Après 307 jours passés à l’hôpital, ce bébé prématuré peut enfin rentrer chez lui !

Nathan Teply est un véritable petit combattant. Et ses parents, Eric et Mary Teply, originaires du Nebraska, aux États-Unis, sont fiers des progrès qu’il a fait. Né le 18 décembre 2015, le petit bout est arrivé bien plus tôt que prévu. Et après avoir passé 307 jours (presqu’une année !) à l’hôpital, il a enfin pu rentrer chez lui, avec ses parents.

Mary Teply est entrée à l’hôpital après avoir ressenti un gonflement et un horrible mal de tête. Pour la trentenaire, il s’agissait de simples symptômes de grossesse. Mais en réalité, elle était atteinte de pré-éclampsie. Une complication de grossesse qui se caractérise par une hypertension artérielle gravidique (HTA), associée à l’apparition de protéines dans les urines. La pré-éclampsie touche en moyenne 5% des grossesses et survient dans 70 à 75 % des cas lors d’une première grossesse (source Inserm).

En raison de cette complication de grossesse, le placenta cesse de fonctionner efficacement et ainsi l’oxygène et les nutriments pour le bon développement de bébé in-utero se retrouvent réduits. En ce qui concerne la mère de Nathan Teply, elle s’est vue dans l’obligation d’accoucher par césarienne, à seulement 24 semaines de grossesse.

bebe-ne-premature-307-jours-hopital-papa-bebe

Depuis, il était à l’hôpital

Lorsqu’il est venu au monde, le petit bonhomme pesait 450 grammes et était l’un des plus petits bébés à naître dans le monde entier. « Sur sa première photo, j’ai mon petit doigt collé sur sa main et mon ongle de mon petit doigt est aussi gros que sa main », a raconté le papa, Eric Teply au site américain InsideEditions. Ainsi, durant quasiment un an, Nathan a dû rester à l’hôpital, afin de recevoir des soins et des traitements pour qu’il aille bien mieux. Et c’est chose réussie. 307 jours après, le petit, qui pèse à présent quasiment 7 kilos, a enfin pu découvrir sa véritable maison en compagnie de ses parents, au plus grand soulagement de ces derniers.

Voir Aussi

Mais le combat n’est pas terminé…

En effet, il doit continuer à prendre des médicaments, et est constamment branché sur un appareil respiratoire pour aider ses poumons à se développer. La maman de ce petit combattant, trouve son fils « étonnant » et reste persuadée que d’ici un an, il n’aura plus besoin de cet appareil. Avec cette expérience, Mary Teply reste reconnaissante envers toutes les infirmières de l’hôpital. Qui lui ont d’ailleurs inspiré une évolution personnelle : elle souhaite reprendre ses études et devenir infirmière. Afin d’aider autant de personnes que possible qui vivent des situations similaires à la sienne.

Toujours est-il que les parents de Nathan restent confiants et sont persuadés qu’il s’en sortira. Et ça, la maman le savait dès sa première échographie. Au site InsideEditions, elle a révélé qu’elle a vu que son fils « avait ses mains au niveau de son visage, comme s’il se battait. Il avait les poings levés ». On souhaite à cette petite famille de connaître enfin le bonheur ! Sans trop de batailles !

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire