Neufmois.fr » Mon bĂ©bĂ© » Eviter la bronchiolite Ă  bĂ©bĂ©, c’est possible !

Eviter la bronchiolite Ă  bĂ©bĂ©, c’est possible !

Chaque annĂ©e, entre le 15 novembre et le 15 janvier, la bronchiolite fait des siennes. Ce pic de la maladie concerne particuliĂšrement les bĂ©bĂ©s de moins de 6 mois et n’est pas Ă  prendre Ă  la lĂ©gĂšre, car des complications respiratoires graves sont possibles. Mais on peut les prĂ©venir, ouf !

 

Quels sont les symptÎmes ?

Pendant la nuit, bĂ©bĂ© se rĂ©veille en sursaut, la respiration sifflante et difficile. Il rejette sa tĂȘte en arriĂšre pour parvenir Ă  respirer, son ventre se creuse. Il a du mal Ă  boire ses biberons. Il n’a pas systĂ©matiquement de fiĂšvre mais sa voix est rauque tout comme sa toux.

Quelles sont les complications possibles ?

Un risque d’asphyxie aiguĂ« en cas d’épiglottite, inflammation d’origine bactĂ©rienne qui touche la partie haute du larynx. Heureusement, cette maladie est moins frĂ©quente depuis la gĂ©nĂ©ralisation du vaccin contre l’Haemophilus, l’un des principaux germes responsables de cette affection ORL.

Comment réagir si bébé semble atteint ?

Laryngite ou bronchiolite, c’est une urgence mĂ©dicale chez le tout-petit. Avant 3 mois, il faut filer aux urgences ou, aprĂšs 3 mois, consulter le pĂ©diatre. Comme pour toute difficultĂ© respiratoire, en attendant le mĂ©decin, il faut asseoir bĂ©bĂ© dans la salle de bains, ouvrir les robinets d’eau chaude et lui faire respirer de la vapeur pour dĂ©gager ses voies respiratoires. Au dĂ©but de la crise de bronchiolite, il faut donner systĂ©matiquement Carbo vegetabilis 15 CH, 1 dose, puis deux mĂ©dicaments parmi les plus prescrits : Ipeca 9 CH, et Antimonium tartaricum 9 CH, 5 granules en alternance toutes les deux heures ou pour le nourrisson 10 granules dans un fond d’eau, toutes les 2 Ă  3 heures.


En traitement de fond, le mĂ©decin prescrira sans doute de la kinĂ©sithĂ©rapie respiratoire, mais, depuis 2004, on sait que l’homĂ©opathie devrait ĂȘtre le traitement de premiĂšre intention, selon une Ă©tude publiĂ©e dans PĂ©diatrics, la kinĂ©sithĂ©rapie se rĂ©vĂ©lant ĂȘtre un traitement coĂ»teux pour l’assurance-maladie, pas forcĂ©ment efficace chez tous les bĂ©bĂ©s et parfois douloureux si le kinĂ©sithĂ©rapeute, lors des manipulations, casse involontairement une cĂŽte au bĂ©bĂ© (c’est rare, mais ça arrive !). Depuis 2011, la kinĂ©sithĂ©rapie respiratoire n’est plus recommandĂ©e que dans les cas lourds, et notamment chez les enfants prĂ©maturĂ©s. Mais certains praticiens la prescrivent encore par habitude.

Les mesures de prévention

Pendant le pic de bronchiolite (15 novembre-15 janvier), il faut Ă©viter autant que faire se peut d’emmener un tout-petit dans les lieux publics, comme les supermarchĂ©s (inutile d’aller faire les courses en famille), les transports en commun ou les salles d’attente. Et refuser que les personnes enrhumĂ©es s’approchent de bĂ©bĂ© et l’embrassent. Pour les frĂšres et sƓurs, on autorise le bisou sur le ventre ou sur les pieds. Attention aux doudous qui circulent Ă  la crĂšche et chez la nounou et qui peuvent ĂȘtre des transmetteurs du virus. On ne prĂȘte pas le doudou Ă  un autre bĂ©bĂ© et on refuse qu’un enfant porte Ă  la bouche la tĂ©tine de bĂ©bĂ© (si, si, ça arrive, juste pour rire, hein
).


À lire absolument