Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus grossesse » BisphĂ©nol A : un plus fort taux d’obĂ©sitĂ© infantile chez les enfants exposĂ©s in utero

BisphĂ©nol A : un plus fort taux d’obĂ©sitĂ© infantile chez les enfants exposĂ©s in utero

Pendant la grossesse, l’exposition Ă  des substances chimiques peut avoir des consĂ©quences particuliĂšrement redoutables : le placenta ne bloque pas les molĂ©cules chimiques qui peuvent atteindre directement le fƓtus. DĂ©jà pointĂ© du doigt pour les troubles hormonaux qu’il provoque, le bisphĂ©nol A, un produit chimique prĂ©sent dans de nombreux emballages plastiques et boĂźtes de conserve, est dĂ©sormais suspectĂ© de favoriser l’obĂ©sitĂ© infantile. Une Ă©tude amĂ©ricaine du Columbia Center for Children’s Environmental Health, publiĂ©e par l’Environmental Health Perspectives, a en effet mis en Ă©vidence un lien de corrĂ©lation entre l’exposition au bisphĂ©nol A pendant la grossesse et l’obĂ©sitĂ© chez les enfants.

Le bisphĂ©nol A, un facteur de risque d’obĂ©sitĂ©

Les chercheurs ont mesurĂ© le taux de bisphĂ©nol A prĂ©sent dans les urines de 369 femmes au cours de leur troisiĂšme trimestre de grossesse, puis celui prĂ©sent dans les urines de leurs enfants Ă  3 et 5 ans. À partir de ces tests, ils ont pu dĂ©terminer l’intensitĂ© de l’exposition au bisphĂ©nol A des enfants in utero puis pendant leur enfance. Lorsque les enfants ont eu 7 sept ans, ils ont menĂ© de nouveaux tests pour dĂ©terminer la masse grasse des enfants : calcul de l’Indice de Masse Corporelle (IMC), mesure du tour de taille, calcul de la densitĂ© de masse graisseuse.

Ils ont ensuite Ă©tabli une corrĂ©lation statistique entre ces deux donnĂ©es : plus les enfants avaient Ă©tĂ© exposĂ©s au bisphĂ©nol A, en particulier in utero, plus leur masse corporelle Ă©tait Ă©levĂ©e. D’aprĂšs cette Ă©tude, l’exposition prĂ©natale au bisphĂ©nol A est donc un facteur de risque d’obĂ©sitĂ©.

« Les gens croient gĂ©nĂ©ralement que l’obĂ©sitĂ© rĂ©sulte simplement d’un dĂ©sĂ©quilibre entre les calories ingĂ©rĂ©es et les calories dĂ©pensĂ©es. Nos rĂ©sultats suggĂšrent qu’une telle Ă©quation n’est pas toujours valide« , a dĂ©clarĂ© le docteur Lori Hoepner, qui dirigeait les recherches, au Medical Daily.

Plusieurs Ă©tudes ont dĂ©jĂ  dĂ©montrĂ© que le bisphĂ©nol A est un perturbateur endocrinien qui dĂ©rĂšgle le systĂšme hormonal, peut accĂ©lĂ©rer la pubertĂ© des jeunes filles et augmente le risque de faire une dĂ©pression ou de souffrir d’anxiĂ©tĂ©. Des chercheurs ont Ă©galement mis en Ă©vidence un lien avec l’asthme, le diabĂšte et les maladies cardiaques.

Mais c’est la premiĂšre Ă©tude qui montre qu’une exposition prĂ©natale Ă  cette substance peut avoir des consĂ©quences durables sur le dĂ©veloppement de l’enfant en favorisant l’Ă©volution de ses cellules graisseuses.

Quelles conséquences pour les consommatrices françaises ?

Faut-il s’alerter ? ThĂ©oriquement, les consommateurs français sont relativement prĂ©servĂ©s contre une exposition au bisphĂ©nol A : tous les conditionnements alimentaires contenant la substance ont Ă©tĂ© retirĂ© des rayons des supermarchĂ©s depuis le 1er janvier 2015. Depuis 2013, le produit chimique Ă©tait interdit dans tous les contenants alimentaires destinĂ©s aux nourrissons et aux jeunes enfants, et sa prĂ©sence dans les biberons est proscrite depuis 2010.

Cependant, selon une enquĂȘte de l’Association santĂ© environnement France diffusĂ©e dans l’Ă©mission « On n’est plus des pigeons », le bisphĂ©nol est toujours prĂ©sent de facto. En analysant en laboratoire de canettes et boĂźtes de conserve commercialisĂ©es en France, ils ont repĂ©rĂ© la prĂ©sence de bisphĂ©nol A. Si les tests n’ont pas Ă©tĂ© menĂ©s Ă  grande Ă©chelle, ils restent alarmants.

Pour se protĂ©ger des risques d’exposition au bisphĂ©nol A, les chercheurs de l’Ă©quipe de Colombia recommandent aux femmes enceintes d’Ă©viter les boĂźtes de conserve et les canettes et de prĂ©fĂ©rer les contenants en verre. Un principe de prĂ©caution relativement peu contraignant, qui peut ĂȘtre appliquĂ© par les futures mamans françaises craignant une Ă©ventuelle exposition au bisphĂ©nol A.

 

À lire absolument