Zika : un premier cas de microcéphalie liée au virus diagnostiqué en Espagne

Les autorités sanitaires de la Catalogne ont annoncé ce jeudi 5 mai la découverte d’un premier cas de microcéphalie lié au virus Zika en Espagne. Selon un communiqué de l’Agence Régionale de Santé (ARS), « une femme enceinte a été contaminée par le Zika et la dengue et le fœtus présente plusieurs malformations« . La microcéphalie est un développement insuffisant de la cavité crânienne du fœtus qui a des conséquences sur le développement du cerveau, une malformation grave qui peut être révélée par des échographies obstétricales.

C’est le premier cas de microcéphalie lié au virus Zika en Espagne, où 105 personnes dont 13 femmes enceintes sont contaminées, d’après les chiffres du Ministère de la Santé espagnol. Celui-ci a rappelé qu’il s’agit uniquement de cas importés, toutes les personnes touchées ayant séjourné dans un pays touché par l’épidémie.

Zika et l’augmentation des cas de microcéphalie : une causalité avérée

Aujourd’hui, le principal foyer de contamination est le Brésil, où 1,5 million de personnes contaminées sont recensées. Une explosion de cas de microcéphalie chez les nouveaux-nés y a été simultanément observée, interpellant la communauté scientifique internationale et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui a déclaré début février que l’éventuel lien de causalité entre Zika et la flambée des cas de microcéphalie était une « urgence de santé publique de portée internationale » que les autorités sanitaires se devaient d’étudier.

En mars dernier, l’Institut Pasteur a livré les résultats de son étude sur les conséquences du virus Zika sur le développement de microcéphalies et quantifié le risque de microcéphalie à 1%. Ces résultats concordent avec plusieurs études concluant à une causalité, et l’OMS a annoncé à la fin du mois de mars qu’il y avait un consensus scientifiques sur l’existence d’un tel lien.

En France : risques et recommandations

D’après les chiffres de l’Institut de veille sanitaire (28 avril 2016), on compte actuellement 226 cas de Zika en France métropolitaine dont 8 femmes enceintes. Les départements d’Outre-Mer sont particulièrement touchés par l’épidémie : plus de 16 000 cas suspects ont été recensés en Martinique, tandis que la Guyane et la Guadeloupe en comptent respectivement 3620 et 1090 (chiffres de l’Institut Pasteur – avril 2016).

En France, si les porteurs de l’épidémie sont des cas importés, des mesures sont prises pour éviter la propagation du virus : chasse aux moustiques et suppression des sites larvaires. L’OMS recommande aux femmes enceintes de se protéger des piqûres de moustiques (vêtements longs et de couleur claire, produits répulsifs, moustiquaires). Il est également conseillé de supprimer les foyers larvaires en évitant les stagnations d’eau (arrosoirs, bacs, mares). Enfin, le virus étant sexuellement transmissible, il est recommandé de se protéger lors des rapports sexuels.


Des réflexes simples qui rassurent et permettent de prévenir une éventuelle propagation de l’épidémie.

 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire