Neufmois.fr » Mon bĂ©bĂ© » Ma vie de maman » Maman Ă  la tĂȘte d’une famille nombreuse, comment je gĂšre ?

Maman Ă  la tĂȘte d’une famille nombreuse, comment je gĂšre ?

Hello, moi c’est Carla ! Alors voilĂ  ma situation : maman d’une famille nombreuse, la question qui revient tout le temps est « comment fais-tu pour gĂ©rer ? ». Nous avons Ă  la maison 5 enfants d’Ăąges rapprochĂ©s : un bĂ©bĂ©, un de 4 ans, une de 5 et deux de 6. Mais ils ne viennent pas tous de mon utĂ©rus. Les deux garçons de mon chĂ©ri sont avec nous la moitiĂ© du temps. Entre le boulot, la maison, les devoirs, les activitĂ©s, les horaires atypiques du papa et une petite qui ne fait pas encore toutes ses nuits, c’est du sport ! Pour que ça fonctionne, on a rapidement Ă©tabli un code digne des plus grandes sociĂ©tĂ©s du CAC 40.

Etre ferme sur les rĂšgles

Nous avons Ă©tĂ© propulsĂ© famille nombreuse en emmĂ©nageant ensemble, et on s’est vite rendu compte que ce qui est permis avec 1 ou 2 enfants ne peut pas l’ĂȘtre avec 4 ou 5. Les enfants ont besoin de savoir ce qu’ils peuvent faire et ce qu’ils ne peuvent pas entreprendre, surtout dans les familles recomposĂ©es oĂč les rĂšgles ne sont pas les mĂȘmes partout. Si les rĂšgles du jeu sont fixĂ©es et qu’elles ne changent pas, c’est rassurant, et ça finit par rentrer. Par exemple, pas de jouet dans le salon, pas de tĂ©lĂ© avant l’Ă©cole, chaussons aux pieds et mains lavĂ©s. Comme le dit mon grand : « Maman, si elle doit rĂ©pĂ©ter et se fĂącher, ça lui gĂąche de l’Ă©nergie et aprĂšs elle en a plus pour jouer avec nous ».

Tout le monde met la main Ă  la pĂąte

Ce n’est pas parce que j’ai un utĂ©rus que l’aspirateur est mon objet favori et la cuisine ma piĂšce prĂ©fĂ©rĂ©e. Mon homme n’est pas un baby-sitter, il reprĂ©sente 50% des adultes de la maison, il a lui aussi deux mains et peut donc au mĂȘme titre que moi vider le lave-vaisselle ou Ă©tendre une machine. Quand il rentre tard, les enfants ont mangĂ© et sont en pyjama, j’attends qu’il se passe la mĂȘme chose quand je ne suis pas lĂ . Et franchement, en couple, on n’ pas mieux Ă  faire que de s’engueuler pour savoir qui sort la poubelle ?

Pareil pour les enfants : j’attends qu’Ă  leur niveau, ils participent Ă  la vie de la maison. Si les vĂȘtements ne sont pas au sale, je ne vais pas aller Ă  la pĂȘche dans leur chambre. C’est plus facile et plus rapide de ramasser soi-mĂȘme, mais ce sont de bonnes habitudes pour le futur. Il y a un planning hebdomadaire dans la cuisine, et les enfants se prennent au jeu de regarder eux-mĂȘmes qui va mettre la table et qui va dĂ©barrasser.

Autonomiser au maximum

Avec 4 douches le soir, hors de question de passer une heure dans la salle de bains Ă  tendre le gel douche et Ă  aller chercher les pyjamas. On leur a appris Ă  se doucher complĂštement seul : serviette d’une couleur diffĂ©rente pour chacun (sinon merci les Ă©changes de microbes !), robinet thermostatique, panier perso pour ranger son pyjama… Tout est organisĂ© pour. MĂȘme chose dans l’entrĂ©e : ras-le-bol d’avoir des dizaines de petites chaussures dans les pattes, chaque enfant a un panier pour ranger ses chaussures, et un portemanteau Ă  bonne hauteur pour tout accrocher tout seul. Enfin, si j’avais appris le chinois au lieu de chercher le doudou de ma fille, je serai bilingue depuis longtemps. Plus question de courir aprĂšs leurs diffĂ©rents jouets, chacun gĂšre ses affaires.

Prendre chacun en compte

Le risque de la famille nombreuse, c’est de gĂ©rer les enfants comme une petite colonie de vacances et d’oublier l’individuel. Ils n’ont pas forcĂ©ment le mĂȘme rythme, les mĂȘmes envies, ni le mĂȘme caractĂšre… Les deux petits aiment bien faire les courses, je leur propose de m’accompagner quand je vais au supermarchĂ©. Les grands sont flattĂ©s d’ĂȘtre grands, on leur confie des tĂąches « de grand »… Il faut tenter de prĂ©server un petit moment de jeu personnel et s’intĂ©resser Ă  chacun d’eux. A table, on veille Ă  ce qu’ils aient tous la parole et puissent raconter une anecdote de leur journĂ©e par exemple. Le soir, on choisit une histoire pour tout le monde avec lecture sur le canapĂ©, mais chacun a droit Ă  son bisou de bonne nuit dans sa chambre.

Préserver son couple

Enfin, et selon moi, le plus important est de prĂ©server sa vie de couple. S’il n’y a pas de couple, il n ‘y a pas de famille. Vous avez le droit d’avoir de vrais moments d’amoureux et de ne pas ĂȘtre obligĂ©s d’attendre que les mĂŽmes soient couchĂ©s (et vous morts de fatigue). Le quotidien nous aspire vite, les enfants prennent toute la place et ils peuvent parfois « vampiriser » leurs parents.

Chez nous, la chambre parentale est un espace interdit aux enfants et le moment de l’apĂ©ro notre chasse gardĂ©e. On s’octroie mĂȘme parfois un restaurant ou une escapade en amoureux. IdĂ©al pour faire le petit dernier !

Pour les plus curieux d’entre vous qui dĂ©sirent voir le blog de Carla, voici son site Internet : www.leblogdecarla.fr

À lire absolument