A quel stade de la grossesse préciser qu’on souffre d’herpès génital ?

L’herpès génital est trois fois plus fréquente chez la femme enceinte que dans la population féminine en général. Ce virus sexuellement transmissible présente surtout un danger pour votre bébé à l’accouchement mais il faut rester attentive pendant la grossesse car une transmission au fœtus est possible.

Toutes les femmes enceintes qui présentent un herpès génital ne le savent pas. En effet, des démangeaisons ou des brûlures au niveau de la vulve, c’est assez courant dans la vie d’une femme, et encore plus dans la vie d’une femme enceinte. On peut penser qu’il s’agit juste d’une vulvite, affection aussi banale que fréquente pendant la grossesse. Et on a tendance à appliquer en automédication le traitement habituel. Pas faux… mais pas juste non plus. Car il pourrait s’agir en fait d’herpès génital. Il faut en parler au plus tôt à votre sage-femme ou à votre gynécologue, afin de protéger votre bébé. Pendant la grossesse, une transmission au fœtus est possible mais pas fréquente : tout dépend de la date à laquelle le virus a été contracté pour la première fois et de la fréquence des crises d’herpès. D’où l’importance d’être suivie pour ce souci de santé pendant toute la grossesse, au moindre signe d’inconfort au niveau de la zone génitale.

Vous avez été infectée pendant la grossesse

C’est tout de même assez rare, il faut bien l’avouer, mais ça peut arriver. Et dans ce cas, l’herpès pouvant ne pas avoir été dépisté, dans ce cas, il y a un risque grave de contamination de bébé à l’accouchement, si vous accouchez par voie basse. Il faut donc consulter pendant la grossesse lorsque vous souffrez d’inconfort au niveau de la zone vulvaire, afin de bénéficier d’un bon dépistage. L’équipe obstétricale en tiendra compte à l’accouchement et bébé sera protégé. Ne paniquez pas, vous n’aurez pas forcément une césarienne, il existe des parades simples pour protéger le bébé. Si, par malchance, le virus n’a pas été détecté car vous êtes porteuse mais sans avoir fait de crise, bébé peut être contaminé à la naissance, ce qui permettra de dépister le virus chez vous. Votre bébé sera traité tout de suite avec des médicaments efficaces.

Vous étiez déjà contaminée avant la grossesse

Il est plus difficile, dans ce cas, de mesurer le risque pour le fœtus de développer une infection herpétique. Il faut toujours en parler préventivement à votre médecin ou votre sage-femme même si vous n’avez pas observé de manifestation de cet herpès depuis longtemps car la récidive est toujours possible. Mais vous devez consulter rapidement votre médecin dès qu’une nouvelle poussée apparaît, ou en cas d’inconfort ou de douleurs au niveau de la zone génitale. Attention au « bouton de fièvre » chez votre conjoint : en cas de rapport sexuel, le contact de la bouche avec la zone génitale peut être contaminante : il faut toujours consulter après un rapport sexuel si votre conjoint présentait alors une poussée d’herpès.


Que se passe-t-il à l’accouchement ?

Si vous accouchez par voie basse et que vous êtes atteinte par l’herpès génital mais sans poussée évidente, l’équipe obstétricale recherchera la trace des vésicules caractéristiques de l’herpès génital et fera un examen pointilleux de la vulve et du col de l’utérus. Puis appliquera un bain de bétadine sur la vulve et le vagin afin de protéger le passage de bébé. En cas de poussée herpétique visible, une césarienne peut être envisagée pour protéger votre bébé.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire