Comment minimiser les mauvaises réactions de bébé à la vaccination ?

Une hausse de température après un vaccin, c’est courant et en principe bénin. A condition de réagir vite pour faire baisser la fièvre. Récemment, les vaccins obligatoires sont passés de 3 à 11 pour les enfants nés après janvier 2018. Vous pouvez en trouver la liste sur le site de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM). On fait le point sur ce qu’il convient de faire après un vaccin. Et ce, pour limiter les mauvaises réactions de l’organisme de bébé.

Vacciner uniquement un bébé en pleine forme

Assurez-vous que bébé soit en bonne santé le jour du vaccin. Mieux vaut décaler le rendez-vous si ce n’est pas le cas.

Le médecin ne vous en voudra pas. En effet, la plupart d’entre eux recommandent de ne pas vacciner un enfant s’il a de la fièvre. Ou toute autre maladie plus grave qu’un simple rhume.

Faites le tour des possibles allergies de bébé

Certains vaccins sont déconseillés en cas d’allergie déclarée. Les allergies au lait de vache ou à l’arachide ne posent pas de problème pour les vaccinations. Mais si votre enfant est allergique à la gélatine, demandez conseil au médecin car le ROR et le vaccin contre la varicelle (rarement effectué) peuvent être déconseillés.

Idem s’il est allergique à la levure car le vaccin contre l’Hépatite B en contient. Si votre enfant a déjà eu une réaction à un antibiotique, il faut informer le médecin car certains vaccins en contiennent. En revanche, aucun souci avec la pénicilline.

Enfin, si votre petit présente une allergie aux œufs, le médecin vous déconseillera sans nul doute le vaccin contre la grippe. En effet, ce dernier contient des protéines d’œufs. (Comme celui contre la fièvre jaune mais ce n’est pas le plus demandé !). Il ne faut jamais craindre de donner trop de détails au médecin, même s’il paraît pressé.

Surveillez bien votre bébé et soyez attentives aux mauvaises réactions

Des mauvaises réactions bénignes à un vaccin, comme une petite fièvre, ou un gonflement ou une douleur à l’endroit de l’injection, sont monnaie courante.


Pour minimiser ces effets secondaires, vous pouvez demander à votre médecin s’il serait judicieux de donner à bébé un anti-douleur (ibuprofène) avant la vaccination afin de minimiser les symptômes et de la lui rendre plus facile à supporter. Mais si les symptômes prennent des proportions inquiétantes (fièvre au-delà de 39,5°C), œdème important, si bébé pleure beaucoup ou semble totalement abattu, n’hésitez pas, appelez le médecin.

Si votre interlocuteur semble dubitatif alors que vous constatez que votre enfant ne va pas bien : filez aux urgences. Ou, à tout du moins, prenez un second avis (pharmacien de garde par exemple).

Voir Aussi

vaccination bebe

Source :

ANSM

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire