Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus grossesse » Pourquoi une grossesse tardive peut-elle ĂȘtre synonyme de crise cardiaque ?

Pourquoi une grossesse tardive peut-elle ĂȘtre synonyme de crise cardiaque ?

Ce n’est qu’un risque, donc une probabilitĂ© qui n’a rien de certain mais, selon une Ă©tude amĂ©ricaine rĂ©cente, avoir un enfant Ă  partir de 40 ans augmenterait les risques cardiovasculaires dans l’avenir.

Lors d’une confĂ©rence au CongrĂšs international de l’Accident Vasculaire CĂ©rĂ©bral (AVC) qui se tient actuellemnet à Los Angeles, Adnan Qureshi, mĂ©decin et directeur du Centre de l’accident vasculaire cĂ©rĂ©bral de St Cloud, aux Etats-Unis, a dĂ©clarĂ© : « Nous savions dĂ©jĂ  qu’avoir un bĂ©bĂ© Ă  40 ans ou plus comporte des risques pour la future maman et son bĂ©bĂ© au cours de la grossesse. DĂ©sormais nous savons que les risques pour la santĂ© existent Ă©galement plus tard ». 

Pour parvenir Ă  ces rĂ©sultats, le mĂ©decin, ainsi que son Ă©quipe, se sont basĂ©s sur 72 221 dossiers mĂ©dicaux de femmes, dont les Ăąges variaient entre 5 et 79 ans. Dans ces dossiers, 3306 femmes ont eu une grossesse à 40 ans passĂ©s. RĂ©sultat ? En comparant avec les femmes qui ont eu une grossesse plus jeunes, les scientifiques ont trouvĂ© qu’elles prĂ©sentaient un risque d’AVC ischĂ©mique ou d’infarctus cĂ©rĂ©braux (lorsque le sang dans le cerveau ne circule plus et est bloquĂ©) majorĂ© de 1,4%, ainsi qu’un risque hĂ©morragique augmentĂ© de 0,5. A savoir Ă©galement que l’AVC ischĂ©mique est le type de crise cardiaque le plus rĂ©current. Selon le site France AVC, 80 % de ces accidents vasculaires cĂ©rĂ©braux sont provoquĂ©s par une ischĂ©mie et 20 % suite à une hĂ©morragie.

Un AVC, qu’est-ce-que c’est ?

Un Accident Vasculaire CĂ©rĂ©bral, plus communĂ©ment appelĂ© AVC arrive, selon le site France AVC, lorsqu’un obstacle (caillot sanguin) vient bloquer le flux sanguin dans les diffĂ©rentes parties du cerveau. L’apport vital en oxygĂšne est ainsi bloquĂ© et cette affection cĂ©rĂ©brale brutale peut Ă©voluer en quelques minutes vers une pathologie neurologique plus ou moins importante. En France, l’AVC est la premiĂšre cause de handicap physique de l’adulte.


Quels sont les risques d’une grossesse tardive ?

À l’heure actuelle, les femmes prĂ©fĂšrent tout d’abord avoir une vie active avant de fonder une famille. Il est loin le temps oĂč maman restait Ă  la maison pendant que papa partait travailler, mĂȘme si de nombreuses femmes aiment ĂȘtre mĂšre au foyer. À prĂ©sent, la premiĂšre grossesse arrive de plus en plus tard.

En effet, en France, Ă  la fin des annĂ©es 1960, les femmes attendaient leur premier enfant Ă  l’ñge de 24 ans. Aujourd’hui, une premiĂšre grossesse se rĂ©alise vers l’ñge de 30 ans, notamment en raison d’études plus longues. Environ 3% des femmes qui mettent au monde un enfant ont plus de 40 ans, soit deux fois plus qu’il y a vingt ans. Mais avoir une grossesse sur le tard n’est pas sans risque. InterviewĂ©e par le site Sciences et Avenir en janvier 2016, le Dr JoĂ«lle Belaisch-Allart, chef du service de gynĂ©cologie-obstĂ©trique de l’hĂŽpital de SĂšvres mais également vice-prĂ©sidente du CollĂšge National des GynĂ©cologues et ObstĂ©triciens de France (CNGOF) avait dĂ©clarĂ© : « Le premier Ă©cueil des grossesses aprĂšs la quarantaine est leur taux Ă©levĂ© de fausses couches : 33,8 % Ă  partir de 40 ans et 53,2 % aprĂšs 45 ans, contre 11,7 % entre 30 et 34 ans et 17,7 % entre 35 et 39 ans. » Pour une grossesse ultra-tardive (terme utilisĂ© par les experts concernant une grossesse Ă  plus de 50 ans), les pathologies telles que l’hypertension artĂ©rielle, le diabĂšte gestationnel, les troubles cardiaques, le dysfonctionnement thyroĂŻdien et la prĂ©-Ă©clampsie « sont plus frĂ©quentes chez les femmes de 40 ans et plus ».

En raison de toutes ces pathologies, la femme enceinte ĂągĂ©e de plus de 40 ans prĂ©sente aussi un risque d’accouchement prĂ©maturé plus Ă©levĂ©. Selon le mĂ©decin, 5,7% des naissances sont prĂ©maturĂ©es avant 35 ans mais aprĂšs 40 ans, la proportion augmente jusqu’à 8,2%. Mais heureusement, dans la grande majoritĂ© des cas, tout est bien qui finit bien, tant la prise en charge mĂ©dicale est performante aujourd’hui dans les maternitĂ©s en France.


À lire absolument