Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Vaccin dĂ©fectueux : des parents portent plainte !

Vaccin défectueux : des parents portent plainte !

Une trentaine de familles a portĂ© plainte suite au maintien en commercialisation d’un lot de vaccins contre la mĂ©ningite C dĂ©fectueux, pourtant rappelĂ© par le laboratoire. Mais que le distributeur français aurait laissĂ©, semble-t-il, en circulation.

Me Emmanuel Ludot, l’avocat des 32 familles, a dĂ©posĂ© une plainte au Tribunal de Grande Instance de Clermont-Ferrand. Le motif ? « Le lot de Meningitec dĂ©fectueux n’a pas Ă©tĂ© retirĂ© assez tĂŽt ». En effet, il aura fallu deux ans aprĂšs la fabrication du vaccin pour que le produit, trop chargĂ© en fer, soit rappelĂ©. Et malgrĂ© ce rappel, des mois aprĂšs le rappel, le vaccin « dĂ©fectueux », mais sans danger selon les Ă©tudes cliniques, est toujours en vente.

Une plainte contre le laboratoire

Les parents s’estiment victimes de CSP, le distributeur français du vaccin Meningitec, produit par le laboratoire amĂ©ricain Nuron Biotech.  Le Meningitec est supposĂ© protĂ©ger les enfants de 1 Ă  24 ans contre la mĂ©ningite C qui cause encore 15% de dĂ©cĂšs parmi les personnes atteintes. Le vaccin est apparu en 2002 et est recommandĂ© depuis 2010 par le ComitĂ© Technique des Vaccinations.

Selon les chercheurs, la prĂ©sence excessive de fer « ne serait qu’un dĂ©faut et ne prĂ©senterait pas de danger pour les patients ».

Des parents remontés

Coralie est l’heureuse maman d’une petite fille de 2 ans. Mais depuis que sa fille a Ă©tĂ© vaccinĂ©e en 2014, leur vie a changĂ©. La petite fille souffre rĂ©guliĂšrement de fiĂšvre, d’Ă©ruptions cutanĂ©es et de maux de ventre.

En regardant le carnet de santĂ© de sa fille, elle s’aperçoit que cette derniĂšre a Ă©tĂ© vaccinĂ©e en janvier 2015 alors que le Meningitec a Ă©tĂ© rappelĂ© en septembre 2014. Selon elle, « il est inadmissible que le mĂ©decin ne s’en soit pas aperçu ».

Une polémique de plus

Une polĂ©mique qui intervient en plein dĂ©bat sur l’obligation vaccinale pour les enfants et qui fausse une fois de plus le dĂ©bat en crĂ©ant la mĂ©fiance autour de la vaccination. Laquelle a pourtant permis d’éradiquer des maladies mortelles ou trĂšs dangereuses dont certaines font leur rĂ©apparition actuellement. Cette remise en cause de la vaccination pousse certains parents Ă  rechercher des certificats de complaisance pour ne pas vacciner leurs enfants, mĂȘme avec les seuls vaccins obligatoires. Actuellement, un petit garçon, atteint par le tĂ©tanos (ndlr, vaccin obligatoire), est dans un Ă©tat grave Ă  Tours. Selon toute vraisemblance, le petit garçon n’aurait pas Ă©tĂ© vaccinĂ© (aucune trace d’anticorps dans son organisme) bien qu’un certificat atteste de la vaccination.

Une enquĂȘte est en cours qui risque bien d’avoir des consĂ©quences tant pour le mĂ©decin que pour les parents. Et, ce qui est bien plus grave, sur la santĂ© du petit garçon. Le tĂ©tanos, comme la mĂ©ningite C, tue encore de nos jours


meningite et vaccin

À lire absolument