Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus grossesse » Pourquoi une Ă©tude propose ne pas avertir la future maman qu’elle attend un gros bĂ©bĂ© ?

Pourquoi une Ă©tude propose ne pas avertir la future maman qu’elle attend un gros bĂ©bĂ© ?

Plus les mĂ©decins diront Ă  une femme enceinte qu’elle porte un gros bĂ©bĂ©, et plus les cĂ©sariennes seront programmĂ©es. Selon une Ă©tude amĂ©ricaine, il y a aurait une consĂ©quence au moment de l’accouchement lorsqu’on dit Ă  une femme enceinte que son bĂ©bĂ© sera au maximum de la courbe de poids prĂ©vue.

Que se passe-t-il lorsque, au moment de l’échographie, on dit Ă  une femme enceinte qu’elle accouchera d’un gros bĂ©bĂ© ? Elle prend peur Ă©videmment ! C’est du moins ce qu’affirme une Ă©tude rĂ©alisĂ©e par des chercheurs amĂ©ricains et publiĂ©e dans la revue scientifique Maternal and Child Health Journal.

Pour cette Ă©tude, les spĂ©cialistes ont analysĂ© les dossiers de 1960 femmes qui ont mis au monde leur bout de chou entre juillet 2011 et juin 2012. AprĂšs avoir dit si, oui ou non, le mĂ©decin suivant leur grossesse les avaient prĂ©venues que leur bĂ©bĂ© « se portait plutĂŽt bien » ou s’il allait ĂȘtre au-delĂ  du poids attendu au moment de l’accouchement, ils se sont penchĂ©s sur la question de savoir s’il y avait une consĂ©quence lors de l’accouchement. Et la rĂ©ponse est oui : 31,2% avaient Ă©tĂ© prĂ©venues et 9,9% ont rĂ©ellement accouchĂ© d’un gros bĂ©bĂ©.

Par peur, elles ont demandé une césarienne

Tout d’abord, il faut savoir qu’un bĂ©bĂ© est considĂ©rĂ© comme Ă©tant en surpoids lorsqu’il pĂšse plus de quatre kilos Ă  la naissance. Cela s’appelle la macrosomie. L’étude alors montrĂ© que toutes celles qui pensaient accoucher d’un gros bĂ©bĂ© avaient demandĂ© Ă  avoir une cĂ©sarienne ou bien un meilleur suivi mĂ©dical. Mais ce n’est pas tout, elles ont Ă©galement bĂ©nĂ©ficiĂ© d’une anesthĂ©sie pĂ©ridurale. A ce sujet, Erika Cheng, principale auteur de l’étude a dĂ©clarĂ© : « Il est possible que le fait de dire aux mĂšres que leur bĂ©bĂ© pourrait ĂȘtre gros puisse miner la confiance qu’elles ont en elles pour mettre au monde leur enfant. » Ceci Ă©tant, en France, la majoritĂ© des femmes qui accouchent pour la premiĂšre fois demandent une pĂ©ridurale, gros bĂ©bĂ© ou pas. Et quant Ă  la cĂ©sarienne, on peut toujours la demander, cela reste une dĂ©cision mĂ©dicale et l’obstĂ©tricien n’est pas tenu de respecter la demande de la future maman si rien ne le justifie, contrairement Ă  d’autres pays oĂč la pratique de la cĂ©sarienne est moins encadrĂ©e.


Suite Ă  cette Ă©tude, les chercheurs amĂ©ricains demandent aux mĂ©decins de ne pas trop s’avancer sur la taille ainsi que le poids du futur bĂ©bĂ©, du moins jusqu’à ce qu’ils en soient certains. A ce sujet, le mĂ©decin Ron Iverson, Ă©galement auteur de l’étude a dĂ©clarĂ© : « Nous n’avons pas encore rĂ©ussi Ă  dĂ©velopper des formules ou des outils assez prĂ©cis pour donner un poids correct. Du point de vue du mĂ©decin, le message Ă  retenir est de rester prudent sur le fait de dire aux femmes qu’elles portent de gros bĂ©bĂ©s. Parce que nous n’en avons aucune idĂ©e. »

Pas Ă©vident lorsqu’on sait qu’un bĂ©bĂ© en surpoids rime avec grossesse Ă  risques et donc grossesse trĂšs surveillĂ©e qui demande aussi un effet des futures mĂšres.

Et si bébé est vraiment un gros bébé ?

Mais si bĂ©bĂ© est rĂ©ellement en surpoids, il peut y avoir de lourdes consĂ©quences. En effet, si la naissance se fait par voie basse, les Ă©paules du bĂ©bĂ© peuvent se coincer au niveau du pelvis de la mĂšre et bĂ©bĂ© risque une fracture de la clavicule ou du bras, voire mĂȘme de s’asphyxier. Et si un bras reste coincĂ©, cela peut entraĂźner une lĂ©sion nerveuse et le nourrisson pourra ĂȘtre paralysĂ©, tandis que la mĂšre risque une hĂ©morragie voire une dĂ©chirure du pĂ©rinĂ©e. Ceci Ă©tant, inutile de psychoter, avant qu’on en arrive lĂ , l’équipe mĂ©dicale dĂ©cide en gĂ©nĂ©ral d’une cĂ©sarienne
 et beaucoup de femmes donnent naissance Ă  des bĂ©bĂ©s de 4 kilos et plus sans sĂ©quelles ! Les principaux facteurs de la macrosomie sont multiples, mais la plus connue et la mieux identifiable est le diabĂšte de la mĂšre, suivi du surpoids des parents ou encore des grossesses multiples.

Selon le Figaro, en France, 7,1% des naissances recensĂ©es en 2010 Ă©taient concernĂ©es, la majoritĂ© de ces bĂ©bĂ©s pesaient entre quatre et cinq kilos. Alors finalement, ne vaut-il mieux que notre mĂ©decin nous prĂ©vienne, afin d’avoir un suivi mĂ©dical plus sĂ©curisĂ© face Ă  une Ă©ventuelle grossesse Ă  risques ?



À lire absolument