Pré-éclampsie

Qu’est-ce que la pré-éclampsie  ?

La pré-éclampsie est une hypertension artérielle gravidique. Elle est plus fréquente lors d’une première grossesse, en particulier chez les femmes très jeunes, à partir de la 21ème semaine d’aménorrhée.

La pré-éclampsie, à quoi est-elle associée ?

La pré-éclampsie est une maladie fréquente chez les femmes enceintes. Elle est notamment associée à une hypertension artérielle et à l’apparition de protéines dans les urines. La plupart des patientes accouchent d’un bébé en bonne santé et se rétablissent rapidement. Néanmoins, si ce syndrome n’est pas traité, il peut entraîner de nombreuses complications qui peuvent conduire au décès de la mère et/ou de l’enfant. En fait, cette maladie peut survenir peu de temps avant l’accouchement et parfois même après (post-partum) et touche chaque année 40 000 femmes en France. De plus, elle est responsable d’un tiers des naissances de grands prématurés en France.

En savoir plus sur la pré-éclampsie

La pré-éclampsie survient dans 70 à 75 % des cas lors d’une première grossesse. Les facteurs de risque de pré-éclampsie peuvent être notamment liés à un antécédent de pré-éclampsie, une grossesse multiple, une première grossesse, une hypertension chronique, une pathologie rénale connue ou encore un diabète.

Après l’apparition des premiers symptômes, la pré-éclampsie peut évoluer rapidement et nécessite alors une prise en charge rapide. Elle peut entraîner des complications graves dans 10 % des cas et met alors la vie de la mère et de son fœtus en danger. Les complications se traduisent par une éclampsie (crises convulsives), une hémorragie cérébrale, une insuffisance rénale chez la mère, ou encore un décollement placentaire qui provoque une hémorragie interne là où il était fixé. Dans tous les cas, une prise en charge à l’hôpital est nécessaire.


Un peu de lecture sur la pré-éclampsie

L’échographie au secours de la pré-éclampsie

Sage-femme, gynécologue libéral, maternité : qui doit suivre ma grossesse ?