Diversification alimentaire de bébé : quand est-ce qu’on commence ?

Que l’on allaite bébé ou qu’on le nourrisse au biberon, il faudra bien un jour penser à sa diversification alimentaire. Mais quand et comment procède-t-on ? Neuf Mois fait le point avec le Pr Patrick Tounian, spécialiste en nutrition pédiatrique, pour aborder l’étape de la diversification alimentaire de bébé sans crise de « foi ».

La diversification alimentaire de bébé, une étape essentielle

Sur la diversification alimentaire, nos copines, nos mères et nos voisines ont toutes leur mot à dire… Et parfois, ça ne manque pas de sel ! Entre celles qui préconisent l’introduction d’aliments solides à 3 mois ou à 6 mois, celles qui ne jurent que par la recette de soupe aux cinq légumes ou d’autres encore qui affirment qu’il ne faut introduire qu’un seul aliment à la fois, on sent vite la moutarde nous monter au nez. La diversification alimentaire de bébé est une étape trop essentielle pour la confier aux bons soins du dernier qui a parlé. En effet, de nombreuses études ont démontré l’importance de bien la mener, tant pour éviter à bébé l’apparition d’allergies particulièrement pénibles à vivre que pour limiter le risque de prise de poids excessive. Mais aussi pour assurer à notre tout-petit un cerveau en état de fonctionner. En effet, des études tout à fait sérieuses ont démontré depuis quinze ans le lien entre diététique et QI.

Quelques règles à connaître sur la diversification alimentaire

Afin de bien nourrir le cerveau de notre bébé, il faut connaître les règles de la diététique infantile. « On peut débuter la diversification alimentaire entre 4 et 6 mois révolus, mais l’idéal reste un allaitement exclusif jusqu’à 6 mois », explique le Pr Patrick Tounian, pédiatre et gastro-entérologue à l’hôpital Trousseau (Paris). Comme souvent en ce qui concerne les enfants, la règle relève plus de la recommandation que de l’obligation. En général, l’introduction des nouveaux aliments se fait de manière instinctive et progressive.

Mais attention à la tentation d’introduire fruits et légumes trop tôt et trop vite comme c’était la coutume lors de notre enfance. « Avant 4 mois révolus, le risque d’apparition d’allergies et de carences est beaucoup plus important », estime le Pr Tounian. Mais même après cet âge, certains aliments sont davantage susceptibles de provoquer des allergies : « C’est pourquoi il est recommandé de les introduire seuls durant quelques jours afin de laisser le temps à une éventuelle allergie ou intolérance d’apparaître », indique encore Patrick Tounian. On sait alors sans doute possible quel est l’aliment incriminé.

En général, les allergies se manifestent par des vomissements, une diarrhée ou une éruption cutanée. Dans tous les cas, il est indispensable de consulter son pédiatre.

On opte pour des légumes ou des fruits ?

Carottes, haricots, jus de fruits : par quel bout prendre la diversification alimentaire ? Selon notre spécialiste, il n’y a pas de recommandation particulière quant aux premiers aliments à introduire, sauf avis du pédiatre. Traditionnellement on introduit d’abord les légumes (carottes, courgettes…) puis les fruits (pommes, poires, bananes, pêches, abricots…) mais la règle n’a rien de scientifique, selon le Pr Tounian : « Il faut commencer par l’aliment que les parents ou le bébé semble aimer le plus. » Si l’on a choisi les légumes, la solution consiste à cuisiner un bouillon à partir d’un seul légume mais sans sel, qui remplacera l’eau de dilution du biberon de lait. C’est une première approche d’un goût nouveau, sans changement de texture.

Au bout de quelques jours, on essaie de lui proposer le même légume cuit à la vapeur ou en petit pot, mais cette fois à la petite cuillère (en plastique ou en silicone pour un contact agréable). Attention toutefois à ne pas introduire avant l’heure les fruits à coque et certains fruits exotiques qui peuvent provoquer des allergies.

Faut-il forcer bébé ou pas à diversifier son alimentation ?

Une fois déterminé le menu, quand le servir : à midi ou le soir ?  » Cela doit se faire naturellement selon les envies et l’humeur de la maman et de son bébé. Le mieux est de choisir le moment où l’on est totalement disponible », estime le pédiatre. Et si bébé refuse de manger l’aliment ? « Mieux vaut ne pas le forcer et le lui représenter plus tard, car ses goûts peuvent évoluer rapidement », conseille le Pr Tounian. Une chose est sûre, ventre affamé n’étant pas incité aux plus excitantes découvertes, mieux vaut donner d’abord à bébé la moitié de son biberon avant de lui présenter sa première cuillère de purée d’un légume, puis une seconde voire une troisième s’il apprécie.


Une fois bébé habitué à cette nouvelle saveur, s’il n’est pas allaité, on épaissira progressivement le biberon de lait avec des légumes sur une durée de quinze jours, en diminuant parallèlement les quantités de poudre de lait dans les limites préconisées par le pédiatre.

Si bébé est allaité, c’est à la cuillère qu’il goûtera aux aliments solides. La diversification entamée, il faut veiller à ce que bébé continue à téter le sein à volonté. S’il est nourri au biberon, bébé doit boire 800 ml de lait par jour en quatre repas à 5 mois et 500 ml au moins à partir de 6 mois afin de prévenir les carences en fer, en calcium et en acide gras essentiels.

L’introduction de viande, de poisson ou de jaune d’œuf dur ne doit pas être trop précoce. Si les légumes sont introduits vers 4/5 mois, la viande (boeuf, poulet, jambon…), comme le jaune d’oeuf dur, peut l’être vers 7 mois, le poisson vers 8/9 mois. Attention aux proportions : un bébé de 6 mois n’a pas besoin de plus d’une cuillère à café de viande une seule fois par jour, 2 cuillères à café à 8 mois, 3 cuillères à café à 12 mois. Pendant toute son enfance, il faut limiter l’apport en protéines animales (autres que les produits laitiers) à un seul repas par jour.

Le petit truc de Neuf Mois pour vous aider à diversifier l’alimentation de bébé ?

Rendez-vous dans notre rubriques Les recettes pour bébé, pour proposer à votre loulou de chouettes petits repas, bien gourmands et riches en nouvelles saveurs !

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire