Neufmois.fr » La CommunautĂ© » OpĂ©rĂ©e des ovaires polykystiques, j’ai vĂ©cu une situation pas comme les autres…

OpĂ©rĂ©e des ovaires polykystiques, j’ai vĂ©cu une situation pas comme les autres…

Hello ! Moi c’est CĂ©line. Lors de ma premiĂšre grossesse, pour ma fille Ambre, j’ai vĂ©cu avec mon mari une situation pas comme les autres


J’ai Ă©tĂ© opĂ©rĂ©e des ovaires polykystiques

Oui j’ai Ă©tĂ© opĂ©rĂ©e car j’avais le syndrome des ovaires polykystiques. Je n’avais pas mes rĂšgles depuis plus d’un an et j’étais considĂ©rĂ©e infertile. J’ai eu de lourds traitements pendant prĂšs d’un an et le jour de l’opĂ©ration arriva. J’ai Ă©tĂ© ouverte au niveau des ovaires. On a fait 6 trous dans chaque ovaire pour faire revenir les rĂšgles et aprĂšs faciliter le passage des follicules lors de l’ovulation.

Mon gynĂ©cologue m’a dit que si mes rĂšgles ne revenaient pas cela voudrait dire que l’opĂ©ration n’avait pas fonctionnĂ© et que cela allait ĂȘtre encore plus difficile d’avoir un enfant par FIV. AprĂšs l’opĂ©ration, le gynĂ©cologue m’a alors vu au bout d’un mois, puis trois, et il n’y avait aucun changement, mes rĂšgles Ă©taient toujours absentes.

Le dernier rendez-vous avec le gynĂ©cologue m’a beaucoup peinĂ©

Je m’en rappelle encore. Je pensais ne pas pouvoir avoir d’enfants. Ce gynĂ©cologue m’a dit : « On va commencer le traitement pour la FIV mais avant je vais vous donner un traitement pour faire revenir vos rĂšgles ». J’ai donc pris un traitement pendant une semaine et si mes rĂšgles ne revenaient pas, il fallait faire un test sanguin pour tout vĂ©rifier.


J’ai fait le fameux test sanguin un peu avant la fin du traitement. C’était Ă  la fin du mois de dĂ©cembre et je suis allĂ©e au laboratoire. La secrĂ©taire m’a dit : « C’est bon vos analyses, c’est bon ! » Je la regarde et je lui dis : « C’est bon quoi ? » Elle me rĂ©pond Ă©tonnĂ©e : « Vous ĂȘtes enceinte ! » J’ai cru que j’allais tomber dans les pommes. Je n’arrĂȘtais pas de trembler, j’étais surexcitĂ©e. Je suis rentrĂ©e chez moi et je l’ai annoncĂ© Ă  mon mari.

Que du bonheur !

Mon mari a sautĂ© de joie et a pleurĂ© dans mes bras. Mais l’histoire ne se termine pas lĂ . Lors de mon Ă©chographie, on nous annonce que ce n’est pas un bĂ©bĂ© d’un mois, ni de deux mois que j’attends, mais un bĂ©bĂ© de trois mois. Le bĂ©bĂ© correspondrait Ă  un bĂ©bĂ© de trois mois et d’aprĂšs leur calcul ma fille a Ă©tĂ© conçue avant mon opĂ©ration des ovaires.

A cette annonce, on a beaucoup paniquĂ© quand on a su cela et on a appelĂ© directement le gynĂ©cologue. On nous a rassurĂ© et on nous a dit que le seul risque qui est trĂšs important tout de mĂȘme, c’était de perdre le bĂ©bĂ©. Ma fille, Ambre a bien tenu et tout se passe bien. Elle se porte aujourd’hui comme un charme et nous sommes comblĂ©s.


À lire absolument