En train de lire
Crèche ou nounou : quel est le meilleur mode de garde pour vous ?

Crèche ou nounou : quel est le meilleur mode de garde pour vous ?

Les jeunes parents préfèrent en général la crèche collective. Pourtant, ce n’est pas forcément le meilleur mode de garde pour tout le monde. L’accueil chez une assistante maternelle peut avoir beaucoup d’avantages, à bien considérer avant de choisir, si jamais vous avez le choix. En effet, les places en crèche sont rares…

La crèche comme mode de garde

Pour espérer avoir une place en crèche municipale, il faut s’y prendre très tôt, dès le début de la grossesse. Et relancer la personne en charge de votre dossier, régulièrement, sachant que les commissions d’attribution se tiennent entre mars et mai. L’essentiel des places est disponible à la rentrée de septembre, quand les enfants de 3 ans entrent en maternelle et libèrent leurs places pour le groupe des 2 ans, qui les libèrent pour le groupe des 1 an, laissant donc les berceaux des bébés vides. En cours d’année, des places peuvent se libérer mais c’est au compte-gouttes. Autre solution, la crèche parentale, structure associative qui exigera que vous lui consacriez du temps pour assurer des tâches d’entretien ou de gestion. Vous pouvez aussi passer par une entreprise de placement (ma place en crèche, crèches pour tous, Babilou…), mais cela exige que votre entreprise adhère.

Les avantages : Le tarif est établi en fonction de vos revenus. Les locaux sont adaptés aux besoins de l’enfant, l’hygiène y est régulièrement contrôlée, le pédiatre passe régulièrement, environ 50% du personnel de la crèche est diplômé petite enfance.


Les inconvénients : A part dans quelques rares crèches à horaires décalés, il n’y a aucune flexibilité d’horaires possible. Mais des microbes à profusion, donc bébé peut tomber plus souvent malade et vous ou le papa seraient obligés de prendre des jours pour enfant malade. S’il a une conjonctivite par exemple, la crèche peut vous refuser de l’accueillir tant que le traitement n’est pas en cours. Bébé sera plus fatigué par sa journée car l’accueil en collectivité est plus bruyant et plus stressant que le cadre familial. Reste la possibilité de la micro-crèche, qui accueille moins d’enfants mais qui est parfois plus coûteuse que la crèche municipale.

L’assistante maternelle

Plus facile à trouver qu’une place en crèche, elle peut exercer dans deux cadres différents : la crèche familiale ou l’exercice libre. Dans le premier cas, c’est la crèche municipale qui gère son recrutement, dans le second, c’est à vous de la trouver.

La crèche familiale

C’est un accueil au domicile de l’assistante maternelle à raison de trois enfants, plus rarement quatre, bien que la nounou soit salariée de la crèche municipale.

Les avantages : Bébé est au calme, dans un univers à sa mesure. Il dispose d’une personne plus disponible pour lui que l’auxiliaire de la crèche qui a souvent à gérer un groupe de 6 à 8 enfants. Certaines activités sont menées à la crèche, ce qui veut dire que bébé aura tout de même une approche de la vie collective. Si la nounou est indisponible (deuil, maladie, vacances…), la crèche municipale s’occupe de vous trouver une remplaçante.


Les inconvénients Ces avantages valent bien un inconvénient : vous ne pouvez pas la choisir : on vous affecte une nounou, et basta. Pour qu’un changement soit effectué, il faudra vraiment le justifier avec des arguments massue.

L’assistante maternelle en exercice libre

Vous êtes son employeur et devez rédiger son contrat et ses fiches de paie, gérer les conflits éventuels, les dates de vacances, etc.

Voir Aussi

Les avantages : Vous gérez avec elle le projet éducatif, ce qui est certes contraignant mais aussi passionnant ! Si vous estimez que cette personne ne convient pas à votre enfant, vous pouvez mettre fin au contrat et trouver une autre assistante maternelle, un turn over pas forcément possible en crèche. Côté éveil, bébé est incontestablement plus épanoui -contrairement à ce que l’on croit souvent- en accueil familial : moins de bruit, moins de cris, moins d’enfants par assistante maternelle. Et de plus en plus souvent, les nounous font partie de Relais d’Assistantes Maternelles (RAM) pour organiser des activités en commun, ce qui contribue à donner à bébé l’approche de la vie collective, un concept qui n’est pas prioritaire chez le très jeune enfant (avant 2 ans).

Les inconvénients : En cas de maladie ou d’absences inopinées de la nounou, à vous de trouver une solution de repli ! Les horaires sont à négocier avec elle, mais souvent l’assistante maternelle en exercice libre se montre plus conciliante que celle en crèche familiale qui est tenue de respecter les horaires imposés par la crèche municipale.  Pour l’instant encore, le coût journalier est plus élevé à partir de certains niveaux de revenus et il faut avancer la partie CAF si vous dépassez un certain plafond de ressources, somme qui vous est rétrocédée par la CAF une fois fournie la preuve du paiement. Autre inconvénient, l’accord à trouver avec les autres parents employeurs pour les vacances ! La nounou a droit aux siennes, vous aux vôtres, et les autres parents aux leurs. Le seul inconvénient, et il n’est pas mineur, c’est que les dates de tout le monde doivent coïncider !


Les arguments du choix du mode de garde

Les avantages de la crèche ne sont pas ceux de l’assistante maternelle et vice versa pour les inconvénients. Mais ce qui compte, c’est de trouver un mode de garde qui convienne à bébé et qui tienne compte de vos contraintes. Ne craignez pas que bébé soit bien moins éveillé ni moins sociable s’il va chez une nounou : toutes les études menées à l’entrée en maternelle le confirment, il n’y a pas de différence notable entre les enfants gardés en crèche et ceux gardés chez une nounou.

Quant à la maltraitance que redoutent aussi beaucoup de parents, il faut savoir que même en crèche cela peut exister et cela reste heureusement extrêmement rare, aussi bien en garde à domicile qu’à la crèche. De toute façon, les personnes chargées de la petite enfance sont extrêmement contrôlées par les services sociaux, et les assistantes maternelles tout particulièrement. Qui plus est, le bouche à oreilles est un bon indicateur : il y a peu de risques qu’une nounou qui a bonne réputation en ville (car ayant gardé déjà quelques dizaines d’enfants depuis le nombre d’années qu’elle exerce) se comporte en sorcière chez elle sans que cela ne se sache. Alors que le turn over de personnels non qualifiés (50% des effectifs recrutés, tout de même !) en crèche peut être l’occasion de maltraitances involontaires par insuffisance professionnelle.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire