Neufmois.fr » Mon bĂ©bĂ© » Ma vie de maman » Faut-il arrĂȘter de prendre sa pilule de 3Ăšme gĂ©nĂ©ration ?

Faut-il arrĂȘter de prendre sa pilule de 3Ăšme gĂ©nĂ©ration ?

La JournĂ©e Mondiale de la contraception, le 26 septembre, se dĂ©roule cette annĂ©e avec en toile de fond un dĂ©bat polĂ©mique. En effet, le 19 septembre, la Ministre de la SantĂ©, Marisol Touraine, a annoncĂ© le dĂ©remboursement des pilules de 3Ăšme gĂ©nĂ©ration au 30 septembre 2013, en raison de l’aggravation des risques thromboemboliques que ces contraceptifs prĂ©sentent par rapport aux pilules de 2Ăšme gĂ©nĂ©ration. Dans la foulĂ©e, la Ministre de la SantĂ©, Marisol Touraine, a chargĂ© l’Anses d’examiner la pertinence de l’autorisation de mise sur le marchĂ© de ces produits. Mais faut-il dĂšs maintenant jeter sa plaquette ? Explications du Pr Gilles Bouvenot, PrĂ©sident de la Commission de transparence de la HAS, qui surveille ces contraceptifs depuis 2007.

 

Pourquoi cette polémique autour des pilules de 3Úme génération  ?

Pr Gilles Bouvenot Ces pilules de troisiĂšme gĂ©nĂ©ration prĂ©sentent, selon les statistiques, un risque deux fois plus Ă©levĂ© de complications thrombo-veineuses que les pilules de 2Ăšme gĂ©nĂ©ration. Cela ne touche certes que 4 utilisatrices sur 10  000, mais ce sont des complications graves avec, parfois, un pronostic vital engagĂ©. Nous ne pouvions donc pas traiter l’élĂ©vation d’un tel risque Ă  la lĂ©gĂšre. Ce n’est d’ailleurs pas notre premier avis sur ces pilules  : nous les surveillons depuis 2007 et avions, Ă  l’époque, rendu un avis mettant en lumiĂšre ce que la littĂ©rature scientifique internationale a relevĂ© en matiĂšre de risque d’embolie pulmonaire avec ces pilules. Notre position, alors, avait Ă©tĂ© de conseiller de limiter la prescription de ces pilules de 3Ăšme gĂ©nĂ©ration en seconde intention, c’est-Ă -dire aprĂšs essai de deux ou trois plaquettes de contraceptifs de 2Ăšme gĂ©nĂ©ration. Notre rĂ©cent rapport va plus loin, en prĂ©conisant le dĂ©remboursement.

 

Pourquoi cette position qui pénalisera financiÚrement les utilisatrices  ?


Pr Gilles Bouvenot Depuis cinq ans, peu de prescripteurs semblent avoir tenu compte de notre recommandation de ne recourir aux pilules de 3Ăšme gĂ©nĂ©ration qu’en seconde intention. Or, fin 2011, les publications scientifiques internationales ont montrĂ© que le risque thromboembolique Ă©tait multipliĂ© par deux avec ces contraceptifs. La vraie pĂ©nalitĂ©, c’est le sur-risque  ! Maintenant que nous savons de source sĂ»re qu’il y a sur-risque, il n’est pas question de continuer Ă  faire courir des risques de complications graves Ă  des femmes jeunes, en bonne santĂ©. Il y a eu quelques cas de dĂ©cĂšs de trĂšs jeunes femmes, ĂągĂ©es de moins de 20 ans !  

 

Ne peut-on pas s’apercevoir des risques assez tĂŽt, en Ă©tant attentives aux symptĂŽmes  ?

