Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » Pourquoi pour 41% des Français, les vaccins ne sont « pas sĂ»rs » ?

Pourquoi pour 41% des Français, les vaccins ne sont « pas sĂ»rs » ?

Il semblerait que les Français n’aient pas confiance en la vaccination. En effet, aprĂšs une vaste Ă©tude baptisĂ©e Vaccine Confidence Project (« Projet confiance dans les vaccins« ), rĂ©alisĂ©e par des chercheurs de la London School of Hygiene and Tropical Medicine et publiĂ©e vendredi 9 septembre 2016 dans la revue mĂ©dicale Ebiomedicine, plus de 4 Français sur 10 estiment que les vaccins ne sont « pas sĂ»rs ».

Nous n’avons pas gagnĂ© toutes les mĂ©dailles d’or aux Jeux Olympiques, mais apparemment la France est championne du monde du scepticisme. Pour arriver Ă  ces rĂ©sultats, les scientifiques Anglais ont demandĂ© Ă  65 000 personnes habitant dans 67 pays diffĂ©rents de dire quelle affirmation se rapprochait plus de leur façon de penser, parmi celles-ci, sans pour autant mentionner un vaccin en particulier : « il est important pour les enfants de recevoir les vaccins », « dans l’ensemble, je pense que les vaccins sont sĂ»rs », « dans l’ensemble, je pense que les vaccins sont efficaces »Â et « les vaccins sont compatibles avec mes croyances religieuses ». Les personnes interrogĂ©es devaient renseigner les experts sur leur Ăąge, sexe, niveau de revenu, religion, statut professionnel, ainsi que leur niveau d’Ă©ducation.

En général, les Européens sont méfiants

RĂ©sultats ? Si on centre par continent, les EuropĂ©ens sont moins confiants que le reste de la Terre face Ă  la vaccination. En effet, pour 8% d’entre eux, ce n’est pas important de faire vacciner ses enfants, 17% pensent que les vaccins ne sont pas sĂ»rs et 11% estiment qu’ils ne sont pas efficaces.

Mais en se focalisant par pays, c’est la France qui remporte la premiĂšre place ! En effet, 41% des Français interrogĂ©s pensent que les vaccins ne sont « pas sĂ»rs ». Pour les chercheurs, il s’agit d’un record mondial ! Également, 17% d’entre eux jugent qu’ils ne sont pas efficaces. De plus en plus de parents refusent de faire vacciner leur enfant Ă  l’heure actuelle, car ils deviennent trĂšs mĂ©fiants vis-Ă -vis des vaccins existants, en raison de polĂ©miques rĂ©currentes, plus ou moins fiables sur leurs sources. Le vaccin DT-Polio, qui regroupe la diphtĂ©rie, le tĂ©tanos et la poliomyĂ©lite, reste le seul qui soit encore obligatoire, et ce, depuis 2007. Le problĂšme ? Celui-ci n’existe plus depuis 2008. Il est Ă  prĂ©sent accompagné de celui contre la coqueluche, l’HĂŠmophilus ifluenzae de type B (bactĂ©rie Ă  l’origine de mĂ©ningites et de problĂšmes respiratoires) mais aussi de l’HĂ©patite B. Ce qui fait baisser la confiance des Français vis-Ă -vis des vaccins, c’est aussi en raison des adjuvants prĂ©sents dedans, comme le mercure et l’aluminium qui sont dangereux. Nombreux sont les parents Ă  avoir rĂ©pondu de leurs actes devant le tribunal pour avoir refusĂ© de faire vacciner leurs enfants, comme ce papa, MickaĂ«l Lecompte, qui avait comparu devant le tribunal de Strasbourg en novembre 2015.

Bien au contraire, d’aprĂšs l’Ă©tude, l’Argentine, l’Éthiopie et l’Équateur sont les pays les plus convaincus par l’efficacitĂ© des vaccins. Pour la professeur Heidi Larson, principale auteur de l’Ă©tude, il faut « renforcer la confiance dans les vaccins, en particulier sur leur sĂ©curitĂ©, en prenant en compte les donnĂ©es scientifiques mais aussi les perceptions. » Pour elle, « le scepticisme s’appuie davantage sur des Ă©motions que sur des informations solides. »

De lourdes conséquences pour les bébés non vaccinés

Les parents qui refusent de faire vacciner leur enfant s’exposent Ă  six mois de prison et 3 750 euros d’amende. Mais ce n’est pas tout ! Les enfants ne peuvent pas ĂȘtre inscrits en crĂšche, en centre de loisirs, ni mĂȘme Ă  l’école ! Si les consĂ©quences sont lourdes pour un vaccin, elles le sont aussi pour l’avenir de l’enfant
 Et pour la santĂ© de tous car le recul de la vaccination tend Ă  faire resurgir des maladies oubliĂ©es, comme la diphtĂ©rie, prĂ©sente dans les pays de l’Est et, rĂ©cemment en Espagne, oĂč un petit garçon de 8 ans est dĂ©cĂ©dĂ© en juin 2015, ou encore la rougeole, qui peut aussi, dans certains cas, ĂȘtre mortelle : en fĂ©vrier 2015, un bĂ©bĂ© de 2 mois est dĂ©cĂ©dĂ© Ă  Berlin.

Avec les flux migratoires actuels, les bactĂ©ries voyagent. On l’oublie mais si ces maladies sont rares en France, c’est parce que la vaccination les avait Ă©radiquĂ©es. Quand le taux de vaccination baisse, les bactĂ©ries reviennent


À lire absolument

Laisser un commentaire