En train de lire
Vous comptez les moutons ? Les solutions anti-insomnies compatibles avec la grossesse

Vous comptez les moutons ? Les solutions anti-insomnies compatibles avec la grossesse

Avant d’attendre bébé, vous ne saviez même pas ce que voulait dire le mot insomnie ? Vous êtes une chanceuse, car il s’agit d’un véritable problème de société : 60% des adultes souffrent d’insomnies ponctuelles, 10 % d’insomnies modérées et 5 % d’insomnies sévères. Dans ce lot… de nombreuses femmes enceintes qui n’avaient jamais connu les affres de l’insomnie jusque-là. Alors pourquoi ? Tout simplement en raison des bouleversements hormonaux et psychologiques que l’organisme enregistre dès la conception du bébé. Mais il y a des solutions !

Des causes hormonales et psychologiques

Pour autant, insomnie ne veut pas dire que vous n’êtes pas capable de piquer du nez dès 20h, alors même que vous aviez plutôt l’habitude de tenter le premier bâillement passé 23 h. Tout ceci s’explique : dès la conception, votre corps sécrète en très grande quantité une hormone relaxante, la progestérone qui agit en véritable sédatif. Ce explique vos irrépressibles envies de dormir !

Cela dit, la progestérone n’empêche pas les difficultés d’endormissement ou les réveils nocturnes fréquemment induits par l’énorme bouleversement psychologique que représente une grossesse. En effet, enceinte, mille et une questions vous assaillent : mon mari sera-t-il un bon père ? ; dois-je arrêter de travailler dès maintenant pour ne pas risquer une fausse couche ? ; dois-je déménager ? Et surtout… Quel genre de mère serais-je ? Cette nouvelle donne amène chacune à l’introspection et plus particulièrement la future maman qui repense inévitablement à sa propre enfance. En cas d’angoisses, il faut demander conseil à sa sage-femme, qui vous orientera éventuellement vers un thérapeute.


Un bébé en décalage horaire

Dès le 6ème mois, bébé vous taquine avec des coups de pieds dignes d’un footballeur ? Eh oui ! Le relâchement des muscles de la paroi abdominale et la position sur le dos souvent adoptée pour dormir élargissent l’espace de jeu de bébé qui s’en donne à cœur joie. De plus, ses rythmes sont en décalage avec les vôtres et c’est bien souvent la nuit qu’il commencera sa gymnastique. Difficile de trouver le sommeil, hein ? Aux cabrioles de bébé s’ajoute bientôt l’inconfort de votre ventre de plus en plus proéminent.

En déstabilisant le corps, il entraîne des douleurs de toutes sortes : dans le dos, dans les jambes (crampes, fourmillements et lourdeurs) ou des aigreurs d’estomac et remontées acides qui vous font perdre le sommeil. À ce tableau  « idyllique » n’oublions pas d’ajouter les fameuses envies pressantes pouvant vous faire courir aux toilettes jusqu’à cinq fois par nuit !

Miser sur une préparation détente

Dans ces conditions, la prise de somnifères devient ô combien tentante. Mais pas question d’y céder car les somnifères peuvent entraîner de graves malformations chez le fœtus et des séquelles irréversibles. Certains sont autorisés mais en accord avec le médecin traitant : il ne faut surtout pas pratiquer l’automédication.

Voir Aussi

De simples règles hygiénodiététiques (pas d’excitants, pas de fruits riches en vitamine C après 17h, des repas légers faciles à digérer…) et de l’homéopathie (pensez à consulter un spécialiste) suffisent à régler le problème. Si on y ajoute des cours de préparation à la naissance (sophrologie, yoga et gymnastique aquatique), voilà de quoi faciliter aussi l’endormissement en fin de journée.


Et vous pouvez pratiquer ces quelques exercices très simples avant de vous coucher : en respirant profondément et détendant tous les muscles de votre corps un par un, vous ne tarderez pas à sombrer doucement au pays des songes, surtout si vous avez programmé des activités calmes et relaxantes (bain, lecture, musique douce…) avant de vous coucher, et savouré une tisane aux vertus relaxantes que vous aura conseillé votre pharmacien. Bonne nuit !

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire