Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus grossesse » L’obĂ©sitĂ© en dĂ©but de grossesse peut-elle augmenter le risque d’Ă©pilepsie chez l’enfant ?

L’obĂ©sitĂ© en dĂ©but de grossesse peut-elle augmenter le risque d’Ă©pilepsie chez l’enfant ?

PubliĂ©e dans la revue mĂ©dicale amĂ©ricaine JAMA Neurology, une nouvelle Ă©tude suggĂšre que le surpoids ou l’obĂ©sitĂ© au cours de trois premiers mois de grossesse augmente le risque d’avoir un enfant Ă©pileptique. Au cours de leurs recherches, des scientifiques de l’Institut Karolinska en SuĂšde ont comparĂ© les enfants dont les mĂšres avaient un indice de masse corporel (IMC = poids/tailleÂČ) Ă©levĂ© (au-delĂ  de 25) pendant leur grossesse avec les enfants dont les mĂšres avaient un IMC normal (entre 18 et 25).

Le risque d’avoir un enfant Ă©pileptique peut atteindre jusqu’Ă  82 %

Alors que dans 60 % des cas, les mĂ©decins ne connaissent pas les causes de l‘Ă©pilepsie, des chercheurs suĂ©dois ont tentĂ© de lier l’obĂ©sitĂ© pendant la grossesse et ses consĂ©quences neurologiques chez l’enfant. Pour l’Ă©tude, ce ne sont pas moins de 1,4 million d’enfants nĂ©s entre 1997 et 2011 en SuĂšde qui ont Ă©tĂ© Ă©tudiĂ©s. Les analyses indiquent que pour les enfants dont la maman avait un IMC supĂ©rieur Ă  25, le risque d’ĂȘtre Ă©pileptique augmentait de 11 % Ă  82 % comparĂ© aux enfants des mĂšres Ă  la corpulence normale (IMC entre 18 et 25). Plus de 7 500 d’entre eux sont devenus Ă©pileptiques entre leur premier mois et leurs 16 ans. Plus l’IMC des mamans Ă©tait Ă©levĂ©, plus le risque d’avoir un enfant Ă©pileptique l’Ă©tait lui aussi. Ainsi, lorsque l’IMC des mamans se situait entre 25 et 30, le risque augmentait de 11 %, lorsqu’il Ă©tait entre 30 et 35 les mamans avaient 20 % de risque d’avoir un enfant Ă©pileptique, si l’IMC Ă©tait compris entre 35 et 40, le risque Ă©tait de 30 % et lorsque l’IMC Ă©tait supĂ©rieur Ă  40, le risque atteignait les 82 %.

Comment l’obĂ©sitĂ© entraĂźne-t-elle l’Ă©pilepsie chez l’enfant ?

L’obĂ©sitĂ© pendant la grossesse peut entraĂźner bon nombre de complications comme le diabĂšte gestationnel, l’hypertension ou encore la prĂ©-Ă©clampsie. A cause des problĂšmes citĂ©s, les enfants sont alors potentiellement plus susceptibles de naĂźtre prĂ©maturĂ©ment, d’avoir des malformations congĂ©nitales ou de souffrir d’hypoxie (diminution de la quantitĂ© d’oxygĂšne distribuĂ©e par le sang aux tissus) lors de l’accouchement. De plus, l’obĂ©sitĂ© entraĂźnerait des lĂ©sions neurologiques chez l’enfant liĂ©es Ă  une inflammation chronique dans l’organisme de la maman enceinte. « Cet Ă©tat, ainsi que les facteurs gĂ©nĂ©tiques, pourrait crĂ©er un environnement intra-utĂ©rin perturbĂ©, ce qui contribuerait au dĂ©veloppement de complications maternelles, pĂ©rinatales et postnatales », indique le Dr William Bell du dĂ©partement de neurologie de l’universitĂ© d’Etat d’Ohio (Etats-Unis) dans un commentaire accompagnant l’étude.

Surveiller son poids avant et pendant la grossesse, comment faire ?

« Etant donnĂ© le fait que le surpoids est un risque qu’il est possible de rĂ©duire, prĂ©venir l’obĂ©sitĂ© chez les femmes en Ăąge de procrĂ©er pourrait ĂȘtre une stratĂ©gie de santĂ© publique importante pour rĂ©duire la frĂ©quence de l’Ă©pilepsie », ont suggĂ©rĂ© les auteurs dans leur Ă©tude. En plus de surveiller leur alimentation, les femmes devraient donc pratiquer 30 minutes d’activitĂ© sportive par jour et ce, mĂȘme pendant la grossesse.

Alors si vous ĂȘtes enceinte, Neuf Mois vous aide Ă  surveiller votre courbe de poids grĂące Ă  cet outil super pratique !

Propos validés par Rachel Halimi, sage-femme.

À lire absolument

Laisser un commentaire