Neufmois.fr » Conception » Parents aprĂšs 40 ans : Zoom sur ce phĂ©nomĂšne

Parents aprÚs 40 ans : Zoom sur ce phénomÚne

Entretien avec le sociologue Hervé Levilain

L’ouvrage « Parents aprĂšs 40 ans », Ă©crit par deux sociologues : Marc Bessin et HervĂ© Levilain se penche sur la parentalitĂ© tardive. Un phĂ©nomĂšne en plein essor liĂ© souvent aux transformations du couple et de la famille. HervĂ© Levilain, sociologue et maĂźtre de confĂ©rences Ă  l’universitĂ© de Lorraine, nous a aidĂ© Ă  comprendre cette nouvelle tendance.

Quelques chiffres
Reprenant les donnĂ©es de l’INSEE, les deux sociologues montrent que le phĂ©nomĂšne des maternitĂ©s tardives n’est pas nouveau. C’est ainsi qu’en 1901, 6% des naissances sont attribuĂ©es Ă  des mĂšres de 40 ans et plus, alors qu’en 1972, elles ne reprĂ©sentent plus que 1,1%. Ces maternitĂ©s tardives augmentent de nouveau Ă  partir des annĂ©es 1980 et atteignent 2,5 % des naissances en 1995 pour atteindre les 3% 10 ans plus tard. Cette Ă©volution est liĂ©e aux transformations de la famille: au dĂ©but du XIXe siĂšcle, la famille nombreuse est la norme, avec une probabilitĂ© forte d’avoir un enfant Ă  plus de 40 ans. Aujourd’hui les familles nombreuses sont moins frĂ©quentes et la parentalitĂ© tardive est souvent liĂ©e Ă  une recomposition familiale ou au fait que les couples retardent le moment d’avoir un enfant (qui est parfois leur premier).

Les stéréotypes qui prétendent expliquer la parentalité tardive
Selon HervĂ© Levilain, le fait d’ĂȘtre parent au delĂ  de 40 ans donne lieu Ă  plusieurs clichĂ©s qui parfois se combinent. Le premier met l’accent sur l’égoĂŻsme supposĂ©e de la femme cadre, prĂ©occupĂ©e par sa carriĂšre, qui ne pense pas au seuil des 40 ans ou compte sur la PMA (ProcrĂ©ation mĂ©dicalement assistĂ©e) pour dĂ©passer cette limite. Le second prĂ©jugĂ© est celui du jeunisme et qui ferait que dans notre sociĂ©tĂ©, on ferait moins attention aux normes d’ñge. Mais dans les faits, la borne des 40 ans n’a pas disparu et reste encore fortement prĂ©sente Ă  l’esprit de beaucoup de femmes au contraire des hommes, qui sont moins concernĂ©s par cette limite et tendent dĂšs lors Ă  freiner davantage.


La famille en pleine mutation
L’augmentation de la parentalitĂ© tardive Ă  la fin des annĂ©es 70 correspond Ă  une mutation en profondeur de la sociĂ©tĂ© française. La norme de la famille nombreuse tend Ă  disparaitre. Le passage du couple Ă  la famille prend aussi plus de temps et a changĂ© de logique. On fait plus souvent des enfants dans le cadre d’un « projet » articulant vie de couple et engagements professionnels ou parfois militants. On peut avoir dans une vie plusieurs couples et plusieurs familles. Le paysage de la parentalitĂ© tardive s’est ainsi diversifié : on y trouve des familles recomposĂ©es (remise en couple aprĂšs une premiĂšre union), des couples « stables » ayant leur premier enfant aprĂšs 40 ans mais parfois aussi des familles nombreuses oĂč le « petit dernier » arrive avec un grand Ă©cart d’ñge avec les cadets. HervĂ© Levilain explique que « les maniĂšres de faire la famille se sont transformĂ©es ».

Le dĂ©sir d’enfant, un projet murement rĂ©flĂ©chi
GrĂące Ă  la contraception, le couple contrĂŽle le moment du passage Ă  la famille ce qui permet aussi de vivre sa jeunesse, de connaĂźtre des expĂ©riences, de faire carriĂšre. Ce n’est plus la nature qui guide le dĂ©sir d’enfant, mais un projet, qui anime hommes et femmes et qui fait que le partenaire devient pĂšre ou mĂšre. HervĂ© Levilain insiste sur le fait que les couples qui vivent une naissance tardive ne ressentent pas cette situation comme nĂ©gative, mais au contraire comme un projet assumĂ©. Ils disent avoir eu le temps de faire des choses. Conscients d’avoir fait un choix, parfois mal considĂ©rĂ© par la sociĂ©tĂ©, ils s’engagent fortement. C’est encore plus vrai dans les familles recomposĂ©es oĂč les pĂšres sont souvent plus disponibles et ont dĂ©jĂ  l’expĂ©rience des premiers enfants !

Parents aprĂšs 40 ans : l’engagement familial Ă  l’épreuve de l’ñge.
Marc Bessin et Hervé Levilain
Editions autrement
Septembre 2012
 


À lire absolument