Neufmois.fr » Mon bĂ©bĂ© » Ma vie de maman » Contraception aprĂšs bĂ©bé : la pilule, j’oublie ou pas ?

Contraception aprĂšs bĂ©bé : la pilule, j’oublie ou pas ?

Depuis des mois, les ventes de pilules contraceptives ne cessent de baisser, conséquence de la polémique sur la 3e génération, au profit du stérilet. Mais est-ce vraiment la bonne alternative ? Cécile Glorie, sage-femme orthogéniste, nous explique comment bien choisir son contraceptif.

Choisir le stĂ©rilet n’est-il pas plus prudent aujourd’hui ?

Ce n’est pas en ces termes qu’il faut raisonner : le bon moyen de contraception, c’est celui qui convient Ă  chaque femme, en fonction de son mode de vie, de ses habitudes, de son vĂ©cu. Si la pilule convient Ă  une jeune femme, il n’y a pas de raison de l’en dĂ©tourner. Le mieux, c’est de consulter dĂ©jĂ  pendant la grossesse, parce qu’à la maternitĂ©, dans l’urgence, on n’a pas le temps de faire le tour de la question avec suffisamment de recul. Or, une contraception, ça se rĂ©flĂ©chit !

Si on allaite, on a le temps de faire son choix, cependant ?

Mettre le bĂ©bĂ© au sein ne suffit pas à ĂȘtre protĂ©gĂ©e d’une grossesse ! Pour cela, il faut allaiter exclusivement, avec au moins huit Ă  dix tĂ©tĂ©es par jour. Il ne faut pas non plus avoir eu son recours de couches. Et le risque de nouvelle grossesse est de 2% en moyenne. Donc mieux vaut anticiper.

Au vu de la polémique, ne vaut-il pas mieux renoncer aux pilules de 3Úme génération ?

La pilule de 3e gĂ©nĂ©ration, comme celle de 4e gĂ©nĂ©ration, ne doit jamais ĂȘtre prescrite en premiĂšre intention : cela a toujours Ă©tĂ© Ă©tabli. Ces pilules ont Ă©tĂ© bien tolĂ©rĂ©es dans l’ensemble mĂȘme si, depuis 2001, des Ă©tudes avaient soulevĂ© ces risques de thrombose, deux fois plus Ă©levĂ©s avec les progestatifs de type gestodĂšne ou dĂ©sogestrel, par rapport au classique lĂ©vonorgestrel. Si vous avez dĂ©jĂ  pris ces pilules pendant un an ou deux, il n’y a pas lieu de s’affoler : les problĂšmes apparaissent en gĂ©nĂ©ral durant les premiĂšres semaines, sinon vous pouvez les continuer sans crainte. Mais il existe des contre-indications à leur prescription: l’ñge (trĂšs jeunes filles ou femmes de plus de 35 ans), la morphologie (surpoids important et obĂ©sitĂ©), le mode de vie (tabagisme, dĂ©placement en avion frĂ©quents, alitement forcé ), les pathologies (troubles vasculaires, Ă©tats migraineux rĂ©cidivants, diabĂšte, hypertension..).

En allaitant, quelle pilule peut-on prendre ?

La pilule progestative ne passe dans le lait maternel qu’à dose infinitĂ©simale, elle n’est donc pas contre-indiquĂ©e pendant l’allaitement, d’autant qu’elle stimule la lactation. C’est pourquoi elle est souvent prescrite dĂšs le troisiĂšme jour aprĂšs l’accouchement. Prise pour la premiĂšre fois au-delĂ  du 25e jour, il faut utiliser des prĂ©servatifs lors des deux premiers jours. Et il faut la prendre chaque jour Ă  heure fixe, car au-delĂ  de trois heures de retard, son efficacitĂ© n’est plus garantie sauf si vous allaitez (dans les conditions Ă©voquĂ©es plus haut) : le dĂ©lai est alors de douze heures.

Le stĂ©rilet peut-il ĂȘtre posĂ© rapidement aprĂšs l’accouchement ?

Il peut ĂȘtre posĂ© quatre semaines aprĂšs un accouchement par voie basse. AprĂšs une cĂ©sarienne, le dĂ©lai varie en fonction de l’apprĂ©ciation du gynĂ©cologue, certains spĂ©cialistes prĂ©fĂšrent attendre six mois.

L’implant a t-il les mĂȘmes contre-indications que la pilule de 3e gĂ©nĂ©ration ?

Cette mĂ©thode est contre-indiquĂ©e en cas d’acnĂ© importante, de diminution de la libido pendant la grossesse ou sous pilule, de prise de poids supĂ©rieure Ă  23 kg enceinte ou de surcharge pondĂ©rale importante avant et aprĂšs la grossesse. En revanche, les fumeuses et les diabĂ©tiques peuvent l’utiliser et il n’y a pas de contre-indication en cas d’antĂ©cĂ©dents de maladies cardio-vasculaires, contrairement Ă  la 3e gĂ©nĂ©ration. De plus, l’implant est compatible avec l’allaitement. Mais il prĂ©sente des risques de saignements ou d’amĂ©norrhĂ©e les premiers mois, de maux de tĂȘte, de douleurs aux seins, de chute de cheveux ou de troubles de l’humeur.

Le patch serait-il la solution, alors ?

Pas si vous allaitez et il est aussi contre-indiquĂ© dans les mĂȘmes cas que la pilule combinĂ©e (ndlr, 2e et 3e gĂ©nĂ©ration). Ses effets secondaires -saignements, rĂšgles longues, douleurs des seins, nausĂ©es, maux de tĂȘte, irritations cutanĂ©es- peuvent aussi ĂȘtre rĂ©dhibitoires.

Reste donc l’anneau vaginal ?

Pas en cas d’allaitement, dans les mĂȘmes conditions que la pilule combinĂ©e. Sinon, il peut ĂȘtre utilisĂ© Ă  partir du 21e jour aprĂšs l’accouchement et se porte en continu pendant quatre semaines. La dose d’hormones est plus faible qu’avec une pilule et leur passage direct dans le sang Ă©vite que le foie ne les dĂ©grade et ne diminue ainsi leur efficacitĂ©.

À lire absolument

Laisser un commentaire