Neufmois.fr » Au fil de l'actu » 12 pĂ©diatres corrompus arrĂȘtĂ©s pour avoir prescrit du lait infantile

12 pĂ©diatres corrompus arrĂȘtĂ©s pour avoir prescrit du lait infantile

Des pots de vin pour dĂ©courager l’allaitement… C’est ce qu’ont reçu 12 pĂ©diatres italiens placĂ©s en dĂ©tention depuis le vendredi 21 novembre par les autoritĂ©s italiennes. Ces derniers auraient reçu des cadeaux Ă  hauteur de centaines de milliers d’euros de la part de reprĂ©sentants d’entreprises spĂ©cialisĂ©es dans le lait infantile pour les nourrissons. Smartphones, ordinateurs, voyages, excursions en famille Ă  Paris, New-York, mĂȘme Ă  Istanbul… Les vendeurs de lait infantile n’ont pas lĂ©sinĂ© sur l’argent Ă  mettre sur la table pour faire vendre leurs produits par des mĂ©decins de la sphĂšre la petite enfance, employĂ©s par le systĂšme de santĂ© italien. « Il n’y a d’ailleurs pas d’adjectifs pour dĂ©crire la gravitĂ© de ces actes », a expliquĂ© dans un communiquĂ© officiel Beatrice Lorenzin, le ministre de la santĂ© italien. Une pratique qui serait, d’aprĂšs les reprĂ©sentants de l’ordre italiens,  « une pratique courante et rĂ©pandue », nous apprend l’agence de presse Reuters ainsi que le site d’informations Corriere Della Sera. A savoir, le taux d’allaitement maternel en Italie figure parmi les plus hauts d’Europe (75% Ă  la maternitĂ© et 66% Ă  4 mois vs 70% en France et moins de 30% Ă  4 mois), ce qui explique pourquoi les marques de lait infantile italiennes ont ressenti le besoin d’un petit coup de pouce pour augmenter leurs ventes.Selon les mĂ©dias italiens, un pĂ©diatre de l’hĂŽpital de la Riviera Ligure à La Spezia, un autre de la ville de Piombino, un autre mĂ©decin travaillant pour l’hĂŽpital Saint-Joseph Ă  Empoli ainsi que des pĂ©diatres installĂ©s Ă  Pise et alentours seraient impliquĂ©s dans cette affaire de corruption. Parmi les sociĂ©tĂ©s impliquĂ©es dans cette affaire de pots de vin, figureraient la Dietetic Metabolic Food, la sociĂ©tĂ© italienne Mellin, basĂ©e Ă  Milan ainsi que l’entreprise Humana Italia.

 

Un tel scandale possible en France ?

Depuis que l’Organisation mondiale de la santĂ© s’est prononcĂ©e en faveur d’un allaitement exclusif de 6 mois, un Code international de commercialisation des laits infantiles a Ă©tĂ© Ă©laborĂ© en 1981. Qui encadre la bonne pratique mais n’interdit rien car ce Code ne peut se substituer aux rĂ©glementations nationales et europĂ©ennes. Il sert juste de point d’ancrage pour celles-ci. En France, la loi 94-442 du 3 juin 1994 dont le dĂ©cret d’application 98-688 est paru le 30 juillet 1998, interdit la publicitĂ© autour des laits infantiles premier Ăąge. De mĂȘme, ce texte, soutenu par la SociĂ©tĂ© Française de pĂ©diatrie, interdit aux maternitĂ©s de recevoir gratuitement des laits infantiles et d’en offrir une boĂźte aux mamans, ce qu’on appelait autrefois « les tours de lait en maternité », chaque marque prenant son tour pour promouvoir ainsi ses produits. La plupart des pays europĂ©ens engagĂ©s dans la promotion de l’allaitement, et notamment l’Italie, ont lĂ©gifĂ©rĂ© dans le mĂȘme sens. Les pĂ©diatres italiens interpellĂ©s sont donc allĂ©s Ă  l’encontre des indications recommandĂ©es par l’État italien en incitant trĂšs fortement les mĂšres Ă  utiliser du lait en poudre plutĂŽt que d’allaiter leurs enfants.

Alors, un tel scandale est-il possible en France ? Il est toujours possible de trouver ici ou lĂ  des brebis galeuses qui passent au-dessus des lois. Mais la lĂ©gislation et l’implication de la SociĂ©tĂ© Française de pĂ©diatrie ainsi que de la COFAM (Coordination française pour l’Allaitement maternel) dans laquelle sont impliquĂ©s de nombreux pĂ©diatres rendent cette perspective peu probable. Par ailleurs, la France, comme de nombreux pays, a dĂ©cidĂ© d’encadrer la pratique des cadeaux offerts par les laboratoires aux praticiens de santĂ©. En France, la loi du 27 janvier 1993, renforcĂ©e par un article du Code de la SantĂ© publique (L. 4113-6) interdit de recevoir, sous quelque forme que ce soit, des cadeaux par des sociĂ©tĂ©s produisant ou commercialisant des produits pris en charge par les rĂ©gimes obligatoires de sĂ©curitĂ© sociale. Certes, le lait infantile ne l’est pas, mais la rĂ©glementation europĂ©enne sur la promotion de l’allaitement, soutenue par les SociĂ©tĂ©s de pĂ©diatrie, ainsi que l’interpellation des professionnels de santĂ© sur la nĂ©cessitĂ© d’une rĂ©elle indĂ©pendance vis Ă  vis du secteur marchand, est un rempart contre les dĂ©rives inacceptables comme celle qui vient d’ĂȘtre mise Ă  jour en Italie. Et la rĂ©action des autoritĂ©s italiennes semble dĂ©montrer que le temps de la tolĂ©rance Ă  ces pratiques mercantiles est dĂ©sormais rĂ©volu. Ironie du sort, c’est Ă  Florence en Italie qu’a Ă©tĂ© signĂ©e* en 1990 la DĂ©claration d’Innocenti qui rappelle l’importance globale de l’allaitement et les responsabilitĂ©s qui incombent Ă  tous les gouvernements de mettre en Ɠuvre des programmes pour promouvoir, protĂ©ger et soutenir l’allaitement


 

* par 10 agences de l’ONU et 32 pays dont l’Italie


 

 

 

À lire absolument