Neufmois.fr » Ma Grossesse » J’ai pris trop de poids dĂšs le 4e mois de grossesse : comment limiter les dĂ©gĂąts ?

J’ai pris trop de poids dĂšs le 4e mois de grossesse : comment limiter les dĂ©gĂąts ?

Un coup d’Ɠil sur l’aiguille de la balance et votre sage-femme ou votre gynĂ©cologue vous fait les gros yeux ? Eh oui, ça arrive de plus en plus souvent car les rĂšgles ont changé : fini le principe des 12 kg en moyenne. La prise de poids se calcule dĂ©sormais en fonction de l’IMC de dĂ©part et peut aller de 5 Ă  15 kg, selon les morphologies. Le Dr Romain Guilherme, gynĂ©cologue-obstĂ©tricien, vous explique pourquoi il faut traquer les kilos superflus et vous donne les recettes pour redresser la barre.

Pourquoi surveille-t-on aussi strictement la courbe de poids des femmes enceintes ?

Le corps mĂ©dical s’appuie sur des Ă©tudes mĂ©dicales -dont rĂ©cemment d’ailleurs une Ă©tude suĂ©doise publiĂ©e dans Obstetric and GynĂ©cology – qui dĂ©montrent qu’un contrĂŽle du poids en faveur d’une prise de poids moindre implique moins de complications telles que le diabĂšte gestationnel, l’hypertension gravidique, les troubles respiratoires, mais aussi, Ă  l’accouchement en cas de gros bĂ©bĂ©, les dĂ©chirures, les extractions instrumentales, les hĂ©morragies de la dĂ©livrance rendant nĂ©cessaire une transfusion, les risques de lĂ©sions des organes internes en cas de cĂ©sarienne en raison de l’excĂšs de tissus adipeux.

Le bĂ©bĂ© peut-il souffrir lui-aussi de l’excĂšs de poids pendant la grossesse ?

Bien sĂ»r ! On constate, sans pouvoir forcĂ©ment l’expliquer, plus de risques de mort in utero chez les bĂ©bĂ©s dont les mamans sont en surpoids. Mais mĂȘme sans cette mortalitĂ© fƓtale heureusement rare, on sait que les bĂ©bĂ©s qui prĂ©sentent un poids de naissance supĂ©rieur Ă  4 kg peuvent prĂ©senter une souffrance fƓtale pendant le travail qui nĂ©cessitera une rĂ©animation pĂ©diatrique. Il y a des risques de lĂ©sions neurologiques lors du passage des Ă©paules, provoquant une paralysie partielle du plexus.

Et on sait aussi que ces enfants prĂ©sentent des risques aggravĂ©s de syndrome mĂ©tabolique : trouble de la rĂ©gulation des glucides, d’obĂ©sitĂ© et de complications cardio-vasculaires durant toute leur vie adulte, avec un risque de transmission Ă©pi-gĂ©nĂ©tique, c’est-Ă -dire de gĂ©nĂ©ration en gĂ©nĂ©ration. PrĂ©cision : il s’agit de risques aggravĂ©s, pas d’une fatalitĂ© Ă  tous les coups. Mais quand on a pris 6 kg au cours du premier trimestre, il faut tirer la sonnette d’alarme !

Quelles solutions si on a pris trop de poids ?

La premiĂšre des solutions consiste Ă  dĂ©marrer la grossesse aprĂšs un bilan nutritionnel pour rĂ©Ă©quilibrer son alimentation trois Ă  six mois avant de dĂ©marrer la grossesse. Ensuite, les solutions sont simples : diminuer les apports glucidiques et faire de l’exercice, supprimer les conduites de grignotage, augmenter la ration de lĂ©gumes et faire attention Ă  certains fruits, vraiment trop sucrĂ©s.

Peut-on suivre un régime hypocalorique pendant la grossesse ?

Oui, bien sĂ»r, tant qu’on est suivie par un gynĂ©cologue pour la partie mĂ©dicale et par un nutritionniste diplĂŽmĂ© d’état pour la partie diĂ©tĂ©tique. Globalement, la grossesse ne nĂ©cessite pas d’apport calorique supplĂ©mentaire au premier trimestre, et au second et au troisiĂšme, cela ne nĂ©cessite pas plus de 80 et 150 calories en plus. Donc, en cas de surpoids ou d’obĂ©sitĂ©, on peut trĂšs bien rĂ©duire l’apport calorique de 200 Ă  300 calories par jour sans danger, tant que les apports sont Ă©quilibrĂ©s, et que le suivi mĂ©dical l’autorise.

Quels sont les régimes totalement prohibés pendant la grossesse ?

Tous les rĂ©gimes qui pratiquent l’exclusion d’une ou de plusieurs catĂ©gories d’aliments, qu’il s’agisse de l’hyper-protĂ©inĂ©, du dissociĂ© ou du rĂ©gime vĂ©gĂ©talien. Le meilleur des rĂ©gimes, c’est celui qui permet une rĂ©duction calorique dans le respect des apports indispensables, en matiĂšre de glucides, de lipides, de protĂ©ines, de vitamines et de minĂ©raux.

Enceinte, peut-on utiliser des complĂ©ments alimentaires naturels pour gĂ©rer fringales et rĂ©tention d’eau ?

Attention, ce n’est pas parce que c’est naturel que ce n’est pas dangereux. Les produits vendus en pharmacie sont normalement contrĂŽlĂ©s, donc pas toxiques en soi. Mais il peut demeurer une absence de certitudes sur la pertinence Ă  consommer ces produits pendant la grossesse en raison de certains actifs encore mal Ă©valuĂ©s. Le principe de prĂ©caution consiste plutĂŽt Ă  s’abstenir. Et notamment en ce qui concerne les diurĂ©tiques mĂ©dicamenteux, parfois dĂ©tournĂ©s sans prescription pour rĂ©sorber la rĂ©tention d’eau : ces mĂ©dicaments passent la barriĂšre placentaire et peuvent provoquer des risques d’anomalies fƓtales. La phytothĂ©rapie est aussi Ă  utiliser sous contrĂŽle mĂ©dical, car certains ƓstrogĂšnes naturels ne sont pas forcĂ©ment trĂšs bons pour la formation des organes gĂ©nitaux du fƓtus.

À lire absolument

Laisser un commentaire