Pourquoi une étude propose ne pas avertir la future maman qu’elle attend un gros bébé ?

Plus les médecins diront à une femme enceinte qu’elle porte un gros bébé, et plus les césariennes seront programmées. Selon une étude américaine, il y a aurait une conséquence au moment de l’accouchement lorsqu’on dit à une femme enceinte que son bébé sera au maximum de la courbe de poids prévue.

Que se passe-t-il lorsque, au moment de l’échographie, on dit à une femme enceinte qu’elle accouchera d’un gros bébé ? Elle prend peur évidemment ! C’est du moins ce qu’affirme une étude réalisée par des chercheurs américains et publiée dans la revue scientifique Maternal and Child Health Journal.

Pour cette étude, les spécialistes ont analysé les dossiers de 1960 femmes qui ont mis au monde leur bout de chou entre juillet 2011 et juin 2012. Après avoir dit si, oui ou non, le médecin suivant leur grossesse les avaient prévenues que leur bébé « se portait plutôt bien » ou s’il allait être au-delà du poids attendu au moment de l’accouchement, ils se sont penchés sur la question de savoir s’il y avait une conséquence lors de l’accouchement. Et la réponse est oui : 31,2% avaient été prévenues et 9,9% ont réellement accouché d’un gros bébé.

Par peur, elles ont demandé une césarienne

Tout d’abord, il faut savoir qu’un bébé est considéré comme étant en surpoids lorsqu’il pèse plus de quatre kilos à la naissance. Cela s’appelle la macrosomie. L’étude alors montré que toutes celles qui pensaient accoucher d’un gros bébé avaient demandé à avoir une césarienne ou bien un meilleur suivi médical. Mais ce n’est pas tout, elles ont également bénéficié d’une anesthésie péridurale. A ce sujet, Erika Cheng, principale auteur de l’étude a déclaré : « Il est possible que le fait de dire aux mères que leur bébé pourrait être gros puisse miner la confiance qu’elles ont en elles pour mettre au monde leur enfant. » Ceci étant, en France, la majorité des femmes qui accouchent pour la première fois demandent une péridurale, gros bébé ou pas. Et quant à la césarienne, on peut toujours la demander, cela reste une décision médicale et l’obstétricien n’est pas tenu de respecter la demande de la future maman si rien ne le justifie, contrairement à d’autres pays où la pratique de la césarienne est moins encadrée.

Suite à cette étude, les chercheurs américains demandent aux médecins de ne pas trop s’avancer sur la taille ainsi que le poids du futur bébé, du moins jusqu’à ce qu’ils en soient certains. A ce sujet, le médecin Ron Iverson, également auteur de l’étude a déclaré : « Nous n’avons pas encore réussi à développer des formules ou des outils assez précis pour donner un poids correct. Du point de vue du médecin, le message à retenir est de rester prudent sur le fait de dire aux femmes qu’elles portent de gros bébés. Parce que nous n’en avons aucune idée. »

Pas évident lorsqu’on sait qu’un bébé en surpoids rime avec grossesse à risques et donc grossesse très surveillée qui demande aussi un effet des futures mères.


Et si bébé est vraiment un gros bébé ?

Mais si bébé est réellement en surpoids, il peut y avoir de lourdes conséquences. En effet, si la naissance se fait par voie basse, les épaules du bébé peuvent se coincer au niveau du pelvis de la mère et bébé risque une fracture de la clavicule ou du bras, voire même de s’asphyxier. Et si un bras reste coincé, cela peut entraîner une lésion nerveuse et le nourrisson pourra être paralysé, tandis que la mère risque une hémorragie voire une déchirure du périnée. Ceci étant, inutile de psychoter, avant qu’on en arrive là, l’équipe médicale décide en général d’une césarienne… et beaucoup de femmes donnent naissance à des bébés de 4 kilos et plus sans séquelles ! Les principaux facteurs de la macrosomie sont multiples, mais la plus connue et la mieux identifiable est le diabète de la mère, suivi du surpoids des parents ou encore des grossesses multiples.

Selon le Figaro, en France, 7,1% des naissances recensées en 2010 étaient concernées, la majorité de ces bébés pesaient entre quatre et cinq kilos. Alors finalement, ne vaut-il mieux que notre médecin nous prévienne, afin d’avoir un suivi médical plus sécurisé face à une éventuelle grossesse à risques ?

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire