Notre sage-femme vous répond : pour préparer le col à l’accouchement, est-il judicieux de faire des séances d’acupuncture ?

« Ma meilleure amie m’a conseillée de faire des séances d’acupuncture pendant ma première grossesse. Elle a fait des séances pour préparer son col. Est-ce quelque chose que vous me conseillez ? » Lola, 34 ans, enceinte de 4 mois, Villepreux dans les Yvelines.

Bonjour Lola,

De plus en plus d’équipes obstétricales utilisent l’acupuncture dès la fin de la grossesse afin de préparer le col à l’accouchement, pour qu’au moment opportun, il puisse s’ouvrir de façon harmonieuse. Je réponds à votre question avec ma collègue Stéphanie Nicolian, sage-femme diplômée d’acupuncture qui travaille depuis 2002 à l’Hôpital Pitié Salpêtrière. Nous vous répondons à cette question pour vous éclairer sur cette médecine traditionnelle chinoise qui consiste à stimuler des points particuliers du corps grâce à de très fines aiguilles.

En quoi consistent ces séances d’acupuncture ?

L’acupuncture contribue à assurer l’équilibre entre deux énergies, Yin et Yang, pour favoriser un bon état de santé. Son principe est de traiter la patiente dans son ensemble (corps et esprit). Les séances, d’une durée de 45 minutes à une heure, sont rythmées par un entretien, l’examen du pouls et de la langue qui vont nous renseigner sur l’état des énergies de la patiente. Ensuite vient la pose des aiguilles, sur des points d’énergies précis. Le temps de pose est de 15 à 30 minutes.

Quel est l’objectif de ces séances ?

Permettre un travail rapide et harmonieux. Lors les premières séances, nous faisons des points pour supprimer toutes les tensions liées au stress et à l’anxiété. Nous essayons d’améliorer le sommeil et de redonner de l’énergie pour aborder l’accouchement plus sereinement. En effet, la détente du corps et de l’esprit est importante pour permettre au col de se dilater sans résistance pendant le travail. Lors des séances plus proches du terme, nous privilégions des points qui peuvent amener des contractions et favoriser une bonne contractilité de l’utérus pendant le travail.
Certains points permettent au bébé de descendre dans le bassin. D’autres vont avoir une action sur le périnée en assouplissant les muscles pour éviter la déchirure au moment de la naissance de bébé. L’acupuncture va prévenir le dépassement du terme et rendre le travail plus rapide et harmonieux. Selon des études scientifiques sérieuses, elle pourrait réduire le temps de travail de 1 heure 30 à 2 heures. (*)

Existe-t’il des effets secondaires ?

Les effets secondaires les plus fréquents consistent en des picotements, de légères ecchymoses, des engourdissements, sensation de trajet (chaleur, froid sur la zone du méridien) et de fatigue après la séance. L’acupuncture ne présente aucun danger, hormis sur des points interdits pendant la grossesse qu’aucun spécialiste ne se hasardera à pratiquer. Les points autorisés se situent le plus souvent au niveau des extrémités (demi-jambes, avant-bras) et dans le dos. Quant aux aiguilles, elles sont stériles et à usage unique : il n’y a pas de risque d’infection.

Est-ce que l’acupuncture est douloureuse ?

L’acupuncture n’est pas douloureuse. Les aiguilles sont très fines. Il est possible de ressentir un picotement au passage de la peau mais une fois en place cette sensation disparaîtra rapidement.

Quand dois-je commencer les séances d’acupuncture ?

Pour préparer le col à l’accouchement, il est conseillé de démarrer un mois avant la date prévue de l’accouchement soit à partir de 37 Semaines d’aménorrhées. Mais dès le début de la grossesse, l’acupuncture peut être utile, pour équilibrer les énergies et éviter l’apparition de troubles, pour traiter les nausées, les douleurs, l’insomnie, l’anxiété etc…

Qui doit consulter pour préparer le col par acupuncture ?

C’est une médecine préventive donc toutes les patientes, quelle que soit leur grossesse, peuvent en bénéficier. L’acupuncture est cependant vivement conseillée aux femmes ayant déjà eu une césarienne (utérus cicatriciel) ou ayant déjà dépassé le terme pour une précédente grossesse ou ayant un déclenchement de l’accouchement programmé car l’acupuncture favorise la mise en travail spontané.

Qui doit-on consulter ?

En France, seules les professions médicales sont autorisées à pratiquer l’acupuncture, à condition d’être titulaire d’un DIU acupuncture. Vous pouvez consulter des médecins ou des sages-femmes acupuncteurs. De préférence, allez voir des praticiens spécialisés dans la grossesse. Sur le site de l’association française des sages-femmes acupunctrices (AFSFA), un annuaire vous proposera des praticiens proches de chez vous.


Combien faut-il faire de séances ?

Il est préconisé de faire deux à trois séances, trois semaines avant la date prévue de l’accouchement.

Combien coûtent les séances d’acupuncture ?

Le coût des séances varie selon le lieu et le praticien (conventionné ou non). Pour être remboursée à 100% par l’assurance maternité (18 euros, selon les tarifs conventionnés), la séance d’acupuncture doit être réalisée dans les quatre mois avant la date présumée de l’accouchement. Hors de ce délai, la séance est prise en charge en partie par la Sécurité sociale et le complément peut être remboursé par certaines mutuelles. En milieu hospitalier, la séance est prise en charge à 100%.

(*) Gribel. Electroacupuncture for cervical ripening prior to labor induction: a randomized clinical trial. Arch Gynecol Obstet (2011) 283:1233–1238
(*) Smith CA, Crowther CA, Grant SJ. Acupuncture for induction of labour. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 8.

A noter que si vous souhaitez vous aussi poser des questions à nos experts Neuf Mois, n’hésitez pas. Pour cela, une seule adresse : info (at) neufmois (point) fr. Rappelons toutefois que ces articles ne font en aucun cas office de consultation. Ce sont des réponses de professionnels à caractère général. En cas de souci, il ne faut surtout pas hésiter à prendre rapidement rendez-vous avec votre professionnel de santé.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire