En train de lire
Obésité infantile et antibiotiques enceinte seraient-ils liés ?

Obésité infantile et antibiotiques enceinte seraient-ils liés ?

D’après une étude américaine présentée fin novembre, la prise d’antibiotiques par la future maman pendant sa grossesse pourrait augmenter le risque d’obésité infantile.

Pour le bien de cette étude publiée dans l’International Journal of Obesity, les chercheurs se sont intéressés à 436 mamans et leur prise ou non d’antibiotiques pendant la grossesse et leurs enfants, de la naissance aux 7 ans du bambin. Les mamans choisies pour l’enquête étaient en bonne santé et non-fumeuses. 16% des participantes avaient pris des antibiotiques lorsqu’elles étaient enceintes.

 

Quels sont les résultats ?

Il a été démontré que la prise de ces médicaments lors du deuxième ou troisième trimestre de la grossesse a augmenté le risque d’obésité chez l’enfant de 84% par rapport aux enfants dont la maman n’en avait pas consommé. Pendant l’étude, les chercheurs n’avaient pas connaissance des antibiotiques consommés par les futures mamans ni la raison de cette prescription.


Voir Aussi

La flore intestinale en cause

Pour Noël T. Mueller, professeur chercheur à l’université de Columbia (États-Unis) et principal auteur de cette étude, les antibiotiques pris en étant enceinte amèneraient une prolifération des bactéries dans l’intestin du nouveau-né. Alors, faut-il s’abstenir et oublier la prescription médicale ? « Notre étude ne doit pas empêcher la prise d’antibiotiques quand elle est médicalement demandée, mais il est important de noter que les antibiotiques sont actuellement sur-prescris », a expliqué l’experte. Parlant évidemment essentiellement pour les États-Unis, lieu de l’étude. En France, depuis une quinzaine d’années la prescription d’antibiotiques est très encadrée par l’Assurance maladie, tout en restant évidemment à discrétion du corps médical. Si dans l’ensemble, la prescription a beaucoup baissé, elle reste importante mais reste à savoir à quel niveau pendant la grossesse… Ce n’est sans doute pas la période où les médecins en prescrivent le plus.

Et la césarienne aussi ?

Autre point de l’étude, les scientifiques affirment que la césarienne augmenterait le risque d’obésité infantile de 46% pour sa part. L’information n’est pas nouvelle : cela fait quelques années que les épidémiologistes avaient fait le lien entre l’augmentation du nombre de césariennes (de 10% à 22% en France entre 1980 et aujourd’hui, 30% aux États-Unis et 47% en Chine) et le pic d’obésité infantile. Restait à l’expliquer physiologiquement. Des études ont été menées une fois de plus autour de 1300 nourrissons jusqu’à l’âge de 10 ans. D’où il ressort que le risque d’obésité est deux fois plus important chez les enfants nés par césarienne. Pourquoi ? La flore intestinale, encore. La naissance par voie haute évite au nouveau-né d’être en contact avec la flore de la muqueuse génitale de sa mère, qu’on appelle microbiote vaginal. Le déséquilibre qui se produit sur la flore intestinale initiale du nourrisson est un facteur de risque d’obésité. Voilà qui devrait apporter du grain à moudre à tous ceux qui prétendent sur les forums que l’obésité n’est due qu’à un excès de calories. C’est évidemment majoritairement le cas mais il existe aussi d’autres facteurs prédisposants que la science commence à cerner. Reste à mobiliser corps médical et patients autour de ces facteurs de risques et des principes de précaution qui s’imposent…

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire