Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus fertilitĂ© » FertilitĂ© : la possibilitĂ© d’un auto-dĂ©veloppement de l’embryon humain ?

FertilitĂ© : la possibilitĂ© d’un auto-dĂ©veloppement de l’embryon humain ?

En France, la recherche sur l’embryon est autorisĂ©e depuis 2013 mais est encadrĂ©e par l’Agence de biomĂ©decine. Si la rĂšgle limite des 14 jours concernant la recherche sur l’embryon humain n’avait pas Ă©tĂ© en vigueur, il y aurait peut-ĂȘtre une avancĂ©e scientifique majeure actuellement. En effet, dans leurs travaux publiĂ©s le 4 mai 2016 dans les revues britanniques Nature et Nature Cell Biology, des chercheurs ont rĂ©ussi Ă  dĂ©velopper des embryons humains (non utilisĂ©s pour une fĂ©condation in vitro) in vitro en un temps record afin d’amĂ©liorer les chances de rĂ©ussite de fĂ©condation in vitro (FIV).

Lorsqu’on souhaite pratiquer une FIV, les embryons dĂ©veloppĂ©s dans une Ă©prouvette doivent ĂȘtre implantĂ©s dans l’utĂ©rus de la future maman 7 jours aprĂšs, au-delĂ , ils risquent de ne pas survivre. Mais selon les derniĂšres recherches des scientifiques, il est possible de cultiver des embryons humains pendant 13 jours. Des recherches qui pourraient donc « rĂ©volutionner notre comprĂ©hension du dĂ©veloppement de l’embryon Ă  un stade prĂ©coce », a dĂ©clarĂ© Allan Pacey, professeur Ă  l’universitĂ© britannique de Sheffield. Mais ce n’est pas tout. En effet, cette expĂ©rience pourrait Ă©galement permettre de comprendre le dĂ©veloppement d’un embryon humain et ainsi en connaĂźtre davantage sur le corps humain et ce qui se passe lors d’une fausse couche.

L’embryon humain pourrait s’auto-dĂ©velopper

Les chercheurs ont Ă©galement ajoutĂ© que, pendant que les 13 jours, les embryons n’avaient pas eu un seul contact avec des cellules maternelles. Pour l’une des scientifiques de cette expĂ©rience, cela signifie qu’il est possible un embryon humain puisse se dĂ©velopper tout seul. Toutefois, cette derniĂšre a rĂ©alisĂ© l’expĂ©rience sur des souris, et doute que les embryons Ă©tudiĂ©s soient identiques Ă  ceux qui se dĂ©veloppent dans l’utĂ©rus d’une femme.

C’est donc au 14Ăšme jour que l’embryon devient quelqu’un. En effet, c’est à ce moment-lĂ  qu’il se transforme, ayant une tĂȘte et une queue. GrĂące Ă  cette avancĂ©e majeure, la question de prolonger la limite des 14 jours est revenue sur le tapis lors de l’audioconfĂ©rence organisĂ©e Ă  Londres par Magdalena Zernicka-Goetz, professeur Ă  l’universitĂ© de Cambridge et responsable de la partie des travaux menĂ©e en Grande-Bretagne. Elle souhaiterait ainsi prolonger de deux jours la date limite, dans le but de rĂ©colter davantage d’informations et ainsi Ă©tudier la troisiĂšme Ă©tape de la formation de l’embryon.

L’autisme entre jeu

Pour Henry Greely, professeur de gĂ©nĂ©tique Ă  l’Ă©cole de mĂ©decine amĂ©ricaine, il serait prĂ©fĂ©rable de maintenir les embryons en vie le plus longtemps possible afin d’Ă©tudier « les causes potentielles de l’autisme » et ainsi faire le rapport avec l’embryon en trouvant ce qui peut l’affecter dans son environnement. De nombreux progrĂšs sont donc Ă  prĂ©voir et Ă  suivre de prĂšs…

Prendre des antidĂ©presseurs durant la grossesse pouvait accentuer le risque d’autisme chez l’enfant. Mais le simple fait d’en prendre ne conduit pas Ă  l’autisme, Ă©videmment.

Ce handicap a des causes multifactorielles, on peut par exemple nommer les antĂ©cĂ©dents familiaux,l’ñge des parents, la dĂ©pression mais aussi les facteurs environnementaux.

Depuis plusieurs annĂ©es, en France, les cas d’autisme sont en forte hausse. En effet, en 2006, 4 enfants pour 10 000 Ă©taient atteints de l’autisme. Alors qu’en 2015, 100 enfants Ă©taient atteints sur un panel de 10 000 (sources Association Vaincre l’autisme). A peine dix ans aprĂšs, et on trouve des chiffres qui ont Ă©tĂ© multipliĂ©s par 25.

 

 

À lire absolument