L’OMS déclare que le vaccin contre le cancer du col de l’utérus est « indispensable et sûr »

Le vaccin contre le cancer du col de l’utérus représente une véritable avancée dans la lutte contre le cancer du col de l’utérus. Avec le frottis, c’est un outil essentiel qui permet de sauver de nombreuses vies. Cependant, ce vaccin a longtemps traîné une mauvaise réputation injustifiée.
L’OMS a donc décidé de communiquer sur ce vaccin qui est « indispensable et sûr ».

Le cancer du col de l’utérus, qu’est ce que c’est ?

Le col de l’utérus représente la partie étroite de l’utérus. Le cancer du col de l’utérus se développe sur la muqueuse du col. Sa cause principale est l’infection au HPV (Papilloma humain). Ce virus très contagieux infecte quasiment toutes les femmes. Si dans la plupart des cas le système immunitaire se débarrasse de cet intrus, il arrive que certains virus persistent : ils peuvent alors être à l’origine de lésions précancéreuses. Au bout d’une dizaine d’années, ces lésions peuvent se transformer en cancer.

Le cancer du col de l’utérus est la 12e cause de cancer chez la femme en France et provoque chaque année plus d’un millier de décès (au niveau mondial, il provoque près de 310 000 décès). Heureusement, il existe des moyens de prévention et de dépistage particulièrement efficaces.

L’OMS souligne l’importance de la vaccination contre le cancer du col et tord le cou aux idées reçues

L’OMS a décidé de souligner l’importance de la vaccination contre le cancer du col de l’utérus. Le vaccin, souvent décrié à tort, est en effet sûr, efficace et indispensable pour éradiquer la maladie. L’OMS précise d’ailleurs sur son site que les essais cliniques, et la surveillance après la mise sur le marché montrent que les vaccins anti HPV sont très surs et efficaces pour prévenir les infections à HPV.

Dans son communiqué de presse, le Dr Elisabeth Weiderpass, directrice du centre de recherche sur le cancer (CIRC) précise que les rumeurs infondées sur le vaccin ne fond que ralentir la vaccination, qui est extrêmement importante.

Le vaccin contre le cancer du col connaît un fort succès en Australie ou 75% des garçons et 80% des filles sont vaccinées : résultat cette pathologie devrait disparaître à l’horizon 2028.


En France, la vaccination est conseillée pour les jeunes filles entre 11 et 14 ans avec un rattrapage possible entre 15 et 19 ans.

Traitement des cancers du col et grossesse : de bonnes nouvelles

La recherche sur les traitements moins invasifs est aussi une priorité et dans certains cas, quand le cancer du col est pris suffisamment tôt, le traitement, une trachelectomie précoce (avec ablation d’une partie du col) peut être proposée. Elle permet de soigner le cancer du col en préservant la fertilité. Il est donc essentiel de se faire dépister régulièrement (un frottis tous les 3 ans après deux frottis normaux effectués à intervalle d’un an ou un test HPV négatif, ou plus souvent en cas d’anomalies) pour ne pas avoir recours à des techniques trop invasives (les exérèses de lésions pré cancéreuses préservent la fertilité).

Un frottis réalisé en début de grossesse permet également de dépister les petites lésions et permet de proposer un traitement adapté après la grossesse.