Pr Gilles Bouvenot En cas de complications veineuses, la phlĂ©bite doit ĂȘtre traitĂ©e en effet prĂ©cocement pour Ă©viter l’embolie pulmonaire qui peut ĂȘtre fatale. Mais l’embolie peut survenir brutalement parce que la phlĂ©bite est passĂ©e inaperçue, tout simplement parce que le caillot Ă©tait petit. On a eu ainsi connaissance de cas de trĂšs jeunes femmes, de 17 ou 18 ans, dĂ©cĂ©dĂ©es ainsi  !

 

Mais revenir aux pilules de 2Ăšme gĂ©nĂ©ration, n’est-ce pas faire un pas en arriĂšre en matiĂšre de protection contraceptive  ?


Pr Gilles Bouvenot Justement pas  ! Les Ă©tudes ont montrĂ© que les pilules de 3Ăšme gĂ©nĂ©ration ne sont pas plus efficaces que celles de 2Ăšme gĂ©nĂ©ration. Autrement dit, en langage courant, ça ne marche pas mieux. Les pilules de 3Ăšme gĂ©nĂ©ration prĂ©sentaient surtout de grands espoirs par rapport Ă  des effets secondaires dĂ©sagrĂ©ables de celles de 2Ăšme gĂ©nĂ©ration, tels que la prise de poids ou l’acnĂ©. Mais, en finalitĂ©, on s’est aperçus que ces pilules ne sont pas mieux tolĂ©rĂ©es, en moyenne, que les prĂ©cĂ©dentes. En revanche, ce qui est certain, c’est que ces contraceptifs doublent le risque thromboembolique.

 

Alors pourquoi ne pas vous prononcer plutĂŽt en faveur d’une interdiction des pilules de 3Ăšme gĂ©nĂ©ration  ?

Pr Gilles Bouvenot Parce que ce n’est pas notre rĂŽle  ! Notre mission est de comparer un produit Ă  un autre. Dans ce cadre, nous affirmons que les pilules de 3Ăšme gĂ©nĂ©ration ne prĂ©sentent pas de rĂ©el intĂ©rĂȘt par rapport aux pilules de 2Ăšme gĂ©nĂ©ration et ne doivent ĂȘtre prescrites qu’en seconde intention si les pilules anciennes ne sont pas bien tolĂ©rĂ©es. En raison du sur-risque et de leurs performances limitĂ©es par rapport aux pilules de 2Ăšme gĂ©nĂ©ration, nous avons donc suggĂ©rĂ© Ă  la Ministre de la SantĂ©, Marisol Touraine, un dĂ©remboursement de ces contraceptifs qui sera effectif au 30 septembre 2013. La semaine derniĂšre, la Ministre de la SantĂ© est allĂ©e plus loin que ces recommandations, en chargeant l’Anses (ndlr, anciennement l’Afssaps) dont c’est le rĂŽle d’évaluer les bĂ©nĂ©fices-risques pour dĂ©cider du maintien ou non de l’Autorisation de Mise sur le MarchĂ© (AMM) de ces pilules de 3Ăšme gĂ©nĂ©ration. La HAS, pour sa part, est chargĂ©e de se prononcer sur des recommandations de bonnes pratiques sur la contraception. Car il n’y a pas que les contraceptifs oraux sur le marché  !

 

En conclusion, faut-il arrĂȘter dĂšs maintenant sa pilule, si elle est de 3Ăšme gĂ©nĂ©ration  ?

Pr Gilles Bouvenot Non, absolument pas  ! Il n’y a pas d’urgence Ă  arrĂȘter de prendre ces pilules si elles sont bien tolĂ©rĂ©es. Mais Ă  l’occasion d’une consultation, il vaut en parler avec son mĂ©decin. Et bien sĂ»r, en cas d’alitement prolongĂ© ou en cas de fracture provoquant l’immobilisation totale ou partielle de la jambe, il faut consulter son gynĂ©cologue qui pourra alors prescrire momentanĂ©ment une pilule de 2Ăšme gĂ©nĂ©ration pour limiter le risque thromboembolique. 

 


À lire absolument