En train de lire
Allaitement ou biberon : comment choisir ?

Allaitement ou biberon : comment choisir ?

Plus que quelques semaines avant la naissance de bébé. En pleine réflexion quant à la manière de le nourrir, vous hésitez encore entre l’allaitement maternel et le biberon. Comment faire le bon choix ? Laquelle de ces méthodes est le plus adaptée à votre rythme de vie ? Neuf Mois vous aide à prendre la bonne décision.

Les avantages du lait maternel

Aliment complet et facile à digérer, le lait maternel correspond exactement aux besoins d’un nourrisson. Celui-ci contient en effet tous les éléments nécessaires à son bon développement : protéines, lipides, glucides, sels minéraux, vitamines, anticorps. Le lait maternel possède aussi l’avantage d’être toujours à bonne température. Grâce à lui, pas besoin de laver les biberons, de les stériliser et de penser à eux chaque fois que vous sortez avec Loulou. Vous n’avez rien à transportez et pouvez allaiter à tout moment.

Donner le sein, un moment privilégié

Donner le sein permet un contact privilégié entre la mère et son enfant. Les mamans qui allaitent vivent le moment de la tétée comme quelque chose de particulier et d’unique. Donner le sein renforce les liens affectifs qui existent entre une mère et son petit.

L’allaitement, un plus pour la maman

Même si les débuts de l’allaitement sont parfois difficiles, il ne faut pas se décourager. Si l’allaitement maternel permet un contact privilégié avec son enfant, il présente plusieurs avantages pour la mère. D’une part, il favorise la réduction de l’utérus après l’accouchement. D’autre part, le  lait maternel possède un effet protecteur contre certains cancers comme celui du sein ou des ovaires.


Le lait maternel est toujours assez nourrissant

Certes, certaines mamans produisent moins de lait que d’autres, mais le lait maternel est toujours suffisamment nourrissant. Bébé pleure ? Il n’a pas forcément faim : il peut avoir besoin de téter pour se rassurer. Un bébé aux joues roses, éveillé, qui fait de belles selles jaune d’or et mouille ses couches plusieurs fois par jour n’est pas sous-alimenté. En le pesant une fois par semaine, vous serez rassurée sur sa bonne croissance.

L’allaitement n’abîme pas les seins

Ce sont les variations de poids qui altèrent la qualité de la peau et non pas l’allaitement. Enceinte, massez vos seins avec un produit spécifique buste et adoptez le principe des douches tièdes. Et pendant l’allaitement, un bon soutien-gorge associé à un soin hydratant matin et soir préservera la beauté de vos seins.

On peut évaluer s’il a bu ou pas au sein

Sa gorge s’abaisse en tétant et il salit ses couches ? C’est qu’il boit. Et s’il s’endort ensuite, les mains ouvertes et le corps relâché, c’est qu’il est repu ! S’il pleure, inutile de culpabiliser en pensant que vous n’avez pas assez de lait. Bébé peut pleurer pour décharger des tensions ou parce qu’il ressent un inconfort. Pas seulement parce qu’il a faim !

Les avantages du biberon

A la différence de l’allaitement par le sein, le biberon permet de mesurer au millimètre près ce que bébé a bu. A chaque tétée vous pouvez en effet savoir exactement ce qu’il a pris. Ce qui a  tendance à rassurer certains parents. Nourrir bébé au biberon permet de faciliter le réglage des horaires de repas même si au départ il faut faire preuve d’une grande souplesse. A noter que bébé prend son biberon toutes les trois heures (soit 6 biberons par jour) les premiers mois.


Les bienfaits du lait infantile

Aujourd’hui, les laits infantiles offrent toutes les qualités nutritionnelles nécessaires au bon développement d’un nourrisson. Soumis à un cadre réglementaire très strict et parfaitement adapté aux besoins d’un nouveau-né, ils sont une bonne alternative pour les mères qui ne souhaitent pas allaiter.

D’importants progrès ont d’ailleurs été réalisés en matière de fabrication. Mieux étudiés, les laits infantiles se rapprochent de plus en plus du lait maternel. Ces derniers sont adaptés aux différents soucis et pathologies des bébés.

Pour ne pas se tromper de lait, il est recommandé aux parents de demander conseil auprès d’un professionnel de santé. Celui-ci est apte à les orienter vers le lait qui convient le mieux à l’enfant. Il saura cerner les critères relatifs à la composition du lait et à la tolérance de l’enfant.

Voir Aussi
virus syncytial respiratoire-neuf mois

Même en cas d’antécédents familiaux, d’allergies, on peut choisir le biberon

En effet, le pédiatre peut prescrire un lait hypoallergénique, c’est-à-dire que les protéines du lait de vache ont été partiellement cassées en plus petites molécules – autrement dit « hydrolysées » –, ce qui diminue leur pouvoir allergisant. S’il s’agit d’allergie aux protéines du lait de vache, le lait proposé aura subi une hydrolyse encore plus importante.

La stérilisation des biberons n’est plus nécessaire

Sauf en cas de bébé prématuré et de bébé immunodéprimé, la stérilisation n’est pas forcément indispensable : il suffit de laver avec soin les biberons, les bagues et les tétines séparément, ce qui prend en effet plus de temps qu’une simple toilette des seins. Ceci étant, la stérilisation n’est pas totalement inutile, c’est un principe de précaution que des pédiatres estiment encore nécessaire (surtout pour les sucettes qui tombent au sol !) et il existe des méthodes à froid peu contraignantes.

On peut aussi créer des liens magiques avec bébé au biberon

Bébé est surtout demandeur de contact peau à peau. Il suffit de privilégier des moments câlins en peau nue et d’adopter l’écharpe de portage aussi souvent que possible. De même, se concentrer sur le moment du repas, en regardant bébé dans les yeux et en lui parlant en donnant le biberon, suffit à créer cette complicité. L’important, c’est la qualité du contact plus que sa nature. Sans quoi ce ne serait pas juste pour les papas, non ?

Une décision qui vous appartient

Donner le sein ou le biberon. Quel que soit votre choix, votre décision est forcément la bonne puisque c’est la vôtre. Quand on fait un choix sur l’alimentation de bébé, il n’y a de bonne ou de mauvaise réponse. Pas question que vous culpabilisiez parce que vous préférez donner le biberon. Ne vous laissez pas influencer par les critiques et la pression qu’exerce votre entourage sur vous. Gardez toujours en tête que la décision vous appartient. Elle constitue votre première grande décision en tant que mère.

Et si vous attendiez la naissance de bébé après tout ? La découverte de votre tout petit peut vous faire radicalement changer d’avis.


Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire