Nouvelles recommandations pour la prise en charge des coliques du nourrisson

Bébé est grognon, pleure, a le ventre un peu tendu ? Et si c’était des coliques ? Pas forcément faciles à diagnostiquer, les coliques forment un syndrome comportemental chez les nourrissons de 1 à 4 mois. Neuf mois vous en dit plus et précise les nouvelles recommandations publiées par le GFHGNP (Groupe Francophone d’Hépatologie-Gastroentérologie et Nutrition Pédiatriques)

Qu’est ce que la colique du nourrisson ?

La colique du nourrisson est définie par un ensemble de symptômes qui apparaissent chez le tout petit (de 1 à 4 mois) : des pleurs difficiles à apaiser, un inconfort, des poings serrés, une figure rouge, une distension abdominale et des gaz. Les pleurs sont récurrents, sans cause évidente et touchent les enfants de moins de 5 mois qui sont exempts de troubles moteurs ou de maladies. Souvent les parents impuissants, pensent à une pathologique gastrique mais le GFHGNP rappelle que ce n’est pas forcément le cas !

Alors à quoi sont dues ces coliques ? Et bien il s’agit d’une maladie multifactorielle assez complexe. Il semble en effet, que différents facteurs jouent dans la mise en place de la maladie. Tout d’abord il semble l’incidence des coliques soit plus élevée chez les parents plus stressés pendant la grossesse ou le post partum, chez les mères d’âge élevées ou encore chez les femmes ayant peu accouché. Ensuite, certaines pathologies digestives peuvent être liées à des coliques mais pas forcément : on retrouve souvent un lien entre les coliques et les productions anormales d’hydrogène liée à l’intolérance au lactose, mais en revanche les études ne retrouvent pas de lien entre les coliques et les reflux acides par exemple.

On remarque néanmoins que le taux de motiline est accru chez les enfants souffrant de coliques (la motiline est augmentée avec letabac) ainsi que le taux de sérotonine qui augmente la sensibilité viscérale. Enfin, il semble qu’une déstabilisation du microbiote intestinal soit en lien avec le développement de coliques, le microbiote intestinal jouant un rôle protecteur immunitaire important.

Quelles sont les recommandations pour traiter les coliques du nourrisson ?

Les coliques du nourrisson affectent près d’un quart de jeunes enfants. Si cette pathologie reste bénigne, elle impacte négativement la sensation de bien être du bébé. Chaque enfant est différent et la prise en charge se doit d’être individuelle.


Les parents doivent surtout être rassurés et épaulés. Pour cela, il ne faut pas hésiter à pauser toutes les questions au pédiatre ou au médecin. Un site informatif est également à la disposition des parents ici.

La plupart du temps, les médicaments ne sont pas utiles et ne sont donc pas prescrits à l’exception des probiotiques (le Lactobacillus reuteri DSM 17938 (L. reuteri Protectis) a démontré un effet prophylactique et une efficacité thérapeutique, en particulier en cas d’allaitement) qui peuvent être envisagés au cas par cas car ils semblent avoir un effet bénéfique.