Elle ignorait être enceinte… jusqu’à ce qu’elle accouche dans sa salle de bain !

Sasha Hood n’a pas eu la chance de vivre les joies de la grossesse comme les nausées matinales, les pieds qui gonflent mais aussi le bébé qui bouge, le ventre qui s’allonge… Car la jeune femme ignorait être enceinte, jusqu’à ce que son fils vienne au monde !

Originaires de Sandbach, une petite ville d’Angleterre, Sasha Hood et Marc Jepson, n’avaient pas encore prévu de faire un bébé. Mais il semblerait qu’une petite surprise se soit cachée dans le ventre de la jeune femme de 24 ans. L’histoire remonte au matin du 15 mars 2016, Sasha Hood a été prise de violentes douleurs au ventre. Elle a alors pris des comprimés et elle est retournée à son travail le lendemain.

Mais la journée du 16 mars a été bien pire. Si horrible pour la jeune femme qu’elle a décidé de prendre rendez-vous chez son médecin. Mais quelle ne fut pas sa surprise lorsque ce dernier l’a redirigée vers le service maternité ! L’Anglaise apprend donc la nouvelle : elle est enceinte, et ce, malgré le fait qu’elle avait ses menstruations. Aussitôt, elle décide d’en avertir son petit ami, Marc. Le jeune homme n’en était pas moins surpris ! Interviewé par le Daily Mail, il a raconté : « Je suis resté complètement scotché par cette annonce, je ne pouvais pas y croire. » 

Un accouchement dans la salle de bain

Sasha Hood est finalement autorisée à rentrer chez elle. Mais les douleurs reviennent quelques heures après. Pour les atténuer, la jeune femme décide de prendre un bain chaud, tandis que Mac Jepson appelle les urgences. Mais le bébé n’avait pas l’air de vouloir prendre un bain… À peine avait-elle levé une jambe qu’elle a eu une soudaine envie de pousser. Marc Jepson lui vient alors en aide, en suivant les instructions des médecins par téléphone. Quinze minutes ont suffi pour que le bébé vienne au monde. Mais le cordon ombilical est resté autour du cou.

Toujours avec l’aide des médecins, le jeune papa a réussi à sauver le petit bout, appelé Théo. L’arrivée des urgences a alors permis de savoir si la maman et son bébé étaient en bonne santé. Et bonne nouvelle, tout allait pour le mieux !

L’heureux papa a annoncé la nouvelle avec un post Facebook, déclarant la venue au monde de leur fils pour le moins inattendue. Depuis la petite famille est très heureuse, et, malgré la surprise de son arrivée, les parents disent qu’à présent, ils ne pourraient pas vivre sans lui.

sasha-hood-deni-de-grossesse-bebe-theo-photo-facebook


Le déni de grossesse, qu’est-ce que c’est ?

Le déni de grossesse est caractérisé par la non-conscience de son état par une femme enceinte. Mais il existe deux types de déni de grossesse : le déni partiel où la femme se rend compte qu’elle est enceinte avant d’accoucher. Et le déni total où la femme ne sait pas qu’elle est enceinte jusqu’à ce qu’elle accouche.

Le cerveau est donc à l’origine de tout ça. En effet, celui-ci demande au corps de faire comme si de rien n’était et rien ne changera : la femme aura ses règles, son ventre ne grossira pas, elle ne sentira pas le bébé bouger et n’aura aucune nausée. Le paradis selon vous ? Pas réellement… Sachez qu’en moyenne les femmes s’en veulent énormément de pas s’être rendu compte de leur grossesse. Également, la mort du bébé peut survenir, de manière accidentelle, si la jeune maman ne sait pas ce qui lui arrive lors de la naissance. En effet, prise de court, la jeune maman ne sait généralement pas quoi faire dans de telles conditions, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’une première grossesse.

En France, selon le site Onmeda.fr, il est estimé que le déni de grossesse survient entre 1 à 3 cas pour 1 000 naissances en France, c’est-à-dire entre 600 à 2 000 dénis de grossesse par an sur environ 800 000. Il faut toutefois prendre en compte que ces chiffres sont très aléatoires.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire