Enceinte à 18 ans, ce n’était pas prévu mais je l’ai assumé avec fierté

Hello, je m’appelle Eve. J’ai appris ma grossesse à l’âge de 18 ans. Elle n’était pas prévue mais je l’ai assumée avec fierté. Le début s’est bien passé, je prenais le poids qu’il fallait, j’étais la plus heureuse à pouvoir la sentir bouger dans mon ventre. Mais au bout du 6eme mois j’ai eu une infection urinaire qui n’a pas été soignée correctement…

Je commence alors un traitement

On me prescrit des gélules qui n’ont pas eu l’effet attendu mais comme je n’avais pas de douleurs je pensais que cela était passé. J’étais perdue, je ne savais rien d’une grossesse et ce que pouvait engendrer comme risque une infection urinaire. Mais j’ai fait confiance… Par la suite, j’ai pris beaucoup de poids au bout du 8 mois de grossesse. J’ai pris 15 kilos à peu près et j’ai donc refait le test du diabète. Il était positif.

On m’a soumis à un régime très strict, c’était vraiment difficile moi qui ne m’étais pas privée du tout depuis le début de ma grossesse. Je l’ai donc suivi et cela a stoppé ma prise de poids. On m’a ensuite dit qu’il fallait me déclencher parce qu’on avait trop attendu. On m’a déclenché mais bien trop tard pour le poids que mon enfant avait. Je suis arrivée un vendredi matin à jeun , on m’a mis le gel et j’ai souffert toute une journée. On m’a soulagé avec des calmants mais bébé n’est pas arrivé , ils ont tenté de me déclencher à nouveau le samedi avec du gel et j’ai souffert une deuxième journée , j’ai également eu des hallucinations à cause de la douleur et des calmants qui eux devenaient de plus en plus forts, je n’en pouvais plus. Nous étions dimanche et je n’avais rien mangé pendant 3 jours. J’étais épuisée.

L’équipe médicale décide de me faire une césarienne

L’équipe médicale a décidé de me faire une césarienne car le poids de bébé l’inquiétait. Mais également ma santé. Je n’avais quasiment plus de force pour pouvoir m’exprimer. Mais heureusement une sage-femme est passée et a finalement décidé que j’avais le droit au passage. Je suis entrée à 12 heures dans la salle d’accouchement ils ont éclaté ma poche des eaux. J’ai commencé le travail vers 17 heures. On m’a appuyé sur le ventre , puis ils se sont aidés d’une ventouse, c’était vraiment difficile, j’ai donc attendu 22 heures 41 pour que ma fille soit enfin là. Le problème c’est que ma fille n’a pas réagi , sa poche était noire , elle aurait pu y rester… Ils ont dû l’emmener dans une autre salle et à cause de l’attente trop longue j’ai attrapé une infection nosocomiale ce qui n’arrangeait rien. Ma fille est enfin revenue en bonne santé et ses 4 kg 280 .


Le lendemain j’avais des douleurs avec de la fièvre…

L’infection était passée dans mon sang , antibiotiques sur antibiotiques, j’ai ensuite eu des douleurs au niveau des ovaires on m’a déclaré une andométrie, ce qui était faux. Je faisais en fait une thrombose ovarienne mais comme ils n’ont pas trouvé, j’ai fini par faire une amboli-pulmonaire. on m’a fais des radiographies, des scanners , des prises de sang, je n’en voyais plus la fin ! Je suis restée à l’hôpital pendant un mois environ, on m’a donné énormément d’antibiotiques, ce qui a fini par brûler mes veines, mes bras étaient devenus bleus. On a commencé à me piquer dans les mains, c’était horrible. Puis on a déclaré contre mon gré,  »d’être atteinte du baby blues ». On m’a alors conseillé de nombreux psychologues et même des psychiatres. Mais j’ai refusé, j’allais bien, je voulais juste rentrer chez moi avec ma fille. J’ai fini par sortir au bout d’un mois mais vraiment de justesse. .. avec des traitements pendant 7 mois. Mais, enfin, je suis heureuse, enfin je suis avec ma fille, enfin. Et tout va bien.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire