Téléchargez l'application Neuf Mois
Neuf Mois pour les sages-femmes 9Love - L'Eshop GrossesseLes meilleures mutuelles grossesse

20 ans après, le procès s’ouvre pour les bébés échangés à la naissance

Manon et Mathilde sont toutes les deux nées en 1994 dans une maternité de Cannes. Mais à l’époque, les deux bébés ont été échangés à la naissance. Une erreur jugée au tribunal de Grasse en ce moment, 20 ans après les faits. Les familles des deux jeunes filles demandent au total 12 millions d’euros de dommages…

 

Que s’est-il passé à la naissance ?

Des deux fillettes, c’est Manon qui est arrivée la première, le 4 juillet 1994. Et le lendemain, Mathilde naît dans le même hôpital. Plusieurs jours se passent. Mais les deux petites souffrent de jaunisse et c’est dans la nuit du 8 au 9 juillet, qu’elles sont placées dans le même berceau sous lampes car l’hôpital manquait de place. Malgré la loi, les deux bébés n’ont pas de bracelet avec leurs noms inscrits dessus.

Quand il est l’heure de les remettre à leurs parents, l’auxiliaire puéricultrice se trompe et échange les bébés. D’après Europe 1, cette personne serait décrite comme  « peu fiable et alcoolique ». Les mères ont senti quelque chose de différent avec leur bébé, ont eu un doute, très vite repoussé par l’équipe médicale.

10 ans plus tard

En 2004, les parents de Manon découvrent qu’ils ne sont pas les parents biologiques de leur petite fille. Comme nous l’indique Nice Matin, tout le monde trouvait que Manon ne ressemblait pas du tout à son père. On l’appelait même dans son village « la fille du facteur », et sa peau hâlée, qui contrastait avec celle de son père, étonnait. Le papa a commencé à avoir d’affreux doutes, s’est disputé avec la maman. Ces derniers ont alors fait un test ADN. Et effectivement, le père de Manon a découvert qu’elle n’était pas sa fille biologique… et pas celle de la maman non plus.

Comme on peut l’imaginer cette nouvelle a été un terrible choc. Toute la famille a été suivi par un médecin, la maman a fait une dépression, et son couple n’a pas tenu. Après une enquête, la famille de Manon retrouve l’autre famille avec qui l’échange a été fait, ils ne vivent qu’à 30 km d’écart. Ils se voient pendant un temps mais, étant très différentes, finissent par s’éloigner. De plus, comme l’indique Nice Matin, ni Manon ni Mathilde ne souhaitent vivre avec leur famille biologique. Cependant Sophie Serrano, la maman de Manon, confie avoir tout de suite aimé Mathilde en la voyant, sa fille biologique. Elle explique avoir maintenant « 4 enfants dans son cœur ». L’autre famille, d’origine réunionnaise, préfère garder l’anonymat.


Où en est-on aujourd’hui ?

Aujourd’hui les deux familles passent au tribunal civil pour juger cette affaire. La clinique (aujourd’hui fermée), deux médecins accoucheurs, deux pédiatres et l’auxiliaire puéricultrice sont accusés. La maternité a reconnu l’erreur mais l’établissement rejette la faute sur l’auxiliaire puéricultrice et ne veut pas payer. Elle accuse même les mamans de ne pas avoir mieux reconnu leur enfant respectif.

Les familles quant à elles demandent 3 millions d’euros pour chacune des jeunes filles, 1,5 million d’euros pour 3 parents et 750 000 mille euros pour chaque frère et sœur, soit un total de plus de 12 millions d’euros. Le procès s’est ouvert hier mardi 2 décembre 2014, il n’y a plus qu’à attendre le verdict le 10 février 2015… Nous vous tiendrons bien sûr au courant des suites de cette affaire…

Recevez chaque semaine votre suivi de grossesse personnalisé

Ma date d'accouchement prévue


Mon E-mail


Mon Prénom


J'ai plus de 18 ans et j'accepte la politique de confidentialité de Neuf Mois.*

OUI je veux recevoir les cadeaux, échantillons et offres de NEUF MOIS et ses partenaires (Envie de fraises, Bemini) à qui j'accepte que mes coordonnées soient communiquées.


* (obligatoire)
Vie privée : Les données recueillies font l'objet d'un traitement informatique, pour la gestion de votre compte utilisateur. Le destinataire des données est le community manager. Vous disposez d'un droit d'accès, modification, rectification et suppression, en vous adressant à webmaster@edlcmail.com.
Consulter la politique de données de NEUF MOIS.
Consulter les politiques de confidentialité des partenaires.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire