Pourquoi pour 41% des Français, les vaccins ne sont « pas sûrs » ?

Il semblerait que les Français n’aient pas confiance en la vaccination. En effet, après une vaste étude baptisée Vaccine Confidence Project (« Projet confiance dans les vaccins« ), réalisée par des chercheurs de la London School of Hygiene and Tropical Medicine et publiée vendredi 9 septembre 2016 dans la revue médicale Ebiomedicine, plus de 4 Français sur 10 estiment que les vaccins ne sont « pas sûrs ».

Nous n’avons pas gagné toutes les médailles d’or aux Jeux Olympiques, mais apparemment la France est championne du monde du scepticisme. Pour arriver à ces résultats, les scientifiques Anglais ont demandé à 65 000 personnes habitant dans 67 pays différents de dire quelle affirmation se rapprochait plus de leur façon de penser, parmi celles-ci, sans pour autant mentionner un vaccin en particulier : « il est important pour les enfants de recevoir les vaccins », « dans l’ensemble, je pense que les vaccins sont sûrs », « dans l’ensemble, je pense que les vaccins sont efficaces » et « les vaccins sont compatibles avec mes croyances religieuses ». Les personnes interrogées devaient renseigner les experts sur leur âge, sexe, niveau de revenu, religion, statut professionnel, ainsi que leur niveau d’éducation.

En général, les Européens sont méfiants

Résultats ? Si on centre par continent, les Européens sont moins confiants que le reste de la Terre face à la vaccination. En effet, pour 8% d’entre eux, ce n’est pas important de faire vacciner ses enfants, 17% pensent que les vaccins ne sont pas sûrs et 11% estiment qu’ils ne sont pas efficaces.

Mais en se focalisant par pays, c’est la France qui remporte la première place ! En effet, 41% des Français interrogés pensent que les vaccins ne sont « pas sûrs ». Pour les chercheurs, il s’agit d’un record mondial ! Également, 17% d’entre eux jugent qu’ils ne sont pas efficaces. De plus en plus de parents refusent de faire vacciner leur enfant à l’heure actuelle, car ils deviennent très méfiants vis-à-vis des vaccins existants, en raison de polémiques récurrentes, plus ou moins fiables sur leurs sources. Le vaccin DT-Polio, qui regroupe la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite, reste le seul qui soit encore obligatoire, et ce, depuis 2007. Le problème ? Celui-ci n’existe plus depuis 2008. Il est à présent accompagné de celui contre la coqueluche, l’Hæmophilus ifluenzae de type B (bactérie à l’origine de méningites et de problèmes respiratoires) mais aussi de l’Hépatite B. Ce qui fait baisser la confiance des Français vis-à-vis des vaccins, c’est aussi en raison des adjuvants présents dedans, comme le mercure et l’aluminium qui sont dangereux. Nombreux sont les parents à avoir répondu de leurs actes devant le tribunal pour avoir refusé de faire vacciner leurs enfants, comme ce papa, Mickaël Lecompte, qui avait comparu devant le tribunal de Strasbourg en novembre 2015.

Bien au contraire, d’après l’étude, l’Argentine, l’Éthiopie et l’Équateur sont les pays les plus convaincus par l’efficacité des vaccins. Pour la professeur Heidi Larson, principale auteur de l’étude, il faut « renforcer la confiance dans les vaccins, en particulier sur leur sécurité, en prenant en compte les données scientifiques mais aussi les perceptions. » Pour elle, « le scepticisme s’appuie davantage sur des émotions que sur des informations solides. »


De lourdes conséquences pour les bébés non vaccinés

Les parents qui refusent de faire vacciner leur enfant s’exposent à six mois de prison et 3 750 euros d’amende. Mais ce n’est pas tout ! Les enfants ne peuvent pas être inscrits en crèche, en centre de loisirs, ni même à l’école ! Si les conséquences sont lourdes pour un vaccin, elles le sont aussi pour l’avenir de l’enfant… Et pour la santé de tous car le recul de la vaccination tend à faire resurgir des maladies oubliées, comme la diphtérie, présente dans les pays de l’Est et, récemment en Espagne, où un petit garçon de 8 ans est décédé en juin 2015, ou encore la rougeole, qui peut aussi, dans certains cas, être mortelle : en février 2015, un bébé de 2 mois est décédé à Berlin.

Avec les flux migratoires actuels, les bactéries voyagent. On l’oublie mais si ces maladies sont rares en France, c’est parce que la vaccination les avait éradiquées. Quand le taux de vaccination baisse, les bactéries reviennent…

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire