Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » Ils prĂ©nomment leur garçon « Jihad », la mairie prĂ©vient la justice

Ils prĂ©nomment leur garçon « Jihad », la mairie prĂ©vient la justice

Peut-on donner n’importe quel prĂ©nom Ă  notre enfant ? C’est la question qui est posĂ©e Ă  la justice française en ce moment. En effet en aoĂ»t dernier, un couple rĂ©sidant dans la rĂ©gion de Toulouse a choisi d’appeler son fils « Jihad ». Au vu du contexte politique actuel, l’officier d’Ă©tat civil chargĂ© d’enregistrer le prĂ©nom a dĂ©cidĂ© de le signaler au procureur de la rĂ©publique.

Peut-on prénommer son enfant comme on veut ?

Certains parents rĂȘvent d’un prĂ©nom original et peu commun pour leur enfant mais est-ce possible ? Selon la loi française ce sont les parents qui choisissent le prĂ©nom de l’enfant. Ils doivent le dĂ©clarer Ă  l’officier d’Ă©tat civil qui l’enregistre. Il n’existe pas de liste de prĂ©noms autorisĂ©e en France, vous pouvez donc faire marcher votre imagination. Mais il existe cependant deux cas oĂč l’on peut voir un prĂ©nom refusĂ© : si ce dernier est contraire aux intĂ©rĂȘts de l’enfant ou s’il usurpe le droit Ă  un tiers de protĂ©ger son nom de famille, selon l’article 57 du Code civil. Dans ces cas de figure c’est Ă  l’officier d’Ă©tat civil de prĂ©venir le procureur de la rĂ©publique qui peut saisir le juge des affaires familiales. Celui-ci peut dĂ©cider de la suppression du prĂ©nom dans les registres d’Ă©tat civil, et peut, si les parents n’ont pas de nom de rechange, prĂ©nommer l’enfant.

Jihad… ça veut dire quoi ?

Ce mot d’origine arabe nous l’entendons frĂ©quemment dans le contexte politique actuel, mais que veut-il dire en fait ? Contrairement aux idĂ©es reçues ça ne veut pas forcĂ©ment dire « guerre sainte » mais plutĂŽt « effort », « lutte », « abnĂ©gation » ou encore « rĂ©sistance » explique Aderrahmane Oumachar, cofondateur du centre toulousain de la spiritualitĂ© musulmane. Il prĂ©cise dans Actu Toulouse qu’il s’agit d’une notion fondamentale de l’Islam qui se traduit par l’effort de faire le bien. Il raconte cependant qu’au vu du climat actuel on peut se poser la question de l’attribution du prĂ©nom pour le bien-ĂȘtre de l’enfant.

Quels sont les prénoms interdits ?

La suppression d’un prĂ©nom ne serait pas une premiĂšre en France et une circulaire limitant la libertĂ© du choix des prĂ©noms existe depuis le 28 octobre 2011. Ainsi, que ce soit en France ou Ă  l’étranger, la justice a Ă©tĂ© plusieurs fois saisie pour supprimer des prĂ©noms pouvant nuire Ă  l’intĂ©rĂȘt de l’enfant. On se souvient notamment de la famille Renaud voulant appeler leur fille Megane. Mais il existe un grand nombre d’exemples similaires, des prĂ©noms comme Fraise ou Nutella ont Ă©galement Ă©tĂ© refusĂ©s en France. En Allemagne, la justice allemande a empĂȘchĂ© un couple d’appeler son fils Oussama Ben Laden en 2002. Et aux Etats-Unis c’est Adolf Hitler qui fut interdit en 2009. A noter que ce n’est pas la premiĂšre fois que le prĂ©nom Jihad fait polĂ©mique puisqu’en 2012 des parents avaient Ă©tĂ© condamnĂ©s pour apologie du crime pour avoir fait porter un tee-shirt « je suis une bombe » Ă  leur fils prĂ©nommĂ© Jihad.

À lire absolument