Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus fertilitĂ© » InsĂ©mination post-mortem : Mariana Gomez-Turri a gagnĂ© !

Insémination post-mortem : Mariana Gomez-Turri a gagné !

Mariana Gomez-Turri va voir son rĂȘve se rĂ©aliser. AprĂšs un bras de fer avec la justice française, la jeune femme d’origine espagnole, va pouvoir avoir un enfant de son mari Nicola, dĂ©cĂ©dĂ© d’un cancer lymphatique Ă  l’Ăąge de 30 ans.

Ce mardi 31 mai 2016 sera Ă  marque d’une pierre blanche pour Mariana Gomez-Turri. C’est en effet aujourd’hui que le Conseil d’État français a autorisĂ© le transfert du sperme congelĂ© de son dĂ©funt mari jusqu’en Espagne. AprĂšs une premiĂšre victoire le 27 mai dernier, cette fois c’est officiel : elle va pouvoir procĂ©der Ă  une insĂ©mination post-mortem dans son pays d’origine, une pratique interdite en France, mais lĂ©gale en Espagne.

mariana-gomez-turri-insemination-post-mortem-tweet-conseil-detat-france

Un processus déjà enclenché

Le tribunal administratif avait refusĂ© l’exportation des gamĂštes du dĂ©funt mari de Mariana Gomez-Turri. En effet, conformĂ©ment Ă  la Convention europĂ©enne des droits de l’homme, l’insĂ©mination post-mortem ainsi que l’exportation des gamĂštes conservĂ©s en France dans le but d’une insĂ©mination post-mortem sont interdites. Et pourtant, le Conseil d’État a rĂ©pondu en faveur de la jeune femme. La raison ? Avant le dĂ©cĂšs de Nicola Turri en juillet 2015, le couple avait dĂ©jà entamĂ© une procĂ©dure de procrĂ©ation mĂ©dicalement assistĂ©e (PMA). VoilĂ  pourquoi, le Conseil d’État a estimĂ© qu’il s’agissait d’un « situation trĂšs particuliĂšre » puisque « la maladie avait empĂȘchĂ© de mener Ă  bien leur projet d’avoir un enfant et de rĂ©aliser un dĂ©pĂŽt de gamĂštes en Espagne en vue d’une possible insĂ©mination post-mortem. » Ainsi, si le Conseil d’État avait refusĂ©, « l’application de la loi française entraĂźnerait des consĂ©quences manifestement disproportionnĂ©es. »

Pour Mariana Gomez-Turri, c’est Ă  prĂ©sent le moment de retourner en Espagne, afin de rĂ©aliser son rĂȘve : celui de devenir « la maman d’un enfant de l’homme de [sa] vie »Â comme elle l’avait dĂ©clarĂ© Ă  la chaĂźne de tĂ©lĂ©vision France 2. Et puisque l’Espagne n’autorise l’insĂ©mination post-mortem que dans un dĂ©lai d’un an aprĂšs la mort de la personne. Le compte Ă  rebours est dĂ©jĂ  bien entamé et elle n’a donc que jusqu’au 10 juillet 2016 pour avoir recours Ă  une PMA.

À lire absolument