Un verre de vin pendant la grossesse peut mettre en danger plusieurs générations

Boire de l’alcool durant la grossesse est très dangereux pour bébé, ce n’est pas une nouvelle. Les médecins le disent, et les études n’ont jamais cessé de le prouver. Mais selon une nouvelle étude américaine, un verre de vin pendant la grossesse aurait, non seulement des conséquences sur bébé, mais aussi sur les générations suivantes.

Selon une étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Binghamton, aux États-Unis et publiée sur le site MedicalXpress : « Même à petite dose, l’exposition alcoolique fragilise la santé des trois générations et les expose à un risque d’alcoolisme ». Des propos que ne renierait pas le Dr Denis Lamblin, pédiatre et président de SAF France, l’association de lutte contre le syndrome d’alcoolisation fœtale, qui rappelle souvent que l’impact de l’alcool pendant la grossesse est très variable d’une femme à une autre : « chez certaines, un seul verre pendant toute la grossesse suffit parfois à faire des dégâts sur le fœtus ».

Des effets sur le long terme

Pour mener à bien cette enquête, les spécialistes n’ont évidemment pas analysé les effets produits de l’alcool sur des femmes enceintes mais ont tenté l’expérience sur des rattes. Pour cela, ils leur ont fait boire un verre de vin pendant 4 jours consécutifs durant leur gestation, au milieu du 2ème trimestre de grossesse (chez la femme, cela revient entre la 18ème et la 22ème semaine de grossesse).

Au vu des résultats, le Dr Cameron, principal auteur de l’étude a alors déclaré : « quand une mère consomme l’équivalent d’un verre de vin quatre fois pendant la grossesse, sa progéniture et la progéniture de celle-ci, jusqu’à la troisième génération, sera davantage attirée par l’alcool et moins sensible à ses effets. » 


En effet, l’alcool va agir comme une toxine et risque donc d’empêcher le bon développement de bébé in utero. On sait également que les effets de l’alcool durant la grossesse peuvent avoir des conséquences sur le bébé, notamment sur le plan neurologique… Alors les filles, il est vrai que c’est dur de ne pas succomber à la tentation de l’alcool mais on ne ferait-on pas mieux de s’abstenir pour que nos descendants n’aient pas à souffrir de séquelles, dont une addiction, non ?

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire