étage. Et pourtant, oui, vous, mère du XXIème siècle, vous entendez dire, au cours d’une grosse crise : « Si tu n’arrêtes pas ça immédiatement, je te rends au magasin moi ! » ou encore « Si à trois tu n’as pas mis cette chaussure, j’ai entendu qu’un vilain monsieur barbu allait venir te chercher pour te mettre au coin ».

…de ne jamais l’oublier. Et pourtant…

Tout le monde a le souvenir d’avoir, une fois, été oublié à la crèche, à l’école, par des parents débordés et confus. Tout le monde a le souvenir d’avoir regardé ce même parent d’un air accusateur. Vous ne ferez  pas partie de ces adultes indignes, capables d’oublier pendant une demi-heure le fruit de leurs entrailles. Vous n’en faites pas partie… jusqu’au jour où, en virée shopping avec la copine Isa, entre deux potins et un Coca en terrasse, n’ayons pas peur des mots : vous oubliez votre enfant. Vous aussi aurez droit au regard plein de remontrances de la maîtresse d’école et des autres parents, persuadés, eux aussi, que ça ne leur arrivera jamais. Jusqu’au jour où…

… de le laisser se débrouiller seul. Et pourtant…

Première règle à noter en rouge dans le cahier de la maman en herbe : laisser son enfant se débrouiller. De crainte qu’il ne devienne un véritable tyran domestique, vous ne voulez pas trop materner votre loulou, ni trop vous mêler de ce qui se passe dans la cour de récréation. Et pourtant, quand la maîtresse vous apprend qu’il s’est battu avec son copain Ryan, vous êtes la première à monter au créneau et à vous prendre, au choix, pour une brute épaisse : « Si tu touches à un cheveu de mon gosse, je te casse la figure. » ou pour une personne très haut placée : « Je connais des gens tu sais, alors fais gaffe. »

…de ne jamais céder à ses caprices. Et pourtant…

Que ce soit dans un magasin, le soir quand il vous demande pour la énième fois de dormir entre vous deux ou quand il refuse de manger deux soirs de suite son petit pot à la carotte, une même règle vous passe par la tête. Je ne dois pas céder, je ne dois pas céder, je ne dois pas… Votre loulou ayant la capacité d’insister très longtemps, comme tout le monde, vous finissez par céder, par lui faire une place dans votre lit, par lui acheter sa troisième poupée du mois ou par lui faire des frites au lieu des carottes…


… de rester femme et pas seulement maman. Et pourtant…

Difficile de rester sexy, ou même de songer à l’être, quand vous avez cinq heures de sommeil dans les pattes, huit heures de travail, et que votre priorité dans la vie est le changement des couches sales. Alors vous troquez la petite robe contre la salopette, le string contre le maxi-short, et repoussez au lendemain l’idée de faire des galipettes avec votre homme.

…de ne pas être une maman débile. Et pourtant…

Devant cette petite bouille craquante, vous ne pouvez pas vous empêcher de penser que c’est le plus beau du monde. Et pourtant, même si vous trouvez ça horripilant chez les autres, vous l’appelez « Mon amour de sucre d’orge, mon petit lapin des îles que j’aime très fort ». Malgré toutes vos bonnes résolutions, vous ne pouvez vous empêcher de lui demander dix fois par jour de vous dire « Je t’aime ».

maman gaga gif

Alors oui, c’est bien de vouloir remporter le concours de la meilleure maman, mais pensez, qu’au-delà des principes figés et des stéréotypes de la femme parfaite, être maman, c’est avant tout du quotidien et ce n’est pas évident tous les jours, on fait de son mieux !

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